Appel (atelier 5)

ATELIER : Villes et ethnographies : les échelles de l’enquête et de l’écriture

6 novembre : 14h00-17h00

EHESS, Bât. France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 640 (6ème  étage, noyau A)

Responsables

  • Martin Lamotte
  • Maria Anita Palumbo

Appel à communication

En 1955, avec sa Sociologie des Brazzavilles noires[1], George Balandier bouleverse les fondements du fonctionnalisme et du structuralisme, en proposant de décentrer l’enquête et l’analyse du côté du conflit et du dysfonctionnement. Cette anthropologie dynamique et relationnelle s’intéresse alors au changement social, dont le conflit est un des révélateurs. Ce projet s’est réalisé à travers un terrain particulier, la « ville », ouvrant de nouvelles voies dans le monde francophone à un projet d’anthropologie urbaine. Le parcours de Balandier, son « détour » africain ainsi que ses travaux ont inauguré la diffusion de l’ethnographie comme mode d’enquête spécifique sur le monde contemporain et ses dynamiques de transformation et, ont dans le même temps ouvert le chemin de la ville aux anthropologues, en écho aux recherches menées à la même époque au Rhodes-Livingstone Institute[2].

Aujourd’hui, pour les géographes, sociologues, anthropologues, politologues qui situent leur terrain d’enquête en milieu urbain, l’ethnographie est devenue une démarche commune. Il n’est d’ailleurs pas anodin que les premiers « observateurs » du monde urbain furent des écrivains, de Restif de la Bretonne à Zola, et que hors du contexte de recherche français, des journalistes comme Robert E.

Park[3] se firent sociologues en recourant à des méthodes d’enquête de terrain. C’est que la ville en appelle à toutes les compétences et à tous les détours pour se laisser appréhender. Pour autant, est-ce que toutes ces disciplines pratiquent le même type d’ethnographie ? L’ethnographie urbaine nous semble particulièrement confrontée à une question d’échelle, transversale aux différentes sciences humaines qui l’utilisent en tant que mode d’enquête. Souvent, la référence à « la ville » écrase par sa taille la relation d’enquête micro-logique et locale propre à la pratique ethnographique, aussi insaisissable pour l’ethnographe urbain que l’État pour l’ethnographe politique. À cette inquiétude d’échelle s’ajoute le problème de la reconstitution de l’objet-ville au moment de l’écriture. De fait, la préoccupation des grandeurs d’échelle[4] est présente tout au long de l’enquête, dans la prise en compte des variations d’échelle des enquêtés, dans le choix et le cadrage des situations à observer par l’enquêteur et au moment du « passage à l’écriture » et de la « montée en généralité » que requiert l’analyse.

Dans le but de confronter, d’un point de vue interdisciplinaire, les interrogations sur la pratique ethnographique en milieu urbain et ses usages, du terrain à la mise en forme du récit ethnographique, nous proposons d’explorer ce terrain commun d’observation (la ville) à partir de situations ethnographiques particulières et d’objets d’ethnographies urbaines (conflits, marges, etc.). L’idée est de montrer très concrètement les figures que prend la ville en relation au type d’enquête qui en rend compte et de le faire en posant en même temps la question des modalités d’observation et de description et des échelles spatio-temporelles que la situation observée appelle comme contexte d’expérience des enquêtés et comme cadre de référence des enquêteurs.

Face à cette interrogation sur la possibilité d’une connaissance ethnographique de / dans la ville et sur la forme et la place que le matériel ethnographique prend dans la construction d’une ethnographie et sa restitution, nous voudrions amener les chercheurs à réfléchir avec nous sur plusieurs questions : comment se pratique l’ethnographie en milieu urbain ? Autour de quels objets ? Quelles sont les échelles dans la pratique ethnographique, depuis le choix des terrains à l’analyse des données ? Que devient l’ethnographie dans le passage à l’écriture ? Qu’est-ce la « ville » des ethnographes ?


[1] Balandier Georges, 1955, Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, A. Colin.

[2] Hannerz Ulf, 1983, Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit.

[3] Park Robert E., 1915, « The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the Urban Environment », American Journal of Sociology, XX, p. 577-612. (trad. in Grafmeyer Y., Joseph I. (dir.), 1979, L’Ecole de Chicago. Naissance de I’écologie urbaine, Paris, Éditions du Champ Urbain, p. 79-126.

[4] Revel Jacques (dir.), 1996, Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Éditions de l’EHESS-Gallimard-Le Seuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *