Résumés (atelier 5)

Ethnographie à focale variable : la photographie comme outil d’étude de l’espace public bruxellois par les objets et les paysages

par Giulietta Laki (GRAP/SASHA-Université Libre de Bruxelles)

Dans une démarche ethnographique centrée sur l’outil photographique, comment se configurent les échelles de l’enquête ? Dans quelle mesure coïncident-elles avec l’articulation entre « gros plan » / « plan d’ensemble » ? D’autres manières d’opérer des changements de l’échelle dans l’enquête ont émergé pendant mon terrain : d’un gros-plan sur des objets trouvés, qui ont retenu l’attention de mes informateurs, s’est développée une mise en récit qui dépasse la délimitation spatiale en zones d’étude ; ces objets ont commencé à former des véritables trames narratives des comptes rendus de la perception de l’espace urbain. Dans cette communication je vais mettre côte à côte ces trois niveaux d’articulation – celle du zoom/plan d’ensemble propre à la photographie, celle d’objets et paysages ponctuant des zones d’étude, et celle de la narration par objet – pour questionner leurs apports et leurs faiblesses.

————————————————————————————-

L’impossible ubiquité. Ethnographier la production d’une urbanité marronne en contexte multi-ethnique, frontalier, et post-colonial (Saint-Laurent-du-Maroni, Guyane française).

par Clémence Léobal (Cerlis, Paris V/ Iris, Ehess)

Cette recherche porte sur une ville particulière, Saint-Laurent-du-Maroni : c’est la seule ville moyenne de la région des Guyanes à être aujourd’hui en majorité peuplée par des marrons, ces descendants d’esclaves ayant fui les plantations du Surinam pour vivre libres sur les fleuves guyanais. Cette majorité numérique n’en est pas moins minorisée socialement, dans le contexte guyanais où les postes de pouvoir sont occupés principalement par des français métropolitains ou des créoles. Ma thèse porte sur la production d’une urbanité marronne, dans un contexte où différentes légitimités coexistent. Au départ de la réflexion entamée en doctorat, les politiques de logement locales constituaient mon objet de recherche : je souhaitais combiner différents niveaux d’analyse (celui des habitants, celui des agents locaux des politiques, et celui des initiateurs des directives en la matière, souvent métropolitains). L’expérience du terrain a toutefois montré que l’ethnographe, étonnamment, ne pouvait pas se dédoubler.  L’enquête à ces différents niveaux ne pouvait pas, en pratique, être réalisée simultanément, ce qui m’a amenée à une reformulation de la problématique de la recherche.

————————————————————————————-

Ethnographie d’une nouvelle ville orthodoxe juive en Israël : Garder et regarder son premier regard sur le terrain, enjeux de description

par Nava Meron (LAVUE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Cette intervention est issue de la partie méthodologique de ma thèse. Je décris les divers outils que j’ai utilisés pour rentrer dans mon terrain, pour le décrire et pour l’explorer. Que signifie pour moi l’intuition et l’innocence en terme de pistes de recherches ?  Comment garder mon regard du départ avec les connaissances qui se sont construites le long du travail ?  Lorsque le doute m’a rongé, je me suis tourné vers d’autres regards extérieurs, tous aussi nouveaux que le mien lors de ma première visite ; je décrirai cet outil de travail que j’ai mis en place vers la fin de mon terrain pour renouer avec mes impressions du départ, révélatrices des règles d’appartenances et d’inclusion dans cette ville qui déroute entre la « banalité » générique de son apparence de « ville nouvelle » et l’étrangeté des pratiques et usages quotidiens qui la produisent en tant que lieu d’une communauté juive orthodoxe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *