Résumés – En quête du temps: comment faire des rapports au temps un objet d’enquête?

« Il y a des centaines de façons de rien faire de sa journée ». Aides à la survie et temps longs des prises en charge 

Par Pauline BLUM et Samuel NEUBERG  (Doctorant-e-s, ENS-CMH)

La déconstruction progressive de  « l’Etat social » (Castel 1999) à partir de la fin des années 1970 a profondément bouleversé le rapport au temps des politiques publiques de prise en charge de la déviance, au sens le plus général du terme – c’est-à-dire caractérisée par des « éloignements» des marchés de l’école et du travail, et potentiellement de la famille, pour des raisons sanitaires et/ou sociales -, et plus largement les pratiques d’accompagnement des intervenants professionnels et familiaux, en institution et/ou à domicile.

Les transformations récentes de l’intervention publique dans les secteurs de l’insertion professionnelle, de la prise en charge du handicap et des maladies chroniques ont conduit, en première analyse, à une réduction de l’emprise temporelle des dispositifs institutionnels. Cette intervention s’est éloignée du modèle de l’ « institution totale » (Goffman 1979) comme l’illustre la prise en charge des malades mentaux: la puissance publique tend à limiter l’hospitalisation et le placement en institutions aux cas qui seraient les plus lourds, et y substitue la plupart du temps des formes d’accompagnement partiel au domicile, ou au sein d’un quasi-domicile, à l’encadrement institutionnel comparativement plus léger. Toutefois, dans un contexte de crise du système de protections sociales – politiques de réduction des coûts, injonctions aux économies dans les services publics -, de valorisation du maintien des personnes dans leur lieu de vie, le contrôle du temps par les différents acteurs y revêt toujours une importance décisive : loin des logiques « disciplinaires » classiques (Foucault 1975), il s’exerce aujourd’hui d’une façon fondamentalement discontinue et bornée.

D’une part, les pressions à limitation des budgets « sociaux », « médico-sociaux », mais aussi « sanitaires » sont doublées d’une critique idéologique, mais aussi pratique, par les acteurs de terrain, des formes de prises en charge au terme indéfini : les « effets pervers » de l’ « assistanat », de l’ « aide » sont aujourd’hui pointés du doigt et posent la question de l’imprévisibilité de l’avenir des personnes prises en charge. La « quantité d’existence »  qu’il leur reste à vivre avec des aides est une donnée avec laquelle les intervenants doivent composer. Leur intervention est alors construite comme discontinue, dans le temps long : entre protection des individus à un instant t (et des personnes qui vivent avec au quotidien) et protection des trajectoires sur le temps long. La généralisation dans l’ensemble des champs médico-sociaux et sociaux enquêtés de la pratique de la signature d’un contrat, toujours à durée déterminée, lors de l’accueil d’une personne dans un dispositif quelconque incarne cette précarité de la prise en charge, presque toujours pensée comme une étape vers autre chose, et soumise à obligation de résultat.

D’autre part, comme précisé, la logique de rejet de l’enfermement a entraîné un transfert de l’aide professionnelle en institution vers l’aide à domicile. La prise en charge quotidienne des personnes en question est confiée à des intervenants de 1ere ligne – membres de la famille, moniteurs d’ESAT, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, infirmiers à domicile – qui peuvent alors faire l’épreuve de pratiques et usages différenciés, divergents voire concurrents de la temporalité. Ainsi, alors que la manie peut être un état souhaité et valorisé car en lien avec des objectifs de haute productivité (Martin, 2012), l’état de « mort sociale » dans lequel peuvent se retrouver des personnes sans emploi, l’ « inversion du rythme de vie » chez des personnes vivant sous le diagnostic de schizophrénie sont autant de pratiques disqualifiées et discréditantes et dont les répercussions sur le quotidien des proches peuvent être préjudiciables.

Ainsi, nous analysons ces transformations à la lumière de plusieurs enquêtes ethnographiques menées sur des terrains hétérogènes mais complémentaires : les services d’un conseil général chargés de « l’insertion sociale » des bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active) ainsi que ses associations « partenaires » (2007-2011), un ESAT de banlieue parisienne (2013-2014), un Samsah (service d’accompagnement médico-social) chargé de l’accompagnement des personnes jeunes (18- 25 ans) en situation de handicap psychique (2013-2014), un programme d’éducation thérapeutique à l’intention de familles dont l’un des proches est diagnostiqué schizophrène (2013-2014). A partir de ces matériaux, nous entendons montrer qu’apparaît une configuration relativement nouvelle des production et usage du temps dans la prise en charge des déviances. En fait, cette inscription discontinue dans le temps est le support, la condition de possibilité, de la mise en œuvre d’autres « tactiques » institutionnelles, fondées sur l’observation des « préférences » des personnes accompagnées, et sur la construction d’incitations appropriées à la normalisation de leur comportement (Foucault, 2004) – incitations qui doivent converger, au moins en partie, avec les intérêts des personnes qui les côtoient au quotidien.

Castel R., Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Gallimard, 1999.

Debordeaux D., Strobel P. (dir.), 2002, Les solidarités familiales en question. Entraide et transmission, Paris, LGDJ.

Foucault M., Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

Foucault M., La Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Hautes Études, 2004.

Goffman E., Asiles, Ed. De Minuit, 1979 (1961).

Martin E. 2012, Voyages en terres bipolaires/ Manies et dépressions dans la culture américaine, Paris, Editions Rue d’Ulm.

Weber F., 2011, Handicap et dépendance. Drames humains, enjeux politiques, Paris, Editions Rue d’Ulm.

Mots-clefs : Politiques publiques, accompagnement, déviance, rapports au temps, ethnographie

————————————————–

Le temps d’un regard. Saisir la réception muséale comme une séquence d’action

Par Samuel COAVOUX (Doctorant, ENS-Centre Max Weber)

Les études du public des musées font souvent usage du temps passé devant un objet pour mesurer l’intensité de l’attention porté par les visiteurs (Passeron et Pedler, 1991). Une méthodologie entière, le timing and tracking, ou suivi chronométré de visiteurs, repose sur ce fondement (Yalowitz et Bronnenkant, 2009). Paradoxalement, ces études disposent de données séquentielles détaillées, des suites ordonnées de coordonnées spatio-temporelles, mais produisent des analyses qui ne tiennent pas compte de la temporalité de l’activité de visite. La visite n’est pas étudiée comme une succession ordonnée d’activités, et le temps est réduit à un indicateur économique : le montant de ressource que le visiteur est disposé à dépenser (Falk, 1982). Il est soit un coût, soit l’expression d’un vote, mais jamais une dimension de l’action sociale.

Cette communication s’appuie sur un article développant une critique théorique et méthodologique de cette littérature (Coavoux, 2015). J’avançais dans ce texte deux explications de l’oubli des temporalités dans les études de public : la perspective d’évaluation des expositions qui incite les chercheurs à transformer l’échelle de leur analyse en passant de données centrées sur les individus à des analyses centrées sur les objets exposés, d’une part, et la standardisation du timing and tracking d’autre part.

Je montre dans cette communication ce qu’une ethnographie sensible aux micro-temporalités de l’action permet d’apporter à notre appréhension de l’expérience de visite. Je m’appuie pour cela sur une enquête réalisée dans la section de peinture ancienne d’un important musée des beaux-arts de province, qui mobilisait observations et entretiens. Le regard porté à un tableau diffère selon l’approche qui lui est consacrée, différenciant des stratégies de visite plus ou moins sélectives (Véron et Levasseur, 1983), qui expliquent le fait apparemment paradoxal que les visiteurs les plus diplômés sont ceux qui ont le temps moyen de visite le moins important (Passeron et Pedler, 1991). L’alternance des regards entre cartel, dispositifs de médiation (dépliants, guides, etc.) et tableau éclaire l’importance de l’information à propos des œuvres dans l’expérience artistique.

Coavoux Samuel, 2015, « De la mesure du temps à l’analyse des séquences d’action. Dynamique de l’attention dans les études du public des Musées », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 10, n° 2, p. 237 271.

Falk John Howard, 1982, « The use of time as a measure of visitor behavior and exhibit effectiveness », Roundtable Reports, vol. 7, n° 4, p. 10 13.

Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, 1991, Le temps donné aux tableaux. Compte rendu d’une enquête au Musée Granet, Marseille, IMEREC.

Véron Eliséo et Levasseur Martine, 1983, Ethnographie de l’exposition. L’espace, le corps et le sens, Paris, Centre Georges Pompidou.

Yalowitz Steven S. et Bronnenkant Kerry, 2009, « Timing and Tracking. Unlocking Visitor Behavior », Visitor Studies, vol. 12, n° 1, p. 47 64.

—————————————————-

Les cadrages temporels de l’expérience, appui pour une ethnographie des activités de temporalisation ?

Par Edouard GARDELLA (Postdoctorant, CriDis-UCL)

L’urgence serait devenue un registre temporel d’action et d’expérience quotidiennement vécu comme à la fois stimulant et oppressant par nombre d’individus, et elle serait devenue un schème d’action publique centrale. Au cœur de l’urgence se situe un registre d’action proprement temporel, l’exigence de réactivité. La réactivité signifie le sentiment d’obligation de réagir rapidement à une menace estimée. Que signifie être réactif en pratique? Comment caractériser la réactivité à partir d’observations de type ethnographique? C’est donc à partir de pratiques où la réactivité est en jeu que je vais aborder la question de l’observation « du temps ».

Le cas de l’urgence sociale sera ici abordé. La politique sociale d’aide aux personnes en situation de sans-abrisme s’est développée sur le registre de l’urgence entre les années 1980 et aujourd’hui dans plusieurs pays occidentaux. La France est le pays dans lequel l’urgence s’est le plus fortement institutionnalisée. Observer les pratiques d’urgence conduit alors à mettre à l’épreuve de l’ethnographie le «rapport au temps». Autrement dit, cette démarche invite à soulever la question de savoir comment on peut observer « le temps ».

La communication porte sur un dispositif central dans l’urgence sociale parisienne et la réactivité institutionnalisée : les «maraudes» du Samusocial de Paris, équipes mobiles composées d’une infirmière, d’un travailleur social et d’un chauffeur qui se rendent auprès des personnes sans-abri. Les observations ont été réalisées à plusieurs reprises sur 10 ans : 11 entre octobre 2005 et février 2006, 2 en juillet 2009 et 2 en septembre 2015.

Ce dispositif a été justifié, dans l’histoire de cette politique sociale, au nom des dangers encourus par les personnes sans-abri, qu’il s’agisse du froid ou de leur dégradation psychique et corporelle, fonction de la durée passée «dans la rue». L’objectif de cette communication est de caractériser des pratiques concrètes de réactivité. Autrement dit, il s’agit de d’abord décrire et comprendre les formes temporelles que prennent les interactions entre maraudeurs et sans-abri. L’enjeu de la communication portant sur la façon d’observer «le temps», la démarche d’explication des variations dans les formes temporelles décrites ne sera pas ici abordée.

La description part de l’observation de la plus ou moins grande synchronisation existant entre les acteurs en coprésence. Une interaction d’assistance, dans le cadre légal d’une absence de contrainte physique, peut être vue, à l’instar de musiciens jouant ensemble, comme une action collective nécessitant une certaine coordination. Il est alors nécessaire de ne pas faire « du temps » une catégorie unifiée. L’observation du temps conduit à en faire une action, ou plutôt une série d’actions. L’observation « du temps » dans les interactions de secours d’urgence conduit ainsi à distinguer plusieurs actions de temporalisations.

Ainsi, j’ai pu observer comment maraudeurs et sans-abri se coordonnent pour faire durer l’interaction dans la rue de façon convergente ou non, comment ils s’engagent ou non sur le même tempo, comment ils s’accordent ou non sur un même rythme, comment ils se rejoignent ou non sur des projections dans certains horizons temporels. Les moments de désynchronisation explicites sont des révélateurs, notamment de l’importance des signes verbaux et non verbaux dans cette coordination. Comment un membre de l’équipe ou la personne sans-abri fait comprendre, de façon plus ou moins explicite, que l’interaction a suffisamment duré ; comment un participant de l’interaction pointe un défaut ou un excès de vitesse dans l’accomplissement de l’aide ; comment un participant souligne un problème de rythme ; comment un participant explicite la non pertinence d’une projection sur un horizon temporel.

Cette explicitation de diverses temporalisations conduit à construire une typologie des types de réactivité observables dans les pratiques des maraudeurs du Samusocial de Paris : l’urgence-frénésie et l’urgence-vigilance.

A partir de ces descriptions, on pourra ainsi aborder la question de l’agency dans la sociologie du temps, en particulier à partir du travail, encore peu connu en France, de Michael G. Flaherty et de son concept de « Time Work » (Textures of Time, 2011). Dans ce problème du rapport entre structure et agentivité dans les actions de temporalisations, il s’agira enfin de discuter des avantages théoriques que procure le concept de « cadrage temporel », inspiré du travail d’Erving Goffman.

Mots-clefs activités de temporalisations ; cadrages temporels de l’expérience ; relation d’assistance ; rythme ; tempo ; projections ; durée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *