Appel – Ethnographier l’action publique localisée dans un monde « globalisé »

Atelier organisé par Pauline JARROUX et Céline SEGALINI

Les dynamiques d’intensification des échanges sociaux planétaires caractérisant les trente dernières années touchent aujourd’hui, bien qu’inégalement, toutes les sociétés dans bien des domaines de l’organisation sociale, politique, économique et culturelle (Abélès, 2012). En ce sens, tout chercheur en sciences sociales est confronté sur son terrain – le plus « local » et « isolé » soit-il – à un moment de sa recherche, aux effets de cette mondialisation, plus ou moins visibles, mais jamais totalement absents. La production de l’action publique est aujourd’hui, plus qu’alors, largement influencée par des schémas cognitifs plus larges, hérités de l’intégration des États dans des ensembles politiques supra-nationaux, de l’intervention croissante d’acteurs transnationaux dans la définition et la mise en œuvre des politiques locales contribuant ainsi à la diffusion de cadres globaux d’interprétations du monde (Muller, 2000).

Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui, travaillant sur le « global », se sont penchés sur la question de l’articulation des échelles local/global, ou plus largement, sur les manières de saisir le « global » à partir du local (enquête multi-située de George Marcus, ethnographie globale de Michael Burawoy, étude des circulations de personnes, de la mobilité des objets, des idées, etc.).

À partir d’enquêtes portant sur la production de l’action publique (par des agents de l’État, des organisations gouvernementales ou non gouvernementales, des acteurs privés, etc.), nous souhaitons réinvestir l’échelle locale où elle se déploie en cherchant à voir comment l’ethnographie permet justement de penser ensemble le local et son imbrication dans des échelles plus larges, à partir des pratiques et représentations des acteurs. Il ne s’agit pas de chercher dans le local une représentation du « global », mais de voir plutôt comment les acteurs du local mobilisent ces référents, ces codes, ces pratiques définis à l’échelle extra-nationale dans leur gestion quotidienne des affaires publiques.

La pratique ethnographique, impliquant une longue immersion dans le quotidien des acteurs et fondée à comprendre leurs logiques de sens et d’action, apparaît comme une méthode d’enquête privilégiée pour saisir dans sa routine l’« expérience vécue » (Burawoy, 2000) de la globalisation au niveau local. Elle offre des possibilités de contourner la dichotomie local/global en montrant comment ces logiques extra-nationales prennent forme dans des configurations spécifiques et localisées de délivrance du bien public (Olivier de Sardan, 2011).

Dès lors de quels atouts l’ethnographe dispose-t-il pour « débusquer » dans des pratiques parfois routinisées, souvent diffuses, ces « jeux d’échelles » ? Comment peut-il rendre compte des phénomènes de réappropriation et donc de transformation de ces cadres normatifs à partir des pratiques des acteurs locaux ? À l’inverse, à quelles difficultés s’expose-t-il pour saisir, sans les réifier, ces dynamiques globales ? Enfin, qu’est-ce que l’ethnographie de l’action publique locale peut nous apprendre sur ces dispositifs « délocalisés » ?

Ce panel est ouvert à toute proposition traitant de l’action publique locale et de son inscription dans des logiques politiques supra-nationales, aux « Nords » comme aux « Suds ».

 

Bibliographie indicative

Abélès M. (2012), Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot et Rivages.

Burawoy M. & al. (2000), Global ethnography: Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

Marcus G. (2010), « L’ethnographie du/dans le système monde. Ethnographie multi-située et processus de globalisation » in Cefai D. (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 371-398.

Muller P. (2000), « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, vol.50, n° 2, p. 189-208.

Olivier de Sardan J.-P. (2011), « Gouvernance locale. La délivrance de quatre biens publics dans trois communes nigériennes », Études et travaux du LASDEL, n° 95, p. 9.

Les propositions sont à transmettre à Pauline JARROUX (pauline.jarroux@gmail.com) et Céline SEGALINI (celine.segalini@yahoo.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *