Atelier 12: La « couleur » et l’identité ethnicisée du chercheur dans l’enquête de terrain

Co-organisateurs: Hélène Quashie (IMAF, EHESS), Etienne Berger (Université Paris1 Panthéon Sorbonne, PRODIG)

Discutante: Isabelle Hidair-Krivsky (Université de Guyane)

Intervenants: – Claire Cosquer (Science PO Paris, OSC): Ethnographier la blanchité: tensions épistémologiques et éthiques d’un « cynisme méthodologique »

Marie Lasserre (EHESS, IMAF): Processus intersubjectifs d’enquête et asymétries relationnelles cumulées de « race », de genre et de classe: réflexions sur la place d’une étudiante française auprès de Sénégalaises transmigrantes au Maroc

Marcilene Silva da Costa (docteur associée LISST-CAS, Université Toulouse): Les avantages et désavantages de ressembler aux « natifs »

Résumé: La pratique ethnographique, de plus en plus multi-située, s’inscrit dans des contextes marqués par une intensification des relations sociales entre des lieux distants et une circulation accélérée des catégories d’appartenances (Cunin, 2006). De nombreux objets d’étude révèlent des tensions permanentes entre des processus d’assignation, de réappropriation et d’auto-désignation identitaire, dont les frontières fluctuantes (Barth, 1969) se construisent à partir de « branchements » culturels transnationaux (Amselle, 2001) et reformulent les appartenances locales. Des mécanismes de distinction sociale s’appuient sur des référents « ethniques », qui réifient une « origine » et une substance culturelle mythifiées, et/ou des marqueurs chromatiques génériques. Ces phénomènes d’ethnicisation et de racialisation sont souvent difficilement dissociables (Primon, 2007) : leurs modes de catégorisation convergent vers la naturalisation et la légitimation essentialisées des différences. Ils reposent en outre sur des hiérarchisations de classe qui engendrent des privilèges sociaux et des stratifications de couleurs, y compris parmi des individus labellisés sous la même identité phénotypique et/ou culturelle (Bonniol, 1992 ; Ndiaye, 2006).

La complexité de ces questions est abordée à travers de nombreux champs de recherche, mais peu souvent dans un cadre réflexif. Or, les objets d’étude, leur originalité et leur renouvellement ne peuvent se construire sans un retour approfondi sur les situations d’enquête expérimentées (Leservoisier & Vidal, 2007). Si la pratique du terrain interroge souvent les effets de l’âge, du sexe et de l’appartenance sociale du chercheur dans ses rapports avec ses enquêtés, il est peu question des enjeux posés par l’identité ethno-racialisée qui peut lui être attribuée. L’analyse des questions identitaires semble se concentrer sur les dynamiques sociales étudiées, comme si le chercheur y était totalement extérieur.

Pourtant, la « couleur » ou l’identification ethnicisée du chercheur peuvent constituer des marqueurs déterminants lorsque l’on est étranger au pays d’étude et selon la nationalité que l’on possède (Doquet, 2005), ou lorsqu’on n’appartient pas aux groupes sociaux étudiés, ni aux classes sociales enquêtées (Duneier & Back, 2006 ; Bonnet, 2008), même si le chercheur est « du cru » (Diawara, 1985). Bien que le monde académique reste marqué par de nombreuses asymétries, les pratiques ethnographiques concernent des enquêteurs de tous horizons. L’identification ethno-raciale du chercheur par ses enquêtés peut renvoyer à l’usage de qualificatifs chromatiques génériques (« noir », « blanc », « métis ») ou au postulat d’une « origine » associée à une identité culturelle essentialisée (« arabe », « asiatique », « occidental », etc.), particularisés ou non avec des référents liés à une nationalité ou un ethnonyme régional. Ces catégorisations peuvent changer d’un contexte social à un autre, et dépasser le cadre chromatique et culturel, par exemple lorsqu’elles sont corrélées à la perception qu’ont les enquêtés de l’appartenance de classe du chercheur (on peut être perçu comme « noir » ou « arabe » et considéré ailleurs comme « blanc » ou « occidental »). Ces assignations se heurtent alors à l’identité que pourrait choisir de revendiquer le chercheur.

Les processus qui ethnicisent et racialisent ce dernier interrogent directement la production des connaissances : dans quelle mesure affectent-ils les rôles (re)construits par le chercheur durant l’enquête et comment organisent-ils ses modes d’interactions et ses stratégies ? Les identités qui lui sont assignées conditionnent-elles son accès au terrain et les positions qu’il y adopte ? Quelles données peuvent être liées à la catégorisation ethno-racialisée dont il fait l’objet et à ses (in)capacités à en jouer, selon ce qu’elle signifie pour les enquêtés ?

Bibliographie indicative

Amselle Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologies de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Barth Fredrik, 1969, Ethnic groups and boundaries. The social organization of culture difference. Oslo, Universitetsforlaget.

Bonnet François, 2008, « La distance sociale dans le travail de terrain : compétence stratégique et compétence culturelle dans l’interaction d’enquête », Genèses, 4 (73) : 57-74.

Bonniol Jean-Luc, 1992, La couleur comme maléfice. Une illustration créole de la généalogie des « Blancs » et des « Noirs », Paris, Albin Michel.

Cunin Elisabeth (dir.), 2006, La globalisation de l’ethnicité ?, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, 38, Paris, IRD/Armand Colin.

Duneier Mitchell & Les Back, 2006, “Voices from the sidewalk. Ethnography and writing race”, Ethnic and Racial Studies, 29 (3): 543-565.

Diawara Mamadou, 1985, « Les recherches en histoire orale par un autochtone, ou l’inconvénient d’être du cru », Cahier d’Etudes Africaines, 25 (97) : 5-19.

Doquet Anne, 2005, « Tous les Toubabs ne se ressemblent pas. Les particularités nationales des étrangers vues par les guides touristiques maliens », Mali-France : regards sur une histoire partagée, Paris, Karthala ; Bamako, Donniya : 243-258.

Leservoisier Olivier & Laurent Vidal, 2007, L’anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnologiques, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Ndiaye Pap, 2006, « Questions de couleur. Histoire, idéologie et pratiques du colorisme », in Fassin Didier & Eric Fassin, De la question sociale à la question raciale : représenter la société française, Paris, La Découverte : 37-54.

Primon Jean-Luc, 2007, « Ethnicisation, racisation, racialisation, une introduction », Faire savoir, 6, Aix-e

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *