Conférence plénière avec Véronique Bénéï

rae2016-20
Conférence plénière avec Véronique Bénéï, animée par Eloi Ficquet (à gauche) et Maxime Le Calvé (à droite) Photo: Camilo Leon Quijano

Nous aurons la chance d’accueillir Véronique Bénéï pour une conférence plénière de clôture.

Véronique Bénéï est directrice de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et membre du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et Organisations Sociales (LAIOS), à l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC), Paris. Elle fut Visiting Senior Fellow in Anthropology à la London School of Economics (LSE) où elle a enseigné, effectué des recherches et dirigé des thèses de 1998 à 2011. VB a également été invitée et a enseigné respectivement aux universités de Princeton et Yale en 2004-2005 et 2005-2006.Véronique a participé à et (co-)organisé plusieurs ateliers et programmes de recherches internationaux portant sur une anthropologie de l’État, la mondialisation, la fabrique des identités, citoyenneté et société civile (cf. l’ouvrage co-coordonné, The everyday state and society in modern India, 2000 (republié en 2009), et le volume coordonné Manufacturing Citizenship : Education and nationalism in Europe, South Asia, China, 2005). Dans le même temps, elle s’est intéressée à l’histoire et l’épistémologie des sciences sociales en Asie du Sud (cf. les ouvrages co-dirigés Intellectuels en diaspora et théories nomades, 2000, At home in diaspora. South Asian scholars and the West, 2003, Remapping Knowledge. The making of South Asian studies in India, Europe and America [19th-20th centuries], 2005).

Elle a longtemps travaillé en Inde, où elle a conduit de nombreuses enquêtes de terrain et en archives. Après un premier travail sur la place de la dot et du mariage dans la reproduction sociale indienne (cf. La dot en Inde : un fléau social ? Socio-anthropologie du mariage au Maharashtra, 1996), elle a développé une anthropologie politique et historique portant plus spécifiquement sur la production et transmission de savoirs et d’identifications locales, régionales et nationales en contexte scolaire. L’originalité de son livre, Schooling Passions. Nation, Language, History in contemporary western India (paru chez Stanford University Press en 2008, et dans une édition indienne chez Permanent Black en 2009 sous le titre Schooling India : Hindus, Muslims, and the Forging of Citizens), réside notamment dans le déploiement d’une approche se situant à la croisée d’une anthropologie du corps, des émotions, et des idéologie de langue.

Cet ouvrage et ses travaux précédents l’ont ensuite conduite a redéployer ses recherches dans trois directions et sur un autre continent, l’Amérique latine, où Véronique Bénéï a ouvert les chantiers de recherche suivants :
- épistémologie des savoirs et de la violence ;
- anthropologie de la résilience et de la violence en Amérique latine ;
- pratiques sociales et mémoires historiques de l’esclavage en Caraïbe colombienne.

Parallèlement, l’intérêt de Véronique pour les modalités de co-production et de restitution des savoirs dans les sciences sociales l’a amenée à expérimenter avec de nouvelles pratiques situées au croisement de l’art et de l’anthropologie. Il s’agit, dans un premier temps, de dire et mettre en scène le politique pour des publics et acteurs diversifiés, au-delà d’une scène plus étroitement académique. Un premier recueil de « poésies ethnographiques » a vu le jour à l’été 2013 et paraîtra chez L’Harmattan au début 2017. Un projet d’opéra fondé sur les matériaux historiographiques et ethnographiques de son chantier de recherche sur l’esclavage à Santa Marta (Colombie) est en cours.

Dans un souci de partager cette quête exploratoire d’alternatives avec collègues et étudiants, et après avoir co-dirigé le séminaire du LAIOS durant deux ans, Véronique Bénéï anime pour la troisième année un séminaire à l’EHESS sur « Art, Politique, Anthropologie ». Cette année, le format en est différent et vise à accueillir en son sein deux intervenants à chaque séance, tout en introduisant de manière expérimentale la modalité connue en France sous le nom de « danse médecine » (movement medicine, fondée en Grande-Bretagne en 2006), à laquelle Véronique se forme depuis plus de six ans.

rae2016-18
Véronique Bénéï propose des préparations au terrain sous forme de relaxation

rae2016-29 rae2016-23