Résumés (atelier 2)

Une ethnographie des mondes de l’aide dans un sachet de 92 grammes

par Jean-François Carémel (CERMES 3-INSERM et LASDEL, Niamey)

À partir du cas des Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi et des transformations qu’ils induisent sur la prise en charge de la malnutrition, cette contribution revient sur les quatre opportunités méthodologiques et scientifiques d’une anthropologie de l’aide par ses objets innovants.

En permettant de circuler, sans trop se perdre, entre différents dispositifs traditionnels de l’étude d’Aidland (sièges et terrains d’ONG, Ministères de la santé, Centre de santé, concessions familiales…) et d’autres qui restent assez largement exclus de l’ethnologie de l’aide (laboratoire de recherche, usine, Institut de propriété Intellectuelle) l’anthropologie des objets techniques constitue un excellent fil d’Ariane, qui permet d’éclairer la place déterminante de ces différents acteurs dans la co-construction des problèmes et solutions de la médecine humanitaire.

Au delà d’une extension à ces acteurs, l’anthropologie de l’aide par ses objets techniques innovants conduit à s’intéresser à leur trajectoire dans les crises majeures de ces vingt dernières années. Cette analyse des produits innovants, de leur genèse scientifique et technique jusque dans leur déploiement en situation de crise, implique une approche multi-sites qui conduit à considérer le caractère déterminant des contextes locaux dans la définition des usages innovants. Est alors appréhendée la fluidité d’objets trop souvent ignorés ou considérés comme figés dans les analyses de l’aide.

L’entrée par les produits innovants peut également faciliter une double anthropologie de la relation d’aide. En considérant que l’innovation induit des changements de représentations et de pratiques de toutes les parties prenantes, l’anthropologie des produits et de leurs usages permet une approche équilibrée qui conduit à une analyse symétrique des changements dans les chaines de décisions et de représentations aussi bien humanitaires que des patients et de leur entourage

Enfin l’entrée par les produits permet d’appréhender la manière dont une innovation technique déployée par les acteurs de l’aide d’urgence peut reconfigurer la typologie des crises, progressivement ressaisis et négociés par des acteurs de normalisation (OMS, UNICEF), et influencer la construction des politiques de santé transnationale.

L’exemple de ces sachets de 92 grammes au goût d’arachide illustre ainsi que l’anthropologie de l’innovation et des objets techniques de la médecine humanitaire constitue un champ qui, bien qu’encore largement à explorer, semble ouvrir des perspectives particulièrement fécondes pour une anthropologie de l’aide de plus en plus tentée par une analyse des systèmes complexes.

————————————————————————————-

Ethnographie en contexte “dangereux” : au plus près de la mise à distance

par Marion Péchayre (SOAS, Londres)

Ethnographier un principe, est-ce possible ? – L’impartialité, c’est à dire la non discrimination et la proportionnalité de l’aide par rapport aux besoins des personnes affectées par une guerre ou une catastrophe, est invoquée par les acteurs humanitaires comme le pilier de leur identité. Seulement, l’impartialité est un principe théorique qui ne se voit pas. En pratique elle est testée dans la mise en œuvre de « projets » d’aide humanitaire, qui opèrent un tri entre ceux qui sont aidés et ceux qui ne le sont pas, tri qui se renouvelle continuellement dans l’allocation différenciée des ressources à ceux qui ont été choisis. Le « triage humanitaire », envers de l’impartialité, peut, lui, être observé par l’ethnographie du projet qui le produit.

Le terrain – C’est au Pakistan, théâtre de conflits internes et frontaliers, mais aussi de catastrophes de grande ampleur que j’ai ethnographié en 2011 trois projets d’aide humanitaire de trois organisations non gouvernementales internationales (ONGI) afin d’y étudier les pratiques du principe d’impartialité. Médecins Sans Frontières, Save the Children et Solidarités International m’ont successivement acceptée au sein de leur mission au Pakistan en tant qu’ethnographe pendant des périodes allant de cinq semaines à 2 mois en fonction des organisations. Les trois ONGI m’ont accordé l’accès que je souhaitais à leurs réunions internes et externes, à leurs espaces de travail et à leurs données institutionnelles (rapports internes, archives) et le temps nécessaire quel que soit le niveau hiérarchique des personnes interviewées. A chaque fois, c’est le projet choisi pour mon étude qui constituait le territoire de l’ethnographie. Deux de ces organisations m’ont donné un accès au lieu de mise en œuvre de ce projet, dans les provinces du Khyber Pakhtunkwa (nord ouest du Pakistan) et du Sindh (sud du pays), équivalent à celui de leurs employés en terme d’accès physique ; la troisième ne l’a pas permis et c’est cette pièce manquante de l’ethnographie que je souhaite discuter plus précisément dans cette communication.

Le « projet humanitaire » comme terrain ethnographique – L’anthropologie du développement recense des travaux d’ethnographies du monde de l’aide par le prisme du projet de développement[1]. Le projet humanitaire est un terrain ethnographique à la fois différent et connexe au projet de développement. Il se déroule dans un contexte (socio et économico politique) plus instable, plus dangereux donc en ce sens plus difficile d’accès que le projet de développement. Il est moins légitime éthiquement de risquer sa vie pour faire de la recherche que pour « sauver des vies ». Cependant la vie du projet humanitaire (comme de développement) est bien plus plurielle que sa mise en œuvre sur le terrain, qui n’est qu’une partie de sa réalité institutionnelle. Il y a aussi l’étape de la conception impliquant une multitude d’acteurs, certains spécifiques à l’espace temps de l’urgence, dans des jeux de négociations, son suivi qui implique les acteurs de terrain mais aussi leurs managers et départements supports, et son évaluation qui peut impliquer des acteurs externes à l’organisation. Autant d’occasions de passer du temps avec les acteurs impliqués dans un projet humanitaire, de les observer en débattre, de s’imprégner des codes et d’entrevoir les implicites de leurs approches. Le « projet » conçu comme terrain ethnographique permet-il alors de naviguer cette contrainte de l’accès à des zones dangereuses? Le cas de Save the Children au Pakistan pris dans l’affaire de la fausse vaccination de la CIA (afin de confirmer la localisation de Ben Laden) au moment de mon terrain[2] sera développé pour illustrer les vertus et limites du projet humanitaire comme objet ethnographique.


[1] James Ferguson, The Anti-Politics Machine: « development, » Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; Laëtitia Atlani-Duault, Au bonheur des autres: Anthropologie de l’aide humanitaire, Armand Colin, 2009 ; David Mosse, Cultivating Development: An Ethnography of Aid Policy and Practice, London, Pluto Press, 2005.

[2] Rob Crilly, « Save the Children Pakistan chief under pressure after “fake CIA vaccination” campaign », Telegraph.co.uk, 03/05/2012.

————————————————————————————-

D’une bureaugraphie multi-située du HCR à une anthropologie critique du gouvernement des réfugiés

par Giulia Scalettaris (IIAC-EHESS, Paris)

Cette intervention entend présenter l’enquête sur laquelle est basée la thèse que j’ai soutenue en 2013 à l’EHESS, intitulée « La fabrique du gouvernement international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane ». Mon terrain s’est déroulé au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au siège de Genève et dans le bureau de Kaboul, où j’ai d’abord été stagiaire, puis employée de 2006 à 2008. La fusion de mon statut d’apprentie fonctionnaire onusienne avec celui d’apprentie anthropologue m’a amenée à développer une méthodologie d’enquête relevant de l’observation participante.

Aller au cœur du dispositif translocal du HCR, circuler en son sein et suivre de l’intérieur un dossier central, mener ensuite un travail de distanciation, de déconstruction et de contextualisation m’a permis d’appréhender le HCR comme une instance politique qui s’agence à travers un dispositif bureaucratique, et de l’étudier à partir des relations sociales et des pratiques bureaucratiques qui sous-tendent son fonctionnement – d’où le terme de « bureaugraphie » qu’il m’a semblé pertinent de créer pour décrire mon enquête. Cette démarche m’a permis de mener une réflexion à la fois ancrée empiriquement et englobante, capable d’appréhender deux configurations politiques d’envergure planétaire – le HCR et le gouvernement international des réfugiés – et d’interroger leurs « effets globaux ».

Cet exposé retrace les démarches ethnographique, théorique et réflexive qui sous-tendent mon travail. J’expliquerai d’abord comment, en m’appuyant sur la théorie du pouvoir de Michel Foucault, j’ai pu « désinstituer » et « désassembler » le HCR et envisager son dispositif bureaucratique éclaté comme un terrain. Ensuite, je montrerai de quelles manières l’ethnographie multi-­située proposée par George Marcus, l’ethnographie globale préconisée par Micheal Burawoy et les jeux d’échelle de Jacques Revel m’ont aidée à délimiter le périmètre de mon enquête et à passer d’une observation localisée à une réflexion englobante. Enfin, je relaterai le long parcours de distanciation sur les plans épistémologique, éthique, personnel qu’il m’a fallu entreprendre pour aboutir à une posture critique, et qui constitue la difficulté principale à laquelle j’ai été confrontée en adoptant la participation observante comme mode d’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *