Résumés (atelier 3)

Les rites de départ au service militaire en Turquie : entre invention et tradition

par Sümbül Kaya (Centre européen de sociologie et de science politique, CESSP-Université Paris I)

Depuis les années 1990-2000, les rites de départ  au service militaire sont de plus en plus pratiquées en Turquie. Ils ne doivent pas être pensés comme une réaction sociale à l’imposition du service militaire devenu obligatoire en 1927 puisque jusqu’en 1990, ces pratiques rituelles étaient quasi inexistantes. Bien au contraire, nous montrerons que le rite de départ est une création contemporaine et récente qui est fortement marquée par le contexte politique et par la guerre.  Ces rites sont des pratiques très hétéroclites empruntées à d’autres célébrations et institutions comme le mariage ou d’autres cérémonies religieuses. En termes de données, nous nous appuierons donc sur les entretiens réalisés avec les anciens appelés et les appelés, ainsi que sur différentes observations participantes réalisées lors des fêtes de départ ou lors des pratiques d’accompagnement dans les gares routières. Nous comparerons aussi ces données à celles d’une autre étude réalisée sur ces pratiques dans la région étudiée et les confronterons aux sources institutionnelles (documents internes à l’armée et ouvrages) où sont évoquées ces pratiques.

————————————————————————————-

Les rituels funéraires en France : entre rupture, tradition et négociations

par Pauline Dziedziczak (Centre Interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux, Université Rennes 2)

Notre propos vise à interroger les processus réflexifs à l’œuvre dans l’instauration et le déroulement des rituels funéraires civils en France aujourd’hui. On ne peut que constater la rupture en matière de rituels funéraires avec la tradition. Disparition du faste funéraire, des longs cortèges, du port du deuil, etc., la mort ne s’inscrit plus socialement dans l’espace comme elle le faisait autrefois. Rupture toutefois relative, car si l’on rompt avec la tradition, si l’on en fait autre chose, on en a bien hérité. Ainsi, nous interrogerons dans un premier temps la pratique des professionnels du funéraires. Comment s’y prennent-ils pour instaurer dans le cadre des obsèques civiles des pratiques qui font sens pour les bénéficiaires ? Dans quelles mesures empruntent-ils à la tradition ou au contraire cherchent-ils à se démarquer et innover, notamment dans une logique concurrentielle ? Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons aux négociations qui s’opèrent dans le déroulement même des rituels, que ce soit lors de l’organisation ou pendant les obsèques. Quelles sont les négociations en œuvre et à quel titre ? Comment les uns et les autres cherchent-ils à s’approprier les obsèques ? Enfin, cette réflexivité instrumentale (Rozenberg, 2011), est-elle plus prégnante que par le passé ? Il s’agira en définitive à travers notre propos d’interroger la réflexivité en tant que principe au fondement de la dynamique rituelle. Pour ce faire, nous appuierons notre propos sur les données recueillies, dans le cadre de notre thèse en sociologie, par le biais d’entretiens et d’observations directes, voire participantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *