Appel (atelier 2)

ATELIER : Ethnographier les mondes de l’aide internationale

6 novembre 2014 : 9h00-12h00

EHESS, Bât. France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 640 (6ème  étage, noyau A)

Responsables

  • Camille Al Dabaghy (Iris-EHESS)
  • Jade Legrand (IIAC-EHESS / Centre Marc Bloch)

Appel à communication

Depuis les indépendances des anciennes colonies, le dispositif de l’aide internationale comme son appréhension par les sciences sociales se sont profondément transformés. Des acteurs divers et très nombreux (États et armées, collectivités locales, ONGs du Nord et des Suds, organisations multilatérales ou confessionnelles, entreprises, experts, ressortissants de diasporas…) agissent et interagissent sur les terrains de la coopération et de l’urgence. Le plus souvent, leurs interventions s’imbriquent au moins indirectement dans l’espace et le temps de situations locales qui se prêtent à l’observation ethnographique. Par ailleurs, les études sur le développement et celles sur l’humanitaire, aux trajectoires historiques distinctes, sont progressivement entrées en dialogue[1]. Dans ce foisonnement de travaux, les questions de recherche portent à présent aussi bien sur la production de l’aide et des catégories cognitives et évaluatives qui lui sont propres que sur les conséquences qu’elle provoque.

Multiplicité des acteurs, recroisement de l’ethnographie et de l’histoire, complexité de dynamiques à la fois éclatées, globalisées et paradigmatiques : les mondes de l’aide internationale nous plongent au coeur des débats sur la possibilité d’une ethnographie du global et sur les manières de la pratiquer. Comment mener, concrètement, une ethnographie qui permette d’observer des situations ancrées localement, de les contextualiser et de rendre intelligibles des conduites par une immersion suffisante pour accéder aux interprétations indigènes mais nécessairement partielle ? Et tout simplement, comment circonscrire l’espace-temps de nos enquêtes ?

Les partis pris actuels sont nombreux : choisir pour terrain les camps de réfugiés[2], ou pour objet la délivrance des services publics[3], travailler sur une catégorie d’acteurs (les « bénéficiaires », les « travailleurs » de l’aide[4]), ou tenter au contraire de les saisir ensemble et de travailler sur le dispositif d’intervention… Ces objets ou ces problématisations de l’aide présupposent et engagent des choix théoriques qui sont tout autant des choix de méthodes et de techniques d’enquête (ethnographie multi-sites, extended case method, démarches interactionnistes…). C’est sur ces derniers que nous voudrions mettre l’accent. Les enjeux de réflexivité des acteurs et de sensibilité des terrains ont été récemment bien traités (en particulier lors du dernier colloque de l’APAD en juin 2013 à Montpellier) et nous voudrions nous centrer dans cet atelier sur une question cruciale : comment délimiter son enquête ? Quelles sont les conséquences d’opportunités (lorsque que des institutions ou des groupes, souvent difficiles à pénétrer et à intégrer, se sont ouverts à nous) ou de contraintes ad hoc (quand enquêter sur certains acteurs interdit l’accès à leurs rivaux et ennemis et à leurs activités) ? Comment faire preuve de la même « rigueur du qualitatif »20 sur des terrains multiples ? Jusqu’où suivre des connexions, mêmes empiriquement avérées ? Avec quels autres types de données articuler nos matériaux de terrain pour les rendre intelligibles ? Et au fond, quel est le prix méthodologique et conceptuel mais aussi matériel, émotionnel, éthique de ces choix ?

À la croisée d’un questionnement sur la production des données et sur la difficulté de restituer la dimension systémique de l’aide, nous attendons des communications proposées qu’elles présentent des matériaux et/ou des récits d’enquête qui éclaireraient particulièrement les aspects suivants :

  • Comment enquêter sur la « relation d’aide » décrire et analyser ce qui se joue entre « aidants » et « aidés », entre « développeurs » et « développés », mais aussi entre « aidants » ou entre « développeurs » ?
  • Comment prendre en charge la pluralité des temporalités et des spatialités de l’aide ? Quelles expériences ordinaires se font et se défont dans les formes de coprésence ou dans les interactions à distance propres à l’aide internationale ? Que faire de la dimension « émique » du « projet » ?
  • Comment restituer les jeux d’échelles, à la fois ceux, multiples, des enquêtés et ceux des enquêteurs dans leur travail de reconstruction de l’objet ?

[1] Atlani-Duault Laëtitia, Vidal Laurent (dir.), 2009, Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement. Des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques, Paris, Armand Colin.

[2] Agier Michel, 2002, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion.

[3] Blundo Giorgio, 2011, « Une administration à deux vitesses. Projets de développement et construction de l’État au Sahel », Cahier d’Études Africaines, vol. 2-3, no 202-203 : 427-452.

[4] Dauvin Pascal, Siméant Johanna (dir.), 2002, Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po ; Fechter Anne-Meike, Hindman Heather (eds.), Inside the Everyday Lives of Development Workers : The Challenges and Futures of Aidland, 2011, Bloomfield, CT, Kumarian Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *