Résumés – Enquêter sur les mobilisations collectives

Comment étudier les mobilisations de policiers? Le syndicat comme porte d’entrée sur un milieu professionnel fermé

Par Benjamin PABION (Doctorant, Lyon 2 – Triangle)

Les moments de « performativité militante » sont rares pour les policiers, en particulier du fait des nombreuses contraintes légales auxquelles ils sont soumis : interdiction de la grève, interdiction des manifestations en tenue, strict devoir de réserve, « rappels en service » qui limitent les possibilités de participer à des manifestations, etc. Le militantisme policier est pourtant une réalité, largement incarnée par un important recours au syndicalisme : entre 50 et 70% des fonctionnaires de police sont adhérents à une organisation syndicale, et la participation aux élections professionnelles oscille entre 70 et 80% lors des 4 derniers scrutins. Le fort encadrement, la « discrétion » et la puissance numérique du syndicalisme policier questionnent les méthodes traditionnelles d’enquête sur les mobilisations collectives et imposent une adaptation du chercheur: les observations ethnographiques sur le long terme sont à ce titre indispensables pour saisir les enjeux du syndicalisme policier.

Ainsi, face à un regard généralement tourné vers les moments les plus spectaculaires, extraordinaires des mobilisations, je me propose au contraire d’étudier la routine, le quotidien d’une organisation syndicale dans son rôle de mobilisation des travailleurs. Cette communication propose un regard réflexif sur la démarche ethnographique, largement basée sur des observations sur le long terme de l’activité d’un bureau départemental de l’un des principaux syndicats de policiers, sur laquelle j’ai fait reposer mes recherches. Du fait de la méconnaissance presque totale du monde policier par les chercheurs, comme par l’ensemble de la société, il a fallu dépasser des préjugés particulièrement nombreux et bien ancrés. J’ai également du faire face à la « méfiance » des policiers à l’égard de l’ « intrus » que représente le chercheur : il est difficile de passer inaperçu en milieu policier, de se fondre dans la masse, et le chercheur fait face à l’impossibilité concrète d’accéder à de nombreux lieux de mobilisation (services de police en particulier). Les principales réponses à ces obstacles ont été l’inscription sur le long terme, et le recours à l’entrée syndicale : bénéficiant d’un contrat de recherche avec Force Ouvrière, j’ai souvent été présenté comme « travaillant pour FO », levant partiellement les suspicions à mon égard.

Les difficultés d’accès au terrain sont également liées aux jeux de concurrence entre organisations : j’ai été plus ou moins contraint de « choisir un camp », ce qui m’a certes ouvert des portes, mais en a fermé d’autres, parfois brutalement. Dans un contexte organisationnel difficile, marqué par plusieurs scissions locales ou nationales, les syndicalistes policiers sont particulièrement méfiants, affirmant explicitement une crainte de ce qui pourrait être fait des données recueillies au fil de la recherche, soupçonnant facilement toute personne extérieure à leur organisation d’être l’œil du concurrent. Le positionnement du chercheur est donc délicat, entre l’affirmation de la neutralité, pas toujours suffisante, et l’adaptation du discours en fonction de ses interlocuteurs.

Mots clés : police, observations, syndicat, routine, conflits

—————————————————

L’apport d’une ethnographie des mobilisations. Le cas des mobilisations mapuches au Chili

Par Michael BARBUT (Doctorant, Paris 1-CESSP)

Au cours des années 1990, les Mapuches ont connu une série de mobilisations autour de conflits fonciers anciens renvoyant à la colonisation du territoire Mapuche au Centre-Sud du Chili à la fin du XIXe siècle, dont la principale caractéristique a été l’assignation de familles mapuches à vivre dans des réserves. La plupart des travaux sur la question des mobilisations mapuches pour la terre ont adopté une approche par le haut et objectiviste, déduisant de l’existence d’une pauvreté dans les communautés, d’une dépossession territoriale historique, d’une culture et d’une identité différente, de la globalisation néolibérale et les pressions exercées par le capital transnational sur les territoires mapuches, de politiques publiques insuffisantes en matière de reconnaissance de droits indigènes ou encore de construction et diffusion d’un « cadre interprétatif » contestataire, le surgissement des mobilisations au sein des communautés mapuches.

Ces approches posent plusieurs problèmes. Tout d’abord, elles ne permettent pas de saisir pourquoi les mobilisations ont lieu à certains moments et pas à d’autres, alors que les causes identifiées ne sont généralement pas nouvelles. En outre, elles ne permettent pas d’expliquer pourquoi toutes les communautés, et à l’intérieur des communautés se mobilisant, tous leurs habitants, ne se mobilisent-elles pas pour revendiquer collectivement des terres. Enfin, elles sont faiblement attentives à l’avant des mobilisations, aux rapports sociaux ordinaires et ainsi ne présentent que très rarement les mobilisations dans une approche processuelle permettant de comprendre comment passe-t-on d’un état marquée par l’absence de mobilisation à l’émergence de mobilisations protestataires.

En regardant de plus près ces travaux on constate la surreprésentation de certains acteurs qui informent les recherches menées et d’approches méthodologiques basées sur des archives historiques, des communiqués d’organisations ou de communautés, et dans une moindre mesure sur des entretiens réalisés avec des dirigeants des « communautés en lutte ». Les méthodologies déployées font apparaitre le plus souvent un « acteur mapuche » hors sol, c’est-à-dire appréhendé en dehors de son contexte social et dont les logiques de l’action ne sont pas restituées dans leur environnement matériel. A l’inverse, au cours de nos enquêtes dans diverses communautés qui se sont mobilisées autour d’enjeux fonciers, nous avons adopté une approche ethnographique, sans renoncer à informer le regard ethnographique de documents d’archives, de données statistiques et d’entretiens.

Dans la présente communication, nous souhaitons défendre une démarche ethnographique, en insistant sur deux de ses apports à la compréhension des processus de mobilisations contestataires pour la terre dans les communautés mapuche. D’une part, l’approche ethnographique permet de dépasser les rationalisations, et leurs effets de façade, produites par les militants mapuches les plus aguerris pour rendre compte de leurs mobilisations, et ainsi identifier la constitution des collectifs protestataires, ce qui permet de répondre aux questions que ne résolvent pas les autres approches : pourquoi la mobilisation a-t-elle eu lieu à ce moment-là ? Et qui est-ce qui se mobilise ? D’autre part, la vie à la communauté permet de saisir de plus près la constitution des subjectivités à l’origine des mobilisations, c’est-à-dire les processus par lesquels les acteurs modifient leur perception de la réalité, de ce qui est pensable et possible, pour passer à l’action.

Finalement, on se demandera dans quelle mesure le caractère heuristique de l’approche ethnographique mobilisée sur ce terrain singulier, celui de communautés rurales autochtones, est valable pour la compréhension en générale des mobilisations contestataires.

————————————————-

S’impliquer pour enquêter. Retour sur une experience d’ethnographie en terrain militant

Par Adrien JOUAN (Doctorant, Université de Montreal)

Cette communication propose une réflexion sur la participation de l’ethnographe en terrain militant. À partir d’une enquête réalisée à Montréal au sein d’un groupe militant pour la reconnaissance du droit à l’éducation pour les enfants sans-papiers, on souhaite ouvrir la discussion sur la question de la place de l’enquêteur en terrain militant et tout particulièrement sur les problèmes, classiques en ethnographie mais dont on pense qu’ils prennent un degré supplémentaire dans l’étude des mobilisations, qui se nouent autour de son double statut de participant et d’observateur. Le propos sera organisé en trois temps. Dans un premier temps, il s’agira de revenir sur certaines contraintes qui ont pesé sur l’enquête et l’ont configurée comme une participation-observante à découvert. On se concentrera en particulier sur deux de ces contraintes : la politique de l’enquête de l’université d’une part et la politique de l’enquête des enquêtés d’autre part. Tandis que la première pose la connaissance du statut d’enquêteur par les enquêtés comme une condition éthique pour autoriser l’enquête (fermant à l’avance et par principe toute possibilité d’investigation masquée), la seconde renvoie l’enquêteur à son extériorité et le confronte à un impératif participatif. Dans un second temps, prenant acte de cet impératif participatif, on défendra l’idée selon laquelle la participation ou plus exactement l’implication, au sens d’une hausse du degré de participation de l’enquêteur comme membre du groupe militant, ouvre des voies intéressantes pour l’enquête – pourvu qu’on ne s’oublie pas trop comme enquêteur. Plus impliqué, l’enquêteur devient un partenaire potentiel dans l’action et accède ainsi à un univers de sens, à des scènes et à des coulisses qui lui échappaient largement auparavant. En même temps, la question qui se pose à l’enquêteur qui accepte de jouer le jeu de l’engagement (et qui s’éloigne ainsi de ce qu’on pourrait appeler une « épistémologie de la non-perturbation ») est celle des limites de sa participation (limites qui viennent (r)assurer l’objectif de scientificité). Comment définir et respecter ces limites ? Enfin, dans un troisième et dernier temps de la présentation, on discutera de deux dilemmes rencontrés au fil de cette enquête in situ dans un milieu partisan : le respect des règles des comités d’éthique d’une part et le problème de l’enclicage de l’enquêteur d’autre part. On terminera en formulant des propositions de solutions, imparfaites, à ces deux problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *