1. Comparer en ethnographie / Comparison in ethnography

Atelier organisé par Linda HAAPAJÄRVI et Marion INK

 The panel accepts paper proposals in English.

Les méthodes ethnographique et comparative reposent sur des fondements disciplinaires, épistémologiques et méthodologiques à tel point différents que l’idée même d’«ethnographie comparée» laisse souvent perplexe. Traditionnellement, l’ethnographie donne la primauté à la singularité d’un cas particulier, étudié d’une manière inductive, en contact direct avec les enquêtés et sur un temps long. Les racines sociologiques de la méthode comparative assimilent la comparaison en sciences sociales plutôt à un exercice d’expérimentation ou de modélisation selon une méthode de raisonnement hypothético-déductive.

Nous inviterons les communicant(e)s à faire part de leurs expériences concrètes de la pratique de l’enquête de terrain à dimension comparative. Le mode de comparaison entrepris restera ouvert. Nous pourrons parler d’ethnographie comparée, combinatoire, multi-située, avec des comparaisons synchroniques comme diachroniques. Les recherches pourront tout autant avoir comme objet l’analyse des sites, des groupes, des interactions, des pratiques des processus sociaux, etc. Il sera essentiel d’intégrer des matériaux empiriques dans la présentation qu’il s’agisse de notes de terrains, de photos, de cartes ou d’autres supports. Les présentations nous donneront ainsi à voir la façon dont le chercheur a pratiqué la comparaison.

Nous encourageons les communicant(e)s à réfléchir sur le rapport entre la comparaison en ethnographie et la formation des arguments théoriques. Pour ce faire, il nous semble essentiel de traiter de la question des choix de terrains d’enquête. Selon quels critères les différents terrains ont-ils été sélectionnés? Qu’est-il attendu du contrôle des attributs des différents terrains et comment cela participe-t-il de la théorisation? A-t-il pour finalité, par exemple, de faciliter la montée en généralité ou la formulation des explications causales? Si la considération de ces critères révèle l’existence d’un ensemble d’hypothèses formulées a priori de l’enquête, quels en sont les répercussions sur l’approche inductive habituellement adoptée par les ethnographes? Nous pourrons ainsi discuter en quoi la comparaison a-t-elle été révélatrice et indispensable dans la démarche analytique.

De plus, l’enquête ethnographique constitue une expérience sociale singulière du chercheur puisqu’elle implique un rapport subjectif au terrain et aux enquêtés, inscrit dans une écologie limitée dans le temps et l’espace. La comparaison dramatise d’autant plus ces questionnements quelle nécessite la mobilité du chercheur. En effet, cela l’amène à aborder ses terrains à des moments différents pour chacun d’entre eux, et à différentes étapes de conceptualisation de l’objet. Comment évaluer alors les influences de cette expérience située sur la pratique empirico-analytique?

Dans cette perspective, il sera également possible de proposer une communication à plusieurs auteur(e)s. Nous pourrons ouvrir la discussion sur la comparaison de plusieurs observations ethnographiques menées, simultanément ou en différé, sur un même terrain.

Les propositions sont à transmettre à : Linda HAAPAJÄRVI (linda.haapajarvi@ehess.fr) et Marion INK (marion.ink@ehess.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *