Atelier 13: Ethnographier des terrains « sensibles ». Des outils et des enjeux spécifiques?

24 novembre, de 9h à 12h30

Co-organisation: Atelier 13 (Dauphine IRISSO, IEP Toulouse LaSSP, EHESS LAIOS)

Discutante: Martina Avanza

Intervenants: Raphaël Challier (Paris 8, UMR CRESSPA GTM): Observer des militants populaires, observer des militants de droite: le difficile équilibre entre empathie et distance face à des engagements subalternes peu légitimes

Claire Choupel (Paris Dauphine, IRISSO): Enquêter sur un terrain « hostile »: enjeux théoriques et éthiques des prises de contacts

Anne-Cécile Caseau (Paris 8, CRESSPA/LABTOP): Mon terrain d’enquête, c’est leur terrain de vie: ethnographie d’un bidonville rom

Résumé: Cet atelier interroge les apports de l’ethnographie à la connaissance des groupements politiques définis comme des objets sensibles, et les questions que ces objets posent à l’ethnographie du politique. Si la notion de terrain difficile désignait initialement des enquêtes dans des milieux hostiles aux chercheurs, elle a été élargie à d’autres terrains où les relations d’enquête sont délicates en raison des idées des enquêtés considérées comme détestables, lorsque les engagements portés peuvent compromettre leur sécurité, ou encore lorsque l’ethnographe étudie une cause qu’il regarde avec (trop de) sympathie. En effet, le déroulement de l’enquête peut se révéler périlleux suite aux attentes des enquêtés, et suppose une distanciation réflexive à l’égard de l’objet. L’hétérogénéité des contextes d’investigation invite à réfléchir à nouveau aux terrains difficiles. Dans quelle mesure peut-on encore mobiliser cette notion? En quoi la méthode ethnographique permet-elle de l’éclairer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *