APPEL – 7. Enquêter sur les mobilisations collectives / Investigating Social Movements Through Ethnography

Atelier organisé par Mischa DEKKER et Delphine THIVET

This panel accepts paper proposals in English.

Comment enquêter sur les mobilisations collectives ? Cet atelier souhaite inviter des doctorant.e.s et jeunes chercheur.se.s à explorer les différents usages de la démarche ethnographique pour saisir la complexité des logiques à l’œuvre dans les mobilisations collectives. Il est en outre ouvert à des communications réfléchissant aux spécificités d’une enquête menée auprès d’acteurs militants.

L’attention des chercheur.e.s étudiant des mobilisations collectives est généralement tournée vers la « façade » des organisations, les moments de performativité militante que sont les manifestations publiques ou bien encore les militants les plus actifs, ce qui comprend le risque d’ignorer et de passer sous silence l’hétérogénéité sociale, les incertitudes de sens, ou encore les inégalités et différents rapports de pouvoir (classe, race, genre) qui sillonnent les mouvements sociaux (Burdick 1995). Au sein des mouvements qui ont émergé à partir de 2011, tels que les mouvements « Occupy », les « Indignés », « Occupy Central » à Hong Kong, les occupations de Tahrir et Gezi Square, etc., la question des rapports de pouvoir entre les militant.e.s se pose par exemple avec acuité au vu de la grande hétérogénéité des participant.e.s, laquelle entraîne des disputes pour essayer d’imposer sa définition du mouvement et de son but. Ainsi les communications attendues dans cet atelier devront-elles présenter les apports spécifiques de la démarche ethnographique pour précisément permettre de décentrer le regard et dépasser la « partie émergée de l’iceberg » (Plows 2008 ; Combes, Hmed, Mathieu, Siméant, Sommier, 2011) : comment élargir le terrain d’enquête à des dimensions moins visibles, plus fluides et plus contradictoires du processus de mobilisation collective ?

Cet atelier souhaite ouvrir également une série de réflexions portant sur les conditions de possibilité d’une enquête sur les mobilisations collectives. La présentation de situations concrètes d’observation et de participation à des mobilisations collectives pourra ainsi s’accompagner d’une tentative de rendre compte des difficultés inhérentes à la réalisation d’une enquête en terrain militant (Broqua 2009) : comment y entrer, comment s’y maintenir, mais aussi comment en sortir ? Les communications pourront par exemple revenir sur les réticences des acteurs sociaux d’être constitués en « objet » d’étude et leur refus de se soumettre à un regard possiblement critique de la part des chercheur.e.s considéré.e.s comme outsiders. Dans quelle mesure l’enquêteur/trice s’efforce-t-il/elle dès lors de « co-construire » l’objet de sa recherche avec les acteurs des mobilisations collectives (Juris 2007) ? Quelle part d’autonomie les un.e.s et les autres peuvent-ils être amené.e.s à revendiquer ou à négocier au cours de l’enquête ? Comment le/la chercheur.e peut-il/elle faire face à d’éventuelles tentatives de contrôle pour maintenir une distance critique (Bizeul 2008 ; Rootes 1990) ?

Les propositions de communication pourront enfin porter sur la manière dont le/la chercheur.e compose avec à la fois un « engagement ethnographique » et un « engagement civique et politique » (Cefaï 2010) au cours de son enquête sur des mobilisations collectives : par-delà l’impossibilité de ne pas « choisir un camp » (Becker 1967), par-delà également le risque parfois présent d’une sorte d’« endogamie » (Offerlé 2009) au sein de la sociologie des mouvements sociaux notamment, être soi-même militant.e ou tout du moins sympathisant.e de la « cause » constitue souvent l’une des conditions mêmes de la possibilité de l’enquête en ce qu’elle permet de gagner son droit d’entrée auprès des acteurs d’un mouvement social (Thorne 1979 ; Scheper-Hughes 1995). Néanmoins, on pourra réfléchir dans cet atelier aux conséquences qui peuvent découler de l’affichage par le/la chercheur.e d’une sympathie particulière envers l’un des aspects ou envers certains membres au sein du mouvement lui-même : dans quelle mesure celle-ci peut-elle être interprétée par certains acteurs comme la démonstration que l’enquêteur/l’enquêtrice a de fait choisi un « camp » spécifique à l’encontre d’un autre, conduisant ainsi par la suite à se voir interdire l’accès à une autre partie du terrain ? Une attention particulière pourrait ainsi être prêtée aux modalités par lesquelles l’enquêteur/l’enquêtrice parvient ou non à contourner des biais particuliers, à maintenir sa présence sur le terrain, mais aussi la manière dont il/elle en négocie la sortie au moment de l’écriture.

Bibliographie indicative

Becker H. (1967), « Whose Are We On ? », Social Problems, vol. 14, n°3, p. 239-248.

Bizeul D. (2008), « Les sociologues ont-ils des comptes à rendre ? », Sociétés contemporaines, n° 70, p. 95-113.

Broqua C. (2009), « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, n° 75, p. 109-124.

Burdick J. (1995), « Uniting theory and practice in the ethnography of social movements : notes toward a hopeful realism », Dialectical Anthropology, vol. 20, n°3-4, p. 361-385.

Cefaï D. (2010), Ch. 8 « Un pragmatisme ethnographique. L’enquête coopérative et impliquée », in Cefaï D. (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 449-472.

Combes H., Hmed C., Mathieu L., Siméant J., Sommier I. (2011), « Observer les mobilisations », Politix, n° 93, p. 7-27.

Juris J. (2007), « Practicing Militant Ethnography with the Movement for Global Resistance (MRG) in Barcelona », in Shukaitis S. et Graeber D. (dir.), Constituent Imagination : Militant Investigation, Collective Theorization, Oakland, CA, AK Press, p. 164-176.

Offerlé M. (2009), Dictionnaire des mouvements sociaux, « groupes d’intérêt », Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 279-286.

Plows A. (2008), « Social Movements and Ethnographic Methodologies : An Analysis Using Case Study Examples», Sociology Compass, n°2, p. 1523-1538.

Rootes C. (1990), « Theory of Social Movements : Theory for Social Movements ? », Philosophy and Social Action, vol. 16, n°4, p. 5-17.

Scheper-Hughes N. (1995), « The Primacy of the Ethical : Propositions for a Militant Anthropology », Current Anthropology, vol. 36, n°3, p. 409-440.

Thorne B. (1979), « Political Activist As Participant Observer : Conflicts Of Commitment In A Study Of The Draft Resistance Movement Of The 1960’s », Symbolic Interaction, vol. 2, n°1, p. 73-88.

Les propositions sont à transmettre à Mischa DEKKER (m.dekker@ehess.fr) et Delphine THIVET (delphine.thivet@ehess.fr)

Investigating Social Movements Through Ethnography

 

Panel organised by Mischa DEKKER & Delphine THIVET

How to investigate mobilizations of social movements? This panel invites PhD candidates and young researchers to explore their different uses of ethnography to seize the complex logics at work in social movement mobilizations. The panel welcomes papers that reflect on the specificities of research on actors committed to some form of collective political participation.

Researchers studying mobilizations processes generally turn their attention towards the “framing” accomplished by organizations. Public demonstrations are treated as moments of activist performance, focusing on the most active social movement actors. Such an approach risks ignoring or overlooking social heterogeneity, uncertainties of meaning, or inequalities and different power relations (class, race, gender) that characterize social movements (Burdick, 1995). In protests that have emerged in and after 2011 such as Occupy, the Indignados, Occupy Central in Hong Kong, and the occupations of Tahrir and Gezi Square, the question of power relations among activists presents itself particularly strongly in the light of the large heterogeneity of participants, causing disputes among activists over the definition and objectives of the movement. Papers in this panel should address the role of ethnography to allow a more de-centered view and try to look beyond the most visible “tip of the iceberg” (Plows, 2008; Combes, Hmed, Mathieu, Simhieu, Sommier, 2011). How to enlarge the fieldwork to take into account less visible, more fluid and more contradictory dimensions of mobilizations processes (Wolford, 2007)?

The panel hopes to open up a series of reflections on the conditions that make research on mobilizations processes possible. With the presentation of concrete situations observed and lived by the researcher, an effort could be made to grasp the difficulties inherent to research among activists (Broqua, 2009): how to enter, how to maintain one’s presence, and also how to exit the fieldwork?

We also encourage the submission of papers addressing the hesitations of activists taking part to social movements to be constituted as an “object” of study and perhaps even refusal to submit themselves to a possibly critical analysis of the researcher, who comes to be considered as an outsider. To what degree does the researcher strive to “co-construct” the object of study together with social movement actors (Juris, 2007)? What say can both sides assert over the results of the research? How does the researcher face potential attempts to control the conclusions of her/his research in order to maintain critical distance (Bizeul, 2008; Rootes, 1990)?

Moreover, the panel is open to papers exploring ways in which the researcher occupies both an “ethnographic engagement” and a “civic and political engagement” (Cefaï, 2010) during fieldwork on mobilizations processes. The researcher may be caught in a dilemma between, on the one side, the impossibility of not “choosing a camp” (Becker, 1967), and on the other hand, the risk of “endogamy” denounced by Michel Offerlé (2009) but common in social movement studies. Being an activist or at least sympathetic to the “cause” is frequently a precondition for research as it grants the investigator his or her entry-rights into the social movement (Thorne, 1979; Scheper-Hughes, 1995). Nonetheless, consequences are attached to the display of sympathy towards certain members of a movement. In what circumstances might this sympathy be interpreted as picking camps within a movement, obstructing goodwill from other parts and thereby closing off access to certain aspects of the fieldwork? Particular attention might be given to the strategies through which researchers succeed in evading specific biases, maintain a presence in the field, and negotiate exit at the moment of writing.

References

Becker H. (1967), “Whose Are We On ?”, Social Problems, vol. 14, n°3, p. 239-248.

Bizeul D. (2008), “Les sociologues ont-ils des comptes à rendre”, Sociétés contemporaines, n° 70, p. 95-113.

Broqua C. (2009), “L’ethnographie comme engagement: enquêter en terrain militant”, Genèses, n° 75, p. 109-124.

Burdick J. (1995), “Uniting theory and practice in the ethnography of social movements: notes toward a hopeful realism”, Dialectical Anthropology, vol. 20, n°3-4, p. 361-385.

Cefaï D. (2010), Ch. 8 “Un pragmatisme ethnographique. L’enquête coopérative et impliquée”, in Cefaï D. (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 449-472.

Combes H., Hmed C., Mathieu L., Siméant J., Sommier I. (2011), “Observer les mobilisations”, Politix, n° 93, p. 7-27.

Juris J. (2007), “Practicing Militant Ethnography with the Movement for Global Resistance (MRG) in Barcelona », in Shukaitis S. & et Graeber D. (eds.), Constituent Imagination: Militant Investigation, Collective Theorization, Oakland, CA, AK Press, p. 164-176.

Offerlé M. (2009), Dictionnaire des mouvements sociaux, “groupes d’intérêt”, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 279-286.

Plows A. (2008), “Social Movements and Ethnographic Methodologies : An Analysis Using Case Study Examples”, Sociology Compass, n°2, p. 1523-1538.

Rootes C. (1990), “Theory of Social Movements: Theory for Social Movements?”, Philosophy and Social Action, vol. 16, n°4, p. 5-17.

Scheper-Hughes N. (1995), “The Primacy of the Ethical: Propositions for a Militant Anthropology”, Current Anthropology, vol. 36, n°3, p. 409-440.

Thorne B. (1979), “Political Activist As Participant Observer: Conflicts Of Commitment In A Study Of The Draft Resistance Movement Of The 1960’s”, Symbolic Interaction, vol. 2, n°1, p. 73-88.

Submit your proposal/abstract via email attachment to Mischa DEKKER (m.dekker@ehess.fr) and Delphine THIVET (delphine.thivet@ehess.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *