Atelier 2: Ethnographier les recompositions contemporains des groupes sociaux dans l’ancien bloc socialiste

capture-decran-2016-10-16-a-14-23-10
24 novembre, de 13h30 à 16h30

Co-organisateurs: Pierre Deffontaines (Université de Bourgogne, CESAER), Mihaela Hainagiu (IRIS/CMH-ETT-Tepsis, EHESS)

Discutant: Gilles Laferté (directeur de recherches, INRA)

Intervenants: – Ludovic Lepeltier-Kutasi (CITERES/EMAMM, Université de Poitiers): « politiques urbaines de réhabilitation sociale » à Budapest: Ethnographier les effets de l’action publique sur les catégorisations sociales locales

– Jacques Petitier (ENS Cachan, IDHES): Hériter des élites culturelles soviétiques: la recomposition des ressources sociales et la question de la fidélité familiale

– Judith Audin (IEP Aix en Provence, CHERPA): Ethnographier la fragilisation d’un groupe social à travers la rénovation urbaine. Enquête sur les mineurs relogés de « Penghuqu » (Datong, province du Shanxi, Chine)

Glenn Mainguy (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim): Classer et se classer. La construction de catégories sociales ordinaires de classement dans le monde rural russe contemporain

Résumé: Au tournant des années 1990, les régimes communistes d’Europe et d’Asie s’effondrent. Les reconfigurations des espaces politiques et économiques affectent l’ordre social, participant au déplacement des frontières entre groupes sociaux et à l’effritement de certains d’entre eux. Bien que la question de l’émergence de nouvelles lignes de clivages sociaux dans l’ancien bloc soviétique soit aujourd’hui une question sociale de taille, relativement peu d’études académiques sur ces pays l’ont prise pour objet ou pour outil d’analyse, et cela pour des raisons historiques diverses (faiblesse et faille des données statistiques disponibles sur les groupes professionnels, anticommunisme de l’intelligentsia au pouvoir, bannissement du terme de « classe », absence de parole politique).  Notre atelier se propose de remettre cette question au coeur des interrogations sociologiques. Il s’agit plus précisément de saisir par des ethnographes fines les processus contemporains de recomposition des groupes sociaux, induits par les transformations d’inspiration néolibérale de l’organisation économique. Par l’analyse des trajectoires, des interactions et des pratiques sociales au ras du sol, l’ethnographie est une méthode de choix pour saisir la différenciation sociale (toutes les différences qui font la différence) tout comme d’interroger la pertinence et les failles des outils statistiques. Dans le cadre de l’atelier, les interventions exploreront à la fois les effets des politiques publiques, notamment urbaines, sur les rapports entre les groupes, le destin social de groupes sociaux à travers l’héritage et la transformation de capitaux et de pratiques et les manières émiques de s’identifier et de se différencier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *