MOACIR PALMEIRA

Les chemins de l’imprévu : les anthropologues face à la politique (Caminhos imprevistos : antropólogos diante da política)

14 OCTOBRE 2015: 17h30 – 19h30

Amphithéâtre

palmeiraMoacir Gracindo Soares Palmeira, Docteur en sociologie de l’Université Paris-Descartes (1971), est professeur titulaire à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro et chercheur au Conseil National de Recherches Scientifiques et Technologiques (CNPq). Actuellement, il est invité de la chaire internationale Tepsis et de l’Atelier « Personnalisation du lien politique ».

Depuis 1970, il enseigne dans le Programme doctoral d’anthropologie sociale du Musée national de Rio de Janeiro (UFRJ). Il a été conseiller au sein de la Confédération nationale des Travailleurs Agricoles (CONTAG) entre 1978 et 1989, et directeur des Ressources foncières à l’Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agricole (INCRA) (juillet 1985-juillet 1986). Entre 1970 et 1980, ses recherches ont été consacrées à l’étude des transformations contemporaines des plantations de canne à sucre situées dans la région du nord-est du Brésil, et à la mobilisation des paysans après le coup d’état militaire de 1964. Au début des années 2000, il a mené, en compagnie d’autres chercheurs, une vaste recherche sur les territoires de la réforme agricole brésilienne, dont résulte le livre intitulé Impactos dos Assentamentos : um estudo sobre o meio rural brasileiro, Unesp/Nead, Brasília, 2004 [“L’impact des colonies: une étude sur l’espace rural brésilien”]. Actuellement, il co-dirige le projet « Mémoires Paysannes » qui vise à recueillir des enregistrements visuels et sonores des leaders et des militants des luttes paysannes antérieures à l’année 1964 et de la période de la résistance face au régime militaire. Il est par ailleurs l’un des responsables du projet « Société et économie de l’agronégoce (ou agrobusiness) », une tentative pour rendre compte de l’ensemble des positions et des oppositions sociales pouvant expliquer ce qui a permis à l’« agronégoce » de devenir ce qu’il est aujourd’hui. Depuis la fin des années 1980, Moacir Palmeira s’est principalement consacré à l’étude de la politique dans une perspective anthropologique. Entre 1998 et 2005, il a dirigé le projet intitulé « Une anthropologie de la politique : rituels, représentations et violence », rassemblant des chercheurs de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), l’Université Fédérale du Ceará (UFC) et l’Université de Brasília (UnB). Dans ce cadre, il a dirigé avec César Barreira (UFC) l’ouvrage Política no Brasil: visões de antropólogos, Relume-Dumará/NuAP, Rio de Janeiro, 2006 [« Politique au Brésil : visions d’anthropologues »], et a publié avec Beatriz Heredia les ouvrages suivants : Política Ambígua, Relume-Dumará/NuAP, 2010 [« Politique Ambiguë »] et Política, Governo e Participação Popular, 7 Letras, Rio de Janeiro, 2012 [« Politique, gouvernement et participation populaire »].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *