APPEL – 9. Ethnographie des problèmes publics : la question des troubles « récalcitrants » / Ethnography of Public Problems: On the Question of “Recalcitrant” Troubles

Atelier organisé par Perrine POUPIN et Marie GHIS MALFILATRE

Nous voudrions dans cet atelier mettre au débat des questions qui se posent lorsqu’on adopte une approche ethnographique des «problèmes publics » (Gusfield J., 2009). Des travaux ont, dans une perspective pragmatiste inaugurée par John Dewey, montré comment à partir de situations qualifiées de problématiques, des personnes en état de trouble s’engagent collectivement dans une dynamique d’enquête et de « publicisation » visant à « normaliser » la situation (Cefaï D. et Terzi C., 2012 ; Neveu E., 2015). Le trouble comme mode d’entrée se trouve par exemple au cœur d’études actuelles sur la ville (Breviglieri M. et Trom D., 2006 ; Bidet A., Boutet M., Chave F. et al., 2015).

  1. Sur certains terrains, le chercheur est confronté à une expérience sociale repérée comme globalement problématique par un ensemble de protagonistes, quotidiennement confrontés à des tensions et des inquiétudes, sans moyen d’y remédier (comme on peut le lire dans des études en milieu populaire, en contexte autoritaire et sur des travailleurs atteints de maladies professionnelles non reconnues comme telles (Thébaud-Mony A., 2006 ; Henri E., 2007). Nous sommes intéressées par des recherches qui se soucient des dynamiques dans lesquelles apparaissent des blocages, lesquels entravent la publicisation du problème et l’expérience créative. On retrouve ce souci chez Joan Stavo-Debauge (2012) qui remet en question la valorisation des troubles et des chocs à faire émerger des enquêtes. Nous distinguons déjà deux types d’obstacles. Les premiers empêchent le passage du choc à la réflexivité et au désir d’enquête sur les responsabilités. Les seconds, spécificités des mouvements ou incapacitation (par impuissance ou déni, répression et invisibilisation de la part des acteurs dont les intérêts sont mis en cause), bloquent, contiennent ou neutralisent dans l’enquête la dynamique de problématisation et de publicisation. Un certain nombre de ces obstacles ont été bien décrits dans l’étude de dispositifs participatifs (Carrel M., 2013; Talpin J., 2006) ou dans l’étude des collusions entre industriels et chercheurs autour d’enjeux de santé publique (Thébaud-Mony A., 2014).
  2. Sur fond d’échec du processus de publicisation, le chercheur observe d’autres configurations en matière d’art de vivre et d’action collective autour des troubles (solidarités, discours cachés, arts de résistance). Quelle est la nature de cette épreuve du trouble à la limite du dicible, de l’informe, de l’enfoui et du perceptible ? Comment saisir l’affectivité et le ressenti ainsi que la composition des partitions individuelles et collectives où une bonne partie se joue dans les petits mouvements et les vacillements ? Comment rentrer et sortir indemnes (le chercheur et ses enquêtés) de ces zones sensibles, ces souffrances qui souvent sans la mise en cohérence du chercheur, tendraient à mener au silence et à l’oubli ?
  3. Certains thèmes atteignent une reconnaissance large, sans pour autant être inscrits sur l’agenda des autorités ou sans être réellement traités dans les arènes politiques institutionnalisées. La manière dont les problèmes publics sont appréhendés au sein de ces arènes, comme le Parlement (Barthe Y. et Borraz O., 2011), a été peu étudiée. Ces thèmes et leurs campagnes semblent émerger et disparaître dans un jeu de dissipation continu. Le critère qui évalue le processus de publicisation selon sa capacité à aboutir à des lois et à s’en remettre à des gouvernants dans un État de droit n’est-il pas insuffisant ? Comment décrire les mobilisations, liées par exemple à de grands aménagements urbains, à la corruption, aux pollutions industrielles (Jobin P., 2006), et notamment dans des pays périphériques (Brésil, Russie, etc.), où apparaissent d’autres manières d’organiser la chose publique, en dehors des dispositifs classiques que nous connaissons ?

Bibliographie indicative

Barthe Y. et Borraz O. (2011), « Les controverses sociotechniques au prisme du Parlement », Quaderni, 75, p. 63-71.

Bidet A., Boutet M., Chave F., Gayet-Viaud C. et Le Méner E. (2015), « Publicité, sollicitation, intervention. Pistes pour une étude pragmatiste de l’expérience citoyenne », SociologieS (http://sociologies.revues.org/4941).

Breviglieri M. et Trom D. (2006), « Analytique du trouble urbain et perception de la ville. Une approche pragmatique des problèmes publics », in Bajolet É., Mattei M.-F. & Rennes J.-M. (dir.), Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, MSH « Villes et Territoires », p. 50-57.

Carrel M. (2013), Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS ÉDITIONS.

Cefaï D. et Terzi C. (dir.) (2012), L’expérience des problèmes publics (Raisons pratiques), Paris, Éditions de l’EHESS.

Gusfield J. (2009), La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica [traduction de Daniel Cefaï].

Henry E. (2007), Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Jobin P. (2006), Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon, Paris, EHESS.

Neveu E. (2015), Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin.

Stavo-Debauge J. (2012), « Des “ événements ” difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste », in Cefaï D. et Terzi C., L’expérience des problèmes publics (Raisons pratiques), Paris, Éditions de l’EHESS, p. 191-223.

Talpin J. (2006), « Jouer les bons citoyens Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs », Politix, 75/3, p. 11-31.

Thébaud-Mony A. (2006), « Histoires professionnelles et cancer », Actes de la recherche en sciences sociales, 163, p. 18-31.

Thébaud-Mony A. (2014), Science asservie. Santé publique : collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Paris, La Découverte.

 

Les propositions sont à transmettre à Perrine POUPIN (perrine123456@yahoo.fr) et Marie GHIS MALFILATRE (ma.ghismalfilatre@yahoo.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *