APPEL – 5. Ethnographier les restructurations économiques en clair-obscur : approcher le travail par ses à-côtés

Atelier organisé par Maria GRECU et Mathieu HOCQUELET

Cet atelier propose de mettre en discussion la pratique de l’enquête ethnographique autour des restructurations économiques, envisagées ici sous l’angle des suppressions d’emplois et des fermetures des lieux de travail aussi bien que des mutations plus discrètes et néanmoins profondes du travail et de l’emploi, intervenant dans un contexte de crise économique et de quête de compétitivité exacerbé par l’influence croissante du capitalisme financier. Depuis le début des années 2000, les restructurations ont acquis un caractère à la fois permanent et protéiforme. Ces dernières ont accédé au rang de phénomène universel, atteignant la plupart des pays, des secteurs et des catégories professionnelles. Leur banalisation (Guyonvarch’, 2008) n’a pas empêché un regain d’intérêt chez les chercheurs en sciences sociales pour les effets des mutations actuelles du travail et de l’emploi, notamment pour les formes de contestation et les expériences subjectives des restructurations (Bory & Pochic, 2014). Faisant l’objet d’une forte médiatisation ou restées discrètes, les restructurations mettent aujourd’hui en scène une variété d’acteurs, et touchent en particulier les salariés subalternes, ouvriers et employés, dont les chances de reconversion et de reclassement sont moindres.

Tout en prenant en compte les apports d’une ethnographie dans l’entreprise dans l’étude des transformations du travail et de l’emploi, cet appel s’adresse tout particulièrement aux jeunes chercheur-e-s qui analysent le travail par une ethnographie de ses « à côtés ». Il s’agira ainsi de revenir sur l’usage et les apports de ces circonvolutions autour de terrains peu accessibles car sensibles, fermés, à l’accès contrôlé (Lambelet, 2003), s’intéressant à des évènements passés ou encore à des secteurs et entreprises marqués par des configurations spécifiques rendant les mutations peu saisissables par la seule étude synchronique de l’ « atelier », en mobilisant une variété d’échelles, de points de vue et de temporalités. Une telle ethnographie des « à côtés » du travail est ici à considérer, au regard de l’histoire plurielle de l’approche ethnographique et des contributions des recherches sociologiques de longue durée sur les transformations du travail, notamment ouvrier (Beaud & Pialoux, 1999), comme une esquisse en clair-obscur des restructurations par un large spectre d’entrées. De l’observation des lieux et des activités hors travail (face à la porosité des espaces-temps professionnels (Bidet, Schoeni, 2008) et au développement du chômage) à celle des conflits et mobilisations qui émergent autour du travail et de l’emploi, en passant par l’analyse du rôle des parties prenantes (syndicats, actionnaires, associations) et de leurs activités au sein d’instances qui exercent une influence majeure sur les conditions de travail et d’emploi de la main d’œuvre (réunions paritaires, assemblées des actionnaires), les communications souligneront les apports d’une ethnographie du travail décentrée pour appréhender dans toute leur épaisseur, les rapports sociaux qui traversent aujourd’hui le travail.

Les propositions veilleront à questionner la construction de l’enquête ethnographique comme réflexion permanente sur ses modalités d’usage et, plus particulièrement, sur ses apports, ses limites, sa complémentarité avec d’autres outils (Arborio et al., 2008), l’accès aux terrain et les modes d’observation (Soulé, 2007), ou encore sur la relation d’enquête et les diverses contraintes intrinsèques à la démarche ethnographique (Fassin & Bensa, 2008). Elles s’inscriront dans une perspective critique-analytique (qui, d’une part, place la situation d’enquête et ses effets au centre de l’analyse des matériaux (Schwartz, 1993) et, d’autre part, prête attention aux relations d’interdépendance entre les enquêtés, ainsi qu’aux scènes sociales sur lesquelles ces derniers agissent et s’expriment (Weber, 1989), afin d’objectiver l’expérience d’insertion personnelle du chercheur dans le milieu étudié, les situations observées et les discours collectés.

Bibliographie indicative

Arborio A-M., Cohen Y., Fournier P., Hatzfeld N., Lombe C. & Muller S. (2008), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte.

Beaud S. & Pialoux M. (1999), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Parisn Fayard.

Bidet A. & Schoeni D. (2011), « Décrire les présences au travail, analyser la structuration de la vie sociale », Ethnographiques.org, n°23, décembre 2011.

Bory A. & Pochic S. (dir.) (2014), Dossier « Une crise sans précédent? Expériences et contestations des restructurations », Travail et Emploi, n°137 et n°138.

Fassin D. & Bensa A. (dir.) (2008), Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques. Paris, La Découverte.

Guyonvarc’h M. (2008), Une sociologie du licenciement dans les entreprises « gagnantes ». Banalisation de la gestion du licenciement et déstabilisation du rapport au travail des cadres, managers et techniciens, Thèse de doctorat de sociologie, Université d’Evry-Val d’Essonne.

Lambelet A. (2003), « Un ethnologue en entreprise : entre séduction et révélation », Ethnographiques.org.

Schwartz O. (1993), « L’empirisme irréductible » (Postface), in Anderson N., Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Armand Colin, p. 265-308.

Soulé B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, n°27 (1), p. 127-140.

Weber F. (1989), Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/ Editions de l’EHESS.

Les propositions sont à transmettre à Maria Voichiţa GRECU (maria.grecu@gmail.com) et Mathieu HOCQUELET (mathocquelet@aol.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *