Atelier 8: Fragiles infrastructures de la santé. Repenser le « global » dans les ethnographies de la santé. Fragile infrastructures of Health. Rethinking « the Global » in Health Ethnographies

24 novembre, ed 13h30 à 16h30

Co-organisatrices: Jieun Kim (Graduate School of East Asian Studies, Freie Universität Berlin), Nathanaëlle Soler (IRIS-Tepsis, EHESS), Sanga Stuber (Master Santé Populations et politiques sociales EHESS, Paris 13)

Discutante: Fanny Chabrol (Cerme3, Tepsis, ERC GlobalHealth)

Intervenants: – Marcos Freire de Andrade Neves (Universidade Federal do Rio Grande do Sul/Freie Universität Berlin): Beyond Local and Global: Working the field in the landscape of assisted suicide.

Pierrine Didier (chercheuse au PASSAGES CNRS-Université de Bordeaux): Approche anthropologique et ethnographique des itinéraires thérapeutiques à Madagascar: utilisateurs, praticiens et médications au prisme des enquêtes de terrain.

– Jessica Benguigui (master SPPS, EHESS/Université Paris 13): Une réponse à la globalisation de la santé: phytothérapie et traitement du diabète de type II dans le Centre de Médecine Intégrative (CEMI), Mexico.

Résumé: Champ en pleine expansion depuis les années 1990 , la « santé globale » a donné lieu à de nouvelles formes d’organisation et de mobilisation des acteurs et ressources de la santé, de l’humanitaire et des agences de développement. La dynamique de globalisa- tion de la santé a affecté les infrastructures de façon radicalement nouvelle, réarticu- lant la façon dont circulent le soin médical, l’approvisionnement, le savoir, les moralités, les modes d’engagement et les pratiques de soins. L’enquêteur.trice se retrouve lui aussi circulant dans des terrains multi-situés et se doit alors de proposer une démarche ori- ginale apte à saisir les dynamiques nouvelles et diversifiées qui remodèlent les infras- tructures de santé.

Cet atelier interroge le renouvellement des pratiques ethnographiques que suscitent les objets et terrains de la « santé globale ». A travers des objets aussi divers que la dimension transnationale du suicide assisté, l’usage de la phytothérapie pour traiter le diabète au Mexique, ou encore l’étude de la médecine intégrative à Madagascar, les intervenants exposeront dans une démarche réflexive les choix méthodologiques et les questionnements survenus dans leur enquête ethnographique.

The rapidly expanding field of “global health” has been immensely influential in mobilizing actors and resources in biomedical research, humanitarian aid, and development agencies, since the 1990s. Such dynamics of globalization has affected the infrastructures of health in fundamentally new ways, reshaping how medical care, supplies, knowledge, moralities, modes of engagement are circulated across the globe. Ethnographers, who also find themselves moving across multi-sited fields, are required to take an original approach adapted to capture the new and diverse dynamics that are reshaping the health infrastructures.

This workshop aims to discuss new ethnographic practices generated by the objects and fields of the “global health.” Through topics as diverse as the transnational dimension of assisted suicide, the use of phytotherapy to treat diabetes in Mexico, or the study of integrative medicine in Madagascar, the speakers reflect on their methodological choices and questions that arose in their ethnographic investigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *