Résumés (atelier 4)

Enquêter « à parts égales » auprès d’espaces en contradiction. Retour critique sur l’ethnographie des interactions aux abords d’un projet pétrolier en Amazonie péruvienne

par Doris Buu-Sao (Centre d’études et de recherches internationales, CERI-IEP Paris)

L’ethnographie menée dans le cadre de mon doctorat a pour ambition d’accéder aux espaces sociaux qui se rencontrent et parfois se confrontent autour d’un site pétrolier en Amazonie péruvienne. Comment la volonté d’enquêter « à parts égales » auprès de ces différents acteurs fait-elle alors face à la problématisation des situations comme conflictuelles ? Cette communication sera l’occasion de réfléchir sur ce que la performance de l’antagonisme fait à la pratique ethnographique, et sur ce qu’il est possible d’en déduire pour la compréhension d’interactions qui ne se limitent pas à la confrontation.

————————————————————————————-

Plaidoyer pour la non-neutralité ou l’apport heuristique de l’implication sur un terrain de recherche sensible : Israël-Palestine

par Karine Lamarche (Laboratoire des sciences sociales du politique, LaSSP-IEP Toulouse et CeRIES-Université Lille III)

Cette communication prendra la forme d’une réflexion sur mon implication de chercheure dans un espace (Israël/Palestine) et sur un objet (les militants israéliens contre l’occupation) chargés d’enjeux. Dans la lignée d’un ensemble de travaux reconnaissant la subjectivité de l’enquêteur.rice et les « impuretés » du matériau empirique comme des éléments à part entière de l’enquête, elle visera à éclairer les vertus heuristiques d’un engagement, pas toujours choisi mais néanmoins assumé, sur un terrain dit « sensible ».

————————————————————————————-

Le territoire disputé : la place du chercheur dans une favela pacifiée à Rio de Janeiro

par Joana Sisternas Tusell (Centre d’études des mouvements sociaux, CEMS-EHESS)

La favela Chapéu Mangueira reçoit depuis 2009 la politique sécuritaire et urbanistique dite de « pacification » ; plusieurs publics se disputent désormais le territoire pour redéfinir et reconstruire cette favela occupant une place stratégique dans la ville de Rio de Janeiro. Terrain sensible car défini comme tel par les instances publiques mais aussi par la multiplicité d’acteurs cherchant aujourd’hui à intervenir dans la scène sociale de la favela, la méthode ethnographique employée dans la thèse exige une réflexion profonde sur la place à tenir sur le terrain et les possibilités d’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *