2. Ethnographier le politique dans la ville

Atelier organisé par Lucie BONNET, Sarah CARTON DE GRAMMONT et Pauline CLECH

Support de toutes les utopies ou supposé creuset de tous les maux de la société, la ville se conçoit à l’horizon de la cité ou de la communauté politique. On entend ici ou là, dans des circulations poreuses et des réinterprétations souvent douteuses des savoirs des sciences sociales, qu’il nous faudrait moins de «ghettos» et de «quartiers de relégation», plus de «mixité»… Après les «cités-jardins» et les «villes nouvelles», voici venu le temps des «éco-quartiers», de la «ville durable»… Ces discours et les actions qu’ils entraînent (ou non) sont en eux-mêmes des rapports de pouvoir. Autrement dit, on observe toutes sortes de mises en politique(s) de l’urbain, et toutes sortes de mises en urbain du politique –apparaissant parfois aussi comme autant de formes d’euphémisation ou de « dépolitisation » du politique. Et pourtant, la ville est aussi ce qui semble si rétif à toute maîtrise politique.

Nous souhaitons adopter ici une définition large du politique, excédant les politiques urbaines à proprement parler. Le politique n’est pas exclusivement le lieu où agissent des professionnels de la politique (experts, élus), mais constitue aussi un rapport au monde où prévalent la désingularisation et la conflictualité des expériences (Duchesne, Haegel, 2004; Hamidi, 2006). La ville peut aussi être vue en tant que scène privilégiée du pouvoir, de la circulation de ses objets, de ses images, de sa performativité. Elle cristallise des points d’articulation ou de tension entre la « grande » scène et la « petite », par où se saisir de l’intimité du politique, de son quotidien, de son incarnation ordinaire.

C’est donc le politique dans la ville, saisi par l’ethnographie de situations très diverses, que nous souhaitons interroger dans cet atelier. En quoi une telle approche permet-elle ou non de mettre au jour du politique là où il aurait pu passer inaperçu, ou de le rendre plus intelligible? Nous ne cherchons pas une ontologie ou une spécificité du politique « en milieu urbain », mais plutôt à cerner en quoi une approche ethnographique par le politique peut éclairer nos connaissances sur les espaces urbains – et en quoi une approche ethnographique de l’urbain peut éclairer le politique dans le contemporain. Nous proposons – de manière non exhaustive – quatre axes de réflexion.

Un premier axe consisterait à se demander comment la politique institutionnelle se saisit de la ville. Comment les politiques entendent-ils régir l’espace urbain, la façon dont il est pratiqué, habité ou évité ? Cela suppose de considérer comment ceux qui conçoivent ces politiques vont nommer ces espaces, en identifier les qualités pertinentes, en caractériser les populations, délimiter les conduites à y accueillir ou proscrire. L’ethnographie peut donner à comprendre comment se fabriquent concrètement les politiques qui vont régir la vie des citadins. En quoi l’ethnographie permet-elle d’expliciter les formes de jugement engagées, de les mettre en relation avec les appartenances sociales des acteurs impliqués, en croisant les rapports sociaux de classe, de race, de genre ou de génération? L’ethnographie permet aussi d’analyser la mise en œuvre des politiques urbaines. Comment les acteurs en charge de la réalisation de ces politiques vont-ils composer ou se confronter à des pratiques qui se situent dans un écart parfois extrême par rapport à la manière dont leurs interventions ont été conçues ? En quoi l’approche ethnographique éclaire-t-elle les traductions, les réceptions, les tensions dont la mise en œuvre de ces politiques fait l’objet?

À l’inverse, plutôt que d’analyser comment des «mises en politiques de l’urbain» se saisissent de lieux habités et investis d’usages différenciés, les communications pourront également s’intéresser aux formes de politisation qui s’appuient sur des formes d’ancrage et d’expérience localisées (Cefaï, Lafaye, 2001 ; Breviglieri, Trom, 2003). Comment l’appartenance à une ville, à un quartier peut-elle donner lieu à des revendications que l’on veut faire entendre publiquement? Il peut s’agir d’étudier les dynamiques de mobilisation et de conflit autour d’espaces à protéger (zones à défendre, espaces verts, logements promis à la démolition) ou de populations marginalisées dans la ville (relogement des squats ou camps évacués).

Il peut s’agir également d’analyser en quoi la qualification de lieux et leur matérialité même peut donner « matière à politique », à travers un travail de subjectivation, de mise en récit et d’écriture de soi. Nous aimerions ouvrir la discussion à des travaux portant sur des formes moins visibles du politique dans la ville, ou ne visant pas explicitement une reconnaissance institutionnelle. Sur des formes d’émancipation qui vont s’inscrire dans des espaces urbains, que l’on pense aux étayages de la ville relationnelle (Agier, 1999), aux ressources que procurent une ancienneté de résidence ou un ancrage familial dans un territoire donné (Retiere, 2003 ; Renahy, 2010), ou à l’inverse, aux vertus de l’anonymat. Le politique se niche aussi dans les dispositifs sécuritaires, la conflictualité des rapports de voisinage, des formes de passage à la violence prenant appui sur « de la ville ». Il s’observe dans des situations marchandes, festives, culturelles, cultuelles.

Un autre axe de questionnement peut s’attacher à étudier comment sont fabriqués des espaces de/du pouvoir. Que ce soit par la production de bâtiments ou de lieux emblématiques, ou que ce soit par l’investissement populaire, éventuellement contestataire, de tels espaces. On pense ici à des formes symboliques d’occupation provisoire (meetings, manifestations, carnavals) ou plus pérenne (squats politiques, campements), ou à des formes de subversion de la matérialité urbaine (pratiques ludiques ou sportives, marquages divers – tags, graffs… – «sub-cultures urbaines» se présentant plus ou moins explicitement comme des contre-cultures…).

Les communications pourront inclure un retour méthodologique et épistémologique sur la démarche ethnographique: comment s’articulent les différentes échelles, quelles limites, biais et comment les dépasser, comment introduire le temps long dans l’analyse…

 

Bibliographie indicative :

Breviglieri M., Trom D. (2003), « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », in Cefaï, Pasquier (dir.), Les Sens du public, Paris, PUF, p. 399-416.

Duchesne S., Haegel F. (2004), « La politisation des discussions, au croisement des logiques de spécialisation et de conflictualisation », Revue française de science politique, 54, p. 877-909.

Hamidi C. (2006), « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, 56 (1), p. 5-25.

Cefaï D., Lafaye C. (2001) « Lieux et moments d’une mobilisation collective. Le cas d’une association de quartier », in Cefaï, Trom (dir.), Les Formes de l’action collective. Mobilisation dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », p. 195-228.

Agier M. (1999), L’invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines.

Retiere J.N. (2003), « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, 16 (63), p. 121-143.

Renahy N. (2010), « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards Sociologiques, 40, p. 9-26.

Les propositions sont à transmettre à : Lucie BONNET (lucie.bonnet@ehess.fr), Sarah CARTON DE GRAMMONT (sarah.carton-de-grammont@ehess.fr), Pauline CLECH (pauline.clech@sciencespo.fr).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *