Atelier 5: Comment ethnographie le travail indépendant? (R)accommoder les spécificités de l’objet et les méthodes

24 novembre, de 9h30 à 12h30

Co-organisatrices: Flora Bajard (Université Aix-Marseille), Madlyne Samak (IRISSO Paris Dauphine/CNRS et Université Paris-Dauphine)

Discutant: Marc Perrenoud, Maitre d’enseignement et de recherches, Université de Lausanne

Intervenants:  –Fanny Parent (LaSSP, IEP Toulouse): Etudier le travail indépendant invisible par l’ethnographie d’un lieu visible: l’école privée de médecine chinoise comme instance de professionnalisation et d’engagement pour la reconnaissance d’une nouvelle profession de praticiens en médecine chinoise

Guillaume Lejeune (CERLIS, Paris Descartes): Enquêter auprès des chauffeur.e.s de taxi, une ethnographie située sur un terrain multisituée

Quentin Schnapper (ENS-CESAER): « T’es comme un psy en fait, tu écoutes et tu notes! » Une ethnographie par la présence: aux frontières du travail des « commerçants » d’un bourg périurbain de Vendée

Résumé: Cet atelier interroge ce qu’induisent les spécificités du travail indépendant (statuts, activités, secteurs, taille, identités professionnelles et représentations de l’activité…) en termes méthodologiques, et inversement, la manière dont l’ethnographie met l’en- quêteur.trice sur la piste d’enjeux peu visibles ou modèle la manière d’analyser l’objet. En quoi l’ethnographie localisée favorise-t-elle la compréhension des stratégies écono- miques, dans un contexte où les univers familiaux et professionnels sont décloisonnés voire imbriqués ? Alors que la non-subordination et l’absence de contrôle hiérarchique sont une modalité classique de travail pour les indépendants, quels sont les effets de la présence d’un observateur sur les pratiques de ces travailleurs ? Enfin, en l’absence d’unité de lieux, et alors que le travail est souvent individuel, isolé ou éclaté, comment s’y prendre pour produire une ethnographie parlante ?