APPEL – En quête du temps: comment faire des rapports au temps un objet d’enquête?

Atelier organisé par Adeline DENIS, Marie DU BOUCHER et Elsa FAVIER

Des travaux ethnographiques font ressortir que des rapports différenciés au temps coexistent au sein d’une société. Cet appel à communication s’adresse à tout-e-s celles et ceux qui souhaitent réfléchir à la manière dont le temps organise les pratiques et interactions sociales, et à la façon dont le social structure les rapports au temps.

Nous encourageons les communicant-e-s à réfléchir :

  • aux processus par lesquels les individus incorporent des rapports au temps situés dans l’espace social. Plusieurs travaux ont déjà défriché cette question de la socialisation temporelle. Stéphane Beaud a décrit le « temps élastique » d’« étudiants de cité » confrontés à l’univers temporel de la fac (Beaud, 1997). Muriel Darmon a observé comment le temps s’apprend de manière différente en classe préparatoire selon l’origine sociale des élèves (Darmon, 2013). Des travaux récents étudient la transmission des passés familiaux en les reliant à des caractéristiques sociodémographiques (Billaud et al., 2015).
  • au fait que les usages et les représentations liés au temps s’inscrivent dans des rapports de pouvoir (Bensa, 1997). Les institutions créent des rythmes de vie qui s’imposent différemment selon les catégories d’individus et qui participent aux hiérarchies sociales. Historiens et sociologues ont mis en évidence les disciplines temporelles à l’oeuvre à l’école, au travail, à table, etc. (Aymard, Grignon et Sabban, 1993 ; Bourdieu, 1997 ; Foucault, 1975 ; Lazarsfeld et al., 1982 ; Thompson, 2004). Des travaux plus récents rendent compte des usages du temps de travail, entre ressource et contrainte (Lefebvre, 2014 ; Spire, 2008)
  • aux méthodes à partir desquelles il est possible de traiter ces questions, une des difficultés pour l’ethnographe résidant dans le fait que les rapports au temps ne se donnent pas directement à voir.

Ces pistes de réflexion ne sont pas exclusives.

Bibliographie indicative

Beaud S. (1997), « Le temps élastique. Étudiants des “cités” et examens universitaires », Terrain, n°29, p. 43-58.

Bensa A. (1997), « Images et usages du temps », Terrain, n°29, p. 5-18.

Billaud S., Gollac S., Oeser A. et Pagis J. (dir.) (2015), Histoires familiales. Production et transmission du passé dans la parenté contemporaine, Paris, Éditions de la rue d’Ulm.

Bourdieu P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil.

Darmon M. (2013), Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Aymard M., Grignon C., Sabban F. (dir.) (1993), Le temps de manger. Alimentation, emplois du temps et rythmes sociaux, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme/Institut National de la Recherche Agronomique.

Lazarsfeld P. et al.l (1982) [1931], Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit.

Lefebvre R. (2014), « Les élus comme entrepreneurs de temps. Les agendas des cumulants » in Demazière D. et Le Lidec P. (dir.), Les mondes du travail politique, Rennes, PUR.

Spire A. (2008), « Histoire et ethnographie d’un sens pratique. Le travail bureaucratique des agents du contrôle de l’immigration », in Arborio Anne-Marie & al (dir.), Observer le travail, Paris, La Découverte.

Thompson Edward P. (2004), Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique.

 

Les propositions sont à transmettre à Adeline DENIS (adeline.denis@sfr.fr), Marie DU BOUCHER (marie.duboucher@gmail.com) et Elsa FAVIER (elsa.favier@ens.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *