Appel (atelier 4)

ATELIER : Terrains sensibles : pièges et ressources de l’enquête

6 novembre 2014 : 14h-17h

EHESS, Bât. France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 638 (6ème  étage, noyau A)

Responsables

  • Gaspard Lion
  • Adeline Perrot

Appel à communication

 Cet atelier est conçu comme un lieu de discussion des dimensions politiques, morales et cognitives[1] qui traversent les terrains qualifiés de « sensibles »[2] et qui organisent considérablement le cours de la recherche. Deux critères ont été retenus pour délimiter ces terrains : ils sont identifiés comme « problématiques » par une pluralité d’acteurs (responsables politiques, opérateurs administratifs, intervenants judiciaires, associatifs, etc.) aux visées normatives affirmées ; ils concernent des personnes ou groupes en situation de stigmatisation, violence, et/ou précarité qui sont l’objet d’une prise en charge par ces acteurs. Se focaliser sur de tels terrains, c’est donc inévitablement commencer par interroger ces identifications publiques, comme mises en forme de situations sociales dites « problématiques »[3] supposant des ambivalences, des complexités d’accès et de maintien sur le terrain pour le chercheur.

Sans exclure les chercheurs qui travaillent sur des conflits armés, nous percevons une différence entre « sensible » et « dangereux ». Ici, il s’agit moins de faire la somme des risques encourus par l’enquêteur que d’élargir l’analyse de la relation d’enquête à l’ensemble des acteurs se partageant la scène sociale et qui agissent auprès des publics exposés comme « vulnérables ». Seront appréciées les contributions offrant un regard sur les manières de composer avec de telles situations. De la sensibilité au sens politique à la sensibilité de l’enquête, le terme invite à un retour réflexif sur les engagements du chercheur, ses positionnements, et pourquoi pas ses errements. Les perturbations, difficultés, contradictions, ou surprises du terrain gagneront à être envisagées dans leur portée heuristique, comme révélateurs d’enjeux plus larges.

Cet abord des publics n’est pas séparé de l’abord du territoire qui a été matérialisé comme lieu de distance, de prise politique : lieu de marge ou d’effacement, enfermement ou expulsion, l’espace sera pris en compte comme participant à la « sensibilité » des terrains. Les contributions pourront par exemple porter sur les aspects et dynamiques de constitution de tels territoires, qui sont questionnés et remodelés par le chercheur dans son enquête, la multiplicité des espaces vécus et pratiqués s’opposant à la rigidité des catégories administratives.

Au-delà des cadrages institutionnels, on pourra aussi questionner la prégnance des catégories dans la conduite d’enquête de terrains. Tous les terrains sensibles sont-ils problématiques pour le chercheur ? D’un dépassement de ces pré-qualifications à l’analyse de la violence des situations, l’éventail des pratiques est large : le regard sur ces catégories doit informer tant sur l’expérience de terrain que sur les processus de constitution d’objets d’attention publique.

Au final, cet atelier questionne la place de l’enquêteur, bousculé, pris dans des enjeux conflictuels entre les différents publics qui tentent d’arrêter une version du problème, d’en détenir la « propriété », d’établir des relations de causalité et de responsabilité sur lesquelles agir. Sa recherche interfère avec la circulation d’informations, elles-mêmes sensibles, et sur les nécessités qu’ont certains publics de maintenir le silence, le secret sur leurs pratiques. De fait, l’ethnographie participe pour partie à la définition du terrain comme sensible, et l’enquêteur est inscrit malgré lui dans une arène du sensible. Dès lors, on peut s’interroger sur les modalités, enjeux et effets des appropriations ou tentatives d’appropriation de la présence du chercheur sur le terrain, ainsi que de ses propres tentatives pour surmonter ces enjeux politiques, cognitifs et moraux, pendant et après l’enquête. Pourront ainsi être effectués des retours réflexifs, par exemple à partir de la question de la publicisation des résultats.


[1] Gusfield Joseph, 2009 (1981), La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica.

[2] Bouillon Florence, Fresia Marion, Tallio Virginie (dir.), 2005, Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, EHESS.

[3] Dewey John, 2010 (1927), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *