APPEL – 10. Les enjeux du silence. Pour une analyse critique des relations d’enquête dans la production du savoir anthropologique / Silence at stake. For a critical analysis of fieldwork relationships in the production of anthropological knowledge

Atelier organisé par Giovanna CAVATORTA et CHIARA PILOTTO

This panel welcomes paper proposals in English.

Rendre compte de comment les données ont été recueillies sur le terrain est un des enjeux clés pour l’ethnographie en tant que pratique gnoséologique. Cela implique s’engager dans l’analyse critique de la relation d’enquête en tant que condition même à la base du savoir gagné par l’ethnographe.

Dans la marque de cet effort de questionnement, cet atelier se propose d’être comme occasion pour promouvoir une discussion sur un aspect parfois caché, difficile à enregistrer et cerner, mais qui est une partie constitutive de la production du savoir anthropologique: le silence. Le silence ne renvoie pas qu’aux moments « vides » de la vie quotidienne, ni seulement à des situations de conflit et de violence, où il serait le symptôme de traumatismes ou l’effet imposé d’un contexte politique: complexes et significatives, les formes de silence circulent dans tous les terrains et sont produites par tous les acteurs impliqués. Nous avons donc choisi de fixer notre attention sur comment, dans la pratique ethnographique, on produit et on gère les silences, à la fois les nôtres et ceux de nos « interlocuteurs et interlocutrices ».

Notre propos est de considérer le silence comme un objet dense, qui est à la fois un fait saisissant et révélateur de dynamiques sociales et, en tant que pratique agie dans la relation d’enquête, peut aussi constituer une situation limite et un défi pour le/a chercheur-euse.

Dans ce cadre plusieurs questions théoriques et méthodologiques surgissent. Comment saisir le travail silencieux des normes, des valeurs, des jugements politiques qui définissent ce qui doit ou ne doit pas être caché, montré, dit? Avec quelle posture s’approcher à ce qu’on ne peut pas, ou on n’arrive pas à dire? Comment enquêter sur les silences et les réticences issus des tensions, des processus de marginalisation et de tabouisation? Comment éclaircir les opaques et muets rapports de pouvoir qui structurent les relations sur le terrain, dans lesquelles l’ethnologue n’occupe nécessairement pas la place privilégié? Et encore comment gérer les silences par lesquels nos « interlocuteur/trices » réagissent à notre présence sur le terrain ? En quoi nous informent-ils sur la relation d’enquête en tant que relation de savoir/pouvoir ? Comment le silence participe de la construction de l’objet de recherche et de sa problématique, tout en conditionnant les pratiques ethnographiques elles-mêmes?

Quelle relation éthique est possible entre les différents acteurs qui composent le terrain, tout en considérant les silences de l’ethnographe par rapport au but et à la circulation de son propre travail et les silences de ses « interlocuteurs/trices » par rapport à ce qu’ils veulent soustraire à l’enquête?

Nous accueillerons des contributions qui cherchent à répondre à ces questions et qui, plus généralement, abordent la complexité du silence en tant que fait à la fois social et ethnographique.

Bibliographie indicative

Achino-Loeb M.-L. (2006), Silence. The Currency of Power, Londres, Berghahn Books.

Das V. (2007), Life and Words. Violence and the descent into the ordinary, Berkeley, University of California Press.

Le Breton D. (1997), Du silence : essai, Paris, Métailié.

Makaremi C. (2008), « Engaging with Silence. Interview with Vincent Crapazano », in Kalaora L., Makaremi C. & J. Baron (dir.), « Penser l’engagement », Altérités Vol. 5, No. 2, Octobre 2008.

McLean A. & Leibing A. (2007), The Shadow Side of Fieldwork : Exploring the Blurred Borders between Ethnography and Life, Oxford, Blackweel Publishing.

Róisín R.-F. & Gill R. (2010), Secrecy and Silence in the Research Process. Feminist Reflections, New York, Routledge.

Taussig M. (1999), Defacement : Public Secrecy and the Labor of the Negative, Stanford, Stanford University Press.

 

Les propositions sont à transmettre à Giovanna CAVATORTA (giovannacavatorta@gmail.com) et Chiara PILOTTO (chiarescu@gmail.com)

Silence at stake. For a critical analysis of fieldwork relationships in the production of anthropological knowledge

 

Panel organised by Giovanna CAVATORTA and Chiara PILOTTO

Being accountable about how we collect data in fieldwork is one of the issues at stake for ethnography as a gnoseological practice. It entails being engaged in the critical analyses of the fieldwork relationships as a condition underlying the knowledge produced by ethnography.

This workshop proposes to promote a discussion on an aspect of fieldwork that is often hidden, elusive and difficult to record, but that constitutes a fundamental part of the production of anthropological knowledge: silence. Silence may be referred to « empty » moments of everyday life or linked to social situations of conflict and violence, being framed as a symptom of traumas or as the imposed effect of a political context.

But there are many other complex and meaningful forms of silence that circulate in every field and are produced by every actor involved. We have chosen to draw our attention to how in fieldwork practice we produce and manage silences, both ours and our « interlocutors’ ».

We propose to consider silence as a thick object that both is produced by situated social dynamics and reveals them. As a practice involved in fieldwork relationships, it can also creates limits and challenges for the researcher.

In this framework several theoretical and methodological questions rise. How to grasp the silent work of norms, values, and political judgments that define what has, or doesn’t have, to be hidden, shown, and said ? What approach should we adopt to grasp what people can’t say, or are not able to say ? How to inquire into silences and reticences that come out of tensions related to marginalization and tabooization processes ? How to enlighten the opaque and mute power relations that structure fieldwork relationships, in which the ethnographer doesn’t necessarily fill the privileged position ?

Moreover, how to manage the silences with which our « interlocutors’ » react to our presence in the field ? What do they tell us about the fieldwork relationship as a power/knowledge relationship ? How does silence impact the construction of the research object and its question by influencing the ethnographic practices themselves ?

What ethical relationship is possible among the different actors who constitute the field, considering the ethnographer’s silences about the aim and circulation of his/her work, and his/her « informants’ » silences with regard to what they want subtract from the inquiry ?

We’ll welcome papers that try to answer these questions and more generally deal with the complexity of silence, both as a social and an ethnographic fact.

Selective bibliography

Achino-Loeb M.-L. (2006), Silence. The Currency of Power, Londres, Berghahn Books.

Das V. (2007), Life and Words. Violence and the descent into the ordinary, Berkeley, University of California Press.

Le Breton D. (1997), Du silence : essai, Paris, Métailié.

Makaremi C. (2008), « Engaging with Silence. Interview with Vincent Crapazano », in Kalaora L., Makaremi C. & J. Baron (dir.), « Penser l’engagement », Altérités Vol. 5, No. 2, Octobre 2008.

McLean A. & Leibing A. (2007), The Shadow Side of Fieldwork : Exploring the Blurred Borders between Ethnography and Life, Oxford, Blackweel Publishing.

Róisín R.-F. & Gill R. (2010), Secrecy and Silence in the Research Process. Feminist Reflections, New York, Routledge.

Taussig M. (1999), Defacement : Public Secrecy and the Labor of the Negative, Stanford, Stanford University Press.

Submit your proposal/abstract via email attachment to Giovanna CAVATORTA (giovannacavatorta@gmail.com) and Chiara PILOTTO (chiarescu@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *