Résumés (atelier 1)

La concurrence ethnographique : dire la mémoire à Villeurbanne

par Benjamin Tremblay (Centre Max Weber–POCO, Université Lumière Lyon 2)

M’interrogeant sur ce que pourrait être une « mémoire collective », j’avais entamé un inventaire des plaques, stèles, monuments, et autres entités tenues pour être des « lieux de mémoire ». Mais j’ai rapidement dû admettre mon incapacité à décrire les choses pour une raison simple : j’étais, déjà, incapable de les voir. Les entrepreneurs de mémoire locaux m’avaient fait prendre la mesure de mon ignorance : cette maison était en fait la villa d’un résistant ; cette pierre était en fait une borne hectométrique. Mes guides s’attachaient à rectifier ma vision défaillante, me montrant du doigt les choses « remarquables », « uniques », me répétant que « si on ne sait pas, on ne voit pas ». Ils s’étaient fait ethnographes bien avant moi, photographiant chaque jour leur ville, tenant des inventaires, documentant les odonymes, organisant des visites, écrivant des livres. Prenant acte des descriptions (contradictoires) déjà présentes sur le territoire, j’ai troqué ma naïveté initiale pour un nouveau regard consistant à ethnographier les ethnographes : à observer leurs gestes, à lire leurs comptes-rendus, à écouter leurs voix. Non plus « comment le décrire ? », mais « comment (me) le décrivent-ils ? ». « La mémoire » n’est donc pas ailleurs que dans ces activités pratiques qui la donnent à voir en faisant surgir, sous l’évidence du décor urbain, un monde caché d’histoires concurrentes.

————————————————————————————-

Les limites du racontable. Décrire le travail dans un commissariat de police

par Elodie Lemaire (Institut des sciences sociales du politique, ISP–Ecole Normale Supérieure de Cachan)

 La communication propose un retour réflexif sur les modalités de sélection des données produites dans le cadre d’une recherche doctorale menée pendant deux ans dans un commissariat de sécurité publique (Lemaire, 2011). L’approche ethnographique de la police, qui se réalise concrètement dans l’observation des multiples services qui composent un commissariat, dans la participation au travail ordinaire (procéder aux photocopies lors de la mise en page des procédures, apposer les scellés, rédiger les PV, accompagner les prévenus dans les geôles, construire des cartographies de la délinquance, suivre les policiers dans leurs déplacements, perquisitions, arrestations, ou encore mener des interrogatoires etc.) mais aussi, dans le partage, jour et nuit, des espaces de sociabilité (le repas à la cantine ou à l’extérieur des murs du commissariats, les jeux de tarot le midi, l’apéro au bar du coin, les match de football etc.), nous a permis de collecter des données empiriques aussi variées que riches.

Cependant, à la lecture de la thèse, force est de constater une sous-restitution des données empiriques recueillies pendant les deux années d’enquête. Rendre raison du décalage entre les sources collectées et restituées est un moyen d’interroger les limites du racontable. Par qui ces limites sont-elles fixées ? Pourquoi choisit-on de ne pas « tout dire » de l’enquête dans la thèse ? Comment sélectionne-t-on les données ethnographiques que l’on publicise ?

Dans un premier temps, nous montrerons que les limites du racontable sont moins établies par les policiers que par le chercheur (Monjardet, 2005 ; Pruvost, 2007). Si la police est une institution qui implique des coûts d’entrée importants, le contrôle sur les productions académiques est en revanche plus faible qu’on ne pourrait le croire.

Dans un second temps, nous reviendrons sur les limites que nous avons posées au racontable. Nous présenterons les types de données qui n’ont pas été restituées dans la thèse, en prenant soin d’expliquer les logiques qui président à ce choix.

Dans un troisième temps, nous centrerons l’analyse sur un critère important de sélection des descriptions ethnographiques que l’on donne à voir dans un texte scientifique. Nous montrerons que c’est surtout le souci de la preuve – et de faire preuve – qui a déterminé les modalités de sélection (« ce qui est dit ») et d’exposition (« comment on le dit ») des données. D’une part, nous avons trié les données recueillies sur les modes de pensée et les pratiques des policiers en fonction d’une idée directrice, celle de la complexification de la division du travail dans l’institution policière. D’autre part, notre parcours dans l’institution et les relations entretenues avec les enquêtés n’ont pas été restitués sous un mode descriptif, mais analysés, pour mieux comprendre les caractéristiques du terrain d’enquête (Bazin, 2010).

Bibliographie : Bazin (L.), « L’ethnologie, pratique et dispositif politique. Parcours d’enquête en Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan », in A. Guerreiro (dir.), Retour sur le terrain. Nouveaux regards, nouvelles pratiques, Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 147-172.

Lemaire (E.), Division du travail dans l’institution policière. Ethnographie d’un commissariat de Sécurité Publique, Amiens, Université Picardie-Jules Verne, Thèse de sociologie, 2011, 366 p. + 34 d’annexes.

Monjardet (D.), « Gibier de recherche. La Police et le projet de connaître », Criminologie, vol. XXXVIII, n° 2, 2005, pp. 13 -33.

Pruvost (G.), « Enquêter sur les policiers : entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, n° 48, 2007, pp. 131-143.

————————————————————————————-

La description ethnographique des disciplines corporelles à l’épreuve de la documentation visuelle : le cas d’un art martial en Inde

par Laura Silvestri (Université Montpellier 1)

Cette intervention se propose de contribuer à la réflexion sur la description du geste technique dans le domaine des pratiques corporelles, à partir d’une thèse de doctorat sur l’art martial kaḷarippayaṟṟụ du Kerala (Inde). Deux parties de la thèse sont consacrées à la description, l’une d’une séance d’entraînement, l’autre de trois des exercices fondamentaux du kaḷarippayaṟṟụ. Le but de ces descriptions est de contribuer à dégager les conceptions du corps sous-jacentes à cette discipline, en présentant le corps en mouvement dans le cadre de la pratique et des relations qui s’y instaurent. Pour cela, il a fallu se confronter au choix des méthodes de description et en particulier à un dilemme concernant la production d’images (enregistrements vidéos, photographies), et/ou le recours à une méthode de notation du mouvement, les deux démarches ayant déjà été utilisées efficacement dans des recherches d’anthropologie des techniques. Toutefois, la contradiction entre la volonté des maîtres de kaḷarippayaṟṟụ de maintenir la discrétion sur la pratique, et de lui donner un maximum de visibilité, fait que la documentation visuelle accessible au public s’avère surabondante et parfois ambiguë. En même temps, la notation du mouvement demande un savoir spécialisé de la part de la chercheuse, mais aussi des lecteurs. Le choix à été donc, plutôt que de produire de nouvelles images, de réfléchir à une modalité de description verbale des mouvements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *