5. Ethnographier les restructurations économiques en clair-obscur : approcher le travail par ses à-côtés

Atelier organisé par Maria GRECU (EHESS-CMH-ETT) et Mathieu HOCQUELET  (Freie Universität Berlin, Center for Area Studies)

Cet atelier propose de mettre en discussion la pratique de l’enquête ethnographique autour des restructurations économiques, envisagées ici sous l’angle des suppressions d’emplois et des fermetures des lieux de travail aussi bien que des mutations plus discrètes et néanmoins profondes du travail et de l’emploi, intervenant dans un contexte de crise économique et de quête de compétitivité exacerbé par l’influence croissante du capitalisme financier. Depuis le début des années 2000, les restructurations ont acquis un caractère à la fois permanent et protéiforme. Ces dernières ont accédé au rang de phénomène universel, atteignant la plupart des pays, des secteurs et des catégories professionnelles. Leur banalisation (Guyonvarch’, 2008) n’a pas empêché un regain d’intérêt chez les chercheurs en sciences sociales pour les effets des mutations actuelles du travail et de l’emploi, notamment pour les formes de contestation et les expériences subjectives des restructurations (Bory & Pochic, 2014). Faisant l’objet d’une forte médiatisation ou restées discrètes, les restructurations mettent aujourd’hui en scène une variété d’acteurs, et touchent en particulier les salariés subalternes, ouvriers et employés, dont les chances de reconversion et de reclassement sont moindres.

Tout en prenant en compte les apports d’une ethnographie dans l’entreprise dans l’étude des transformations du travail et de l’emploi, cet appel s’adresse tout particulièrement aux jeunes chercheur-e-s qui analysent le travail par une ethnographie de ses « à côtés » (…)

PROGRAMME

RESUMES DES PROPOSITIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *