Atelier 7: Carte blanche aux ethnographes. De l’usage de la cartographie urbaine

Co-organisatrices: Elsa Bernot (CRH-Tepsis, GGH-Terres), Joana Sisternas (CEMS/IMM-Tepsis, EHESS/LeMetro Université Federal do Rio de Janeiro), Margaux Vigne (CRENAU-ENSA Nantes-UMR 1563)

Discutante: Sandra Parvu (chercheuse au LAA, LAVUE, ENSA, Paris La Villette)

Intervenants: – Sarah Van Hollebeke (CriDIS,/Cresson ENSAG): « the get out of the ghetto ». Cartographier les dimensions sensibles des quartiers prioritaires de Bruxelles

Elise Olmedo (Université Paris 1): Cartographies textiles. Sensibiliser les savoirs par la recherche-création

Florian Opillard (CRH, EHESS): « Community power maps et cartographies collectives ». Analyse croisée Etats-Unis/France de cartographies collectives de controverses territoriales.

Résumé: Cet atelier sera l’occasion de discuter de l’usage de la cartographie en ethnographie urbaine, partant de matériaux de recherche. La réalisation de cartes est un processus. Il implique des choix techniques et méthodologiques qui diffèrent selon les acteurs et les enjeux qui les précèdent. Quels intérêts présentent alors les cartes produites par le chercheur lui-même, au regard des cartes réalisées par ses enquêtés, ou coproduites par différents acteurs (urbanistes, artistes, collectifs d’habitants…) ? Une fois produite, la carte peut devenir un outil d’analyse qui dépasse la dimension spatiale. Entre « moyen de connaissance des espaces » et « moyen de représentation des modes de connaissance des espaces », quelles nouvelles perspectives permet-elle de révéler du terrain ? Enfin, que nous apprennent les conditions scientifiques de sa production, et son utilisation postproduction ? La carte peut avoir valeur d’archive, valeur heuristique, autant qu’être un outil de transmission de la recherche. Cela invite à réfléchir aux processus de traduction mis en œuvre par le cartographe et au rôle des langages non verbaux en sciences humaines