APPEL – 8. Terrains « clivés » : l’ethnographe entre gouvernants et gouvernés

Atelier organisé par Doris BUU-SAO et Clémence LEOBAL

Les «contestataires» et «l’État», les « habitants » et les «urbanistes», les «minorités ethniques» et la «société nationale»… : sur bien des terrains, les ethnographes se confrontent à des collectifs présentés comme antagonistes, notamment dans des situations impliquant gouvernants et gouvernés (projets de «développement», aménagement urbain ou rural, pacification des relations de travail…). Leur observation permet cependant à l’ethnographe, qui fait à sa manière le « pont » entre les groupes en présence (Gluckman 2008), de saisir la complexité des logiques sociales à l’œuvre par-delà les clivages institués.

D’une part, si les individus peuvent se définir momentanément par le rôle endossé lors d’une interaction (le « leader », le « cadre d’entreprise », la « fonctionnaire », l’« habitante »…), ils évoluent dans une diversité de « scènes sociales ». Différents rôles, normes et significations contribuent à leur formation en tant que personnes complexes dont l’unité n’est jamais acquise (Weber 2001). D’autre part, les modes de gouvernement qui nous intéressent dépassent les définitions institutionnelles du pouvoir étatique : ce sont bien souvent des acteurs privés, tels que les entreprises ou les ONG, qui sont amenés à exercer un pouvoir effectif sur les populations, participant d’un gouvernement indirect dans le cadre de la privatisation de l’Etat (Hibou 1999). Les interactions entre gouvernants et gouvernés sont donc loin de se dérouler de manière dichotomique, ni les uns ni les autres ne constituant des groupes monolithiques.

Il importe ainsi de saisir la pluralité des rôles endossés par les acteurs et la complexité des logiques à l’œuvre, au-delà des catégories binaires parfois si prégnantes dans les discours des acteurs. Comment surmonter les obstacles que ces apparents clivages opposent à l’entreprise ethnographique ? Nous sommes en effet souvent sommé-e-s de prendre parti alors même que nous entendons dépasser les frontières instituées pour appréhender la complexité du social. Comment la performance de ces clivages par les acteurs du terrain influe-t-elle sur notre pratique de l’ethnographie ? Comment contourner les logiques d’« enclicage » à l’œuvre sur le terrain (Naepels 1998), en particulier dans ces situations où l’ethnographe est rapidement assigné-e à un « camp » ? Quels problèmes éthiques sont soulevés lorsque l’ethnographe circule entre ces groupes, au prix parfois de transgressions bien réelles (sentiment de « trahison », confidentialité des données…) ?

Déconstruire l’apparente unité de ces collectifs et des personnes qui s’y rattachent ne doit cependant pas nous empêcher de prendre au sérieux l’existence, en discours et en pratique, de ces antagonismes. La construction de catégories apparemment opposées, telles que « l’Etat » et la « société », est elle-même le produit de pratiques et d’interactions concrètes (Mitchell 1999). Il en va ainsi des réunions entre administrateurs et bénéficiaires de certains programmes, dont l’efficacité rituelle permet de performer et faire advenir cette fiction qu’est la « communauté » (De L’Estoile 2015). Plus encore, ces frontières instituées exercent des effets concrets. Elles orientent les pratiques de l’habitat, du travail, de la vie quotidienne comme de l’action protestataire, structurant les champs d’actions possibles (Foucault 1982). Si elles participent de la consolidation d’un ordre politique, ces frontières peuvent aussi ouvrir de nouveaux horizons de critique.

Cet atelier est ouvert à toute proposition qui, depuis une expérience d’enquête où gouvernants et gouvernés sont amenés à interagir, interroge ces questions de naturalisation des clivages, tant pour les déconstruire que pour saisir leurs effets sur la réalité observée et sur la pratique ethnographique.

Bibliographie indicative

De l’Estoile B. (2015), « La réunion comme outil et rituel de gouvernement. Conflits interpersonnels et administration de la réforme agraire au Brésil », Genèses, vol. 1, n° 98, p. 7-27.

Foucault M. (1982), « Le sujet et le pouvoir », Dits et écrits, Paris, Gallimard, vol. 4, p. 222‑243.

Gluckman M. (2008 [1940]), « Analysis of a social situation in modern Zululand », Genèses, traduit par Tholoniat Y. et de l’Estoile B., vol. 72, n° 3, p. 119‑155.

Hibou B. (1999) dir., La privatisation des Etats, Paris, Karthala, 398 p.

Mitchell T. (1999), « Society, economy, and the state effect » in Steinmetz G. (dir.), State / Culture. State-Formation after the Cultural Turn, New York, Cornell University Press, p. 76‑97.

Naepels M. (1998), « Une étrange étrangeté. Remarques sur la situation ethnographique », L’Homme, vol. 38, n° 148, p. 185‑199.

Weber F. (2001), « Settings, interactions and things. A plea for multi-integrative ethnography », Ethnography, vol. 2, p. 475‑499.

 

Les propositions sont à transmettre à Doris BUU-SAO (doris.buusao@sciencespo.fr) et Clémence LEOBAL (clemence.leobal@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *