Résumés – Comparer en Ethnographie

Comparer des systèmes d’action grâce à l’ethnographie. Le cas de l’analyse du travail dans trois centrales nucléaires

Par David Santana (Doctorant au Centre de Sociologie des Organisations -Sciences Po / CNRS)

Dans cette communication, je souhaite rendre compte de la comparaison d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois centrales nucléaires. La comparaison des relations entre les différents acteurs, les pratiques de travail des managers et leurs représentations a permis d’identifier certaines variables jouant sur la prise en compte des concepts et outils de gestion diffusés au sein de l’entreprise.

1.    Description des terrains

J’ai observé le travail d’agents du service Conduite de trois centrales nucléaires dans le cadre « d’immersions ». Dans le vocabulaire interne d’EDF, ce mot désigne l’intégration éphémère dans une équipe, avec un statut d’observateur, que chaque nouvel agent en formation réalise afin de comprendre le fonctionnement de la centrale et de la Conduite en particulier. L’immersion dans diverses équipes de ces trois sites m’a permis de partager le quotidien de ces agents EDF travaillant en 3*8, qui sont chargés de piloter et surveiller le réacteur. En fonction des jours, j’ai pu observer les différentes activités des membres de l’équipe, que ce soient celles des opérateurs en salle de commande, en suivant les agents de terrain dans leurs rondes et leurs interventions, ou les managers dans leurs circulations. J’ai aussi assisté à de nombreuses réunions quotidiennes, hebdomadaires, ou extraordinaires. Environ 90 d’entretiens ont été réalisés avec des acteurs de la Conduite et des autres services. Un certain nombre de documents internes ont aussi été analysés.

2.    L’évolution du design de l’enquête

Les terrains n’ont pas été choisis, mais ont résulté d’opportunités fournies par des contacts noués entre EDF R&D où je travaillais et des acteurs clés de chacune des trois centrales nucléaires. Les enquêtes ont duré deux mois pleins chacune (j’ai été hébergé dans des « cités EDF »), à un ou deux ans d’écart chacun.

Le design de l’enquête n’a pas été pensé pour une telle comparaison, et bien qu’une monographie ait été écrite pour le premier terrain, après le deuxième terrain une mise en commun des résultats a été tentée. En effet, je me suis laissé emporter par l’idée répandue dans le milieu de l’exploitation nucléaire que malgré quelques différences, le travail des agents de conduite est similaire dans toutes les centrales nucléaires françaises. Cependant, des différences significatives apparaissaient dans les manières que les enquêtés des deux sites avaient de gérer les aléas techniques qui surgissent au quotidien. Après réexamen des données de chaque site, j’ai pu identifier que la configuration des espaces de travail, liées à des technologies différentes, avaient un impact sur l’organisation, les pratiques de travail des managers et leurs représentations que les acteurs se font de la gestion de la sûreté. Un troisième terrain a alors été entrepris dans une centrale nucléaire d’une technologie encore plus récente pour tester mes hypothèses.

3.    Les analyses permises par la comparaison

L’analyse et la comparaison des trois terrains s’est faite selon trois approches :

  • D’abord une analyse stratégique de chaque organisation permettant de dégager trois systèmes d’acteurs différents pour chaque terrain. Une attention particulière a été focalisée sur la gestion des aléas par les équipes de conduite en coordination avec les autres acteurs de la centrale nucléaire, identifiant ainsi des groupes d’acteurs différents pour chaque site ayant un pouvoir significatif sur la manière dont ces aléas sont résolus.
  • Deuxièmement une analyse des représentations des managers de proximité et des cadres dirigeants sur certains concepts de gestion de la sûreté.
  • Finalement, la manière dont ces derniers s’emparent de ces concepts pour les mettre en pratique.

La comparaison montre ainsi l’impact de la technologie, de la disposition des espaces de travail et de la manière dont les réformes de l’entreprise sont mises en œuvre sur l’organisation locale de la gestion des aléas et la manière dont les managers se représentent et mettent en pratique les concepts de gestion de la sécurité.

4.    Les difficultés de la comparaison

Si la comparaison permet d’enrichir l’analyse et d’identifier certaines variables autrement cachées, elle recèle aussi des pièges. Si dans les comparaisons les chercheurs en sciences sociales ont tendance à pousser en avant certains détails pour faire mieux apparaître les différences entre les terrains, la richesse des situations observées en ethnographie multiplie ces possibilités. Il est alors important pour le chercheur de faire sans cesse des retours vers les journaux de terrain pour s’assurer de ne pas trahir les réalités observées.

La tenue de journaux de terrain est d’autant plus importante lors de comparaisons en ethnographie que le rapport aux terrains peut être différent. Ainsi dans mon cas, les terrains ont eu lieu à des moments différents de la thèse et de la conceptualisation. De ce fait, si les premiers terrains ont été la source d’un fort engagement, le dernier s’est fait de manière plus détachée et plus orienté vers l’obtention de résultats.

Mots-cléstravail; organisation à haut risque; représentations; management; comparaison.

————————————————–

Deux mondes en miroir : capitale et campagne. Une ethnographie multi-située pour une méthode comparative et une construction théorique (Tananarive/campagne de l’Imerina, Hautes Terres centrales, Madagascar)

Par Delphine Burguet (Docteure en anthropologie – IMAf, EHESS)

L’ethnographie et sa méthode comparative sont adaptées à l’étude des actions rituelles et sociales dans le domaine religieux, en contexte rural et en contexte urbain. Ce choix d’enquêtes multi-situées offre des caractéristiques propres à chaque territoire et il s’agit là d’une forme d’ethnographie à caractère multi-site classique qui permet l’étude des variantes d’unités culturelles en des lieux précis.

La comparaison permet de répondre à une série de questions qui a trait aux circulations des savoirs entre les deux mondes, aux types de clivage qui leur sont associés mais également aux réseaux mêlés qui montrent leur interdépendance. Elle montre aussi que les spécificités locales, l’environnement direct et les réalités socio-géographiques influencent les pratiques religieuses et les stratégies sociales. En fonction du monde habité, on constate que le champ du magico-religieux évolue différemment, oscillant entre la recherche d’authenticité, rattachée au rural, et celle de légitimité et d’innovation, liée à l’urbain.

La comparaison amène aussi une méthodologie particulière dans la réalisation des terrains car les modalités d’enquête se révèlent fort différentes en fonction d’un site rural ou d’un autre urbain. On retient l’idée que la matérialisation ethnographique est différente entre ces deux mondes. Malgré l’effort de récolter des données méthodologiquement similaires, la réalisation de l’ethnographie se concrétise selon des spécificités.

Au niveau temporel, il s’agit, par exemple, de la mise en réseaux des informateurs privilégiés (ou enquêtés) et de leur quotidienneté, des modalités du recueil des données en fonction des moyens technologiques (moyens de circulation et de communication), et/ou de la fréquence et de la durée des descentes sur le terrain.

Il en est de même du rapport à l’espace appréhendé selon des échelles variables pendant l’enquête entre l’urbain et le rural, deux mondes qui, à Madagascar, s’opposent fortement. L’ethnographe est amené à appréhender ses terrains d’observation selon des temps fragmentés qui supposent une approche diachronique des choses.

Il en est de même des interactions et des situations ethnographiques : le citadin et le campagnard sont des personnages que le chercheur ne peut saisir de la même façon. Il faut ainsi penser que la comparaison multi-site révèle l’élasticité ethnographique tant dans sa dimension spatiale, temporelle qu’interactionnelle.

Mots-clésMadagascar; culte des esprits; devin-guérisseur; contexte urbain/rural; ethnographie multi-située

—————————————————-

Un conte de deux villes. Une comparaison des processus de transformations urbaines, des politiques culturelles et des rapports sociaux dans deux villes européennes, Liverpool (Royaume-Uni) et Marseille (France).

Par Claire Bullen (Doctorante, Université de Manchester)

Depuis cinq ans j’ai mené un projet comparatif et ethnographique dans les villes de Liverpool et Marseille. Ce projet se situe dans le contexte de la progressive néo-libéralisation des politiques urbaines depuis les années 1970, processus qui a changé la façon de penser, construire et gouverner la ville. Suite aux réductions des finances de l’État, les décideurs urbains se retrouvent de plus en plus contraint de créer une image de séduction de la ville afin d’ouvrir de nouveaux flux financiers. De plus en plus, ils ont misé sur « les politiques culturelles » comme catalyseur de développement urbain et atout pour vendre la ville, aussi bien qu’outil pour gérer les rapports socio-spatiaux urbains. Le but de cette recherche est d’explorer les similitudes et les variations des politiques culturelles dans ces deux villes – Liverpool et Manchester, cherchant à démêler leurs influences sur les rapports sociaux des citadins dans les quartiers dits « défavorisés ». J’exposerai la logique du choix des terrains et les bases théoriques sur lesquelles j’ai construit ce projet. En bref, la supposition est que des villes occupant des positions similaires (politiques, économiques, culturels etc.) adopteraient des politiques de restructuration et de repositionnement semblables. Pour Liverpool et Marseille, ces similitudes peuvent remonter au XIXème siècle quand les deux agglomérations étaient «villes mondes», jouant un rôle important dans le système du capitalisme colonial. Piochant dans les données issues de plusieurs mois d’observation participative sur le terrain et m’appuyant sur plus de 25 entretiens ethnographiques avec des décideurs urbain et culturels dans chaque ville, cette communication démontre comment une approche comparative peut nous permettre de mieux comprendre les processus et les impacts des transformations urbaines sur la vie de la ville. Remettant en cause l’idée de la « mondialisation » ou de l’ « européennisation » comme homogénéisation des processus urbains ainsi que la notion de la radicale altérité – et donc non comparabilité – des lieux sociaux, ma comparaison illustre des tendances globales de restructuration urbaine néolibérale aussi bien que des particularités locales et nationales qui influent sur les changements dans les représentation et dans les expériences des rapports sociaux dans ces deux villes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *