10. Les enjeux du silence. Pour une analyse critique des relations d’enquête dans la production du savoir anthropologique / Silence at stake. For a critical analysis of fieldwork relationships in the production of anthropological knowledge

Atelier organisé par Giovanna CAVATORTA  (IRIS-EHESS) et CHIARA PILOTTO  (IRIS-EHESS)

Rendre compte de comment les données ont été recueillies sur le terrain est un des enjeux clés pour l’ethnographie en tant que pratique gnoséologique. Cela implique s’engager dans l’analyse critique de la relation d’enquête en tant que condition même à la base du savoir gagné par l’ethnographe.

Dans la marque de cet effort de questionnement, cet atelier se propose d’être comme occasion pour promouvoir une discussion sur un aspect parfois caché, difficile à enregistrer et cerner, mais qui est une partie constitutive de la production du savoir anthropologique: le silence. Le silence ne renvoie pas qu’aux moments « vides » de la vie quotidienne, ni seulement à des situations de conflit et de violence, où il serait le symptôme de traumatismes ou l’effet imposé d’un contexte politique: complexes et significatives, les formes de silence circulent dans tous les terrains et sont produites par tous les acteurs impliqués. Nous avons donc choisi de fixer notre attention sur comment, dans la pratique ethnographique, on produit et on gère les silences, à la fois les nôtres et ceux de nos « interlocuteurs et interlocutrices ». (…)

PROGRAMME

RESUMES DES PROPOSITIONS

————————-

Panel organised by Giovanna CAVATORTA  (IRIS-EHESS) and Chiara PILOTTO  (IRIS-EHESS)

Being accountable about how we collect data in fieldwork is one of the issues at stake for ethnography as a gnoseological practice. It entails being engaged in the critical analyses of the fieldwork relationships as a condition underlying the knowledge produced by ethnography.

This workshop proposes to promote a discussion on an aspect of fieldwork that is often hidden, elusive and difficult to record, but that constitutes a fundamental part of the production of anthropological knowledge: silence. Silence may be referred to « empty » moments of everyday life or linked to social situations of conflict and violence, being framed as a symptom of traumas or as the imposed effect of a political context.

But there are many other complex and meaningful forms of silence that circulate in every field and are produced by every actor involved. We have chosen to draw our attention to how in fieldwork practice we produce and manage silences, both ours and our « interlocutors’ ».

PANEL SCHEDULE

ABSTRACTS 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *