Résumés – Ethnographie des problèmes publics: la question des troubles des « récalcitrants »

Poissons morts à répétition et dynamique d’un problème de pollution des rivières en Franche-Comté

Par Simon CALLA (Doctorant au laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie – LaSA)

Certaines rivières de Franche-Comté – dont la Loue, le Doubs et le Dessoubre pour les plus connues –charrient régulièrement leurs lots de poissons morts. Ce sont majoritairement des truites et des ombres présentant des mycoses blanches sur le corps. En 2009, ce phénomène touchait d’abord les pêcheurs et riverains d’un cours d’eau en particulier. Mais sa formulation en un problème qu’il faut résoudre et son caractère récalcitrant, ont progressivement participé à un changement de perspective et au peuplement d’une situation par des acteurs hétérogènes. Aujourd’hui débattu par des pêcheurs, des agriculteurs, des personnalités politiques et des scientifiques, le cas des rivières comtoises est devenu un problème public bien établi. Des acteurs cherchent des explications, évaluent des dommages, attribuent des responsabilités et proposent des solutions pour lutter contre « la pollution des rivières ».

Cette communication vise à montrer l’intérêt de se pencher sur le caractère récalcitrant de la mortalité piscicole qui survient dans les rivières d’un même sous-bassin versant. Evitant au chercheur de mettre uniquement l’accent sur la structure d’un problème de pollution des cours d’eau, ce mode d’entrée permet d’observer que sa configuration est tributaire d’un processus de peuplement et de dépeuplement d’une arène et que la pollution n’est pas quelque chose qui est là avant. Elle est construite à travers l’engagement et les modalités d’action des acteurs en présence.

————————————–

Les forums internet comme espaces de problématisation de l’hypersensibilité chimique

Par Aymeric LUNEAU (chercheur contractuel, GIS et GSPR)

Mon travail de thèse porte sur l’étude de trois «cas» relatifs à l’exposition de personnes à des polluants de nature chimique: l’exposition de riverains aux émanations des pressings, la pollution de l’étang de Berre, une région fortement industrialisée à l’ouest de Marseille, et l’hypersensibilité chimique multiple, dite aussi «syndrome MCS».

Ma communication se concentrera sur le cas du « syndrome MCS ». En effet, une partie de la communauté scientifique, suivie par les pouvoirs publics, considère que ce syndrome est une pathologie d’ordre «psychologique». Dès lors, les malades qui en souffrent ont de grandes difficultés pour faire reconnaître le lien de causalité entre leurs symptômes et les produits chimiques présents dans l’environnement. Par ailleurs, cette difficulté ne s’arrête pas aux médecins. Elle concerne les proches, mais aussi les malades eux-mêmes dans la mesure où l’hypersensibilité chimique multiple est une expérience qui échappe par définition au «commun des mortels».

Dans ma communication, je m’arrêterai sur certains espaces d’expression, terme que j’utilise pour désigner ces espaces qui ne se réduisent ni à l’espace public ni aux espaces discrets du jeu politique (Gilbert et Henry, 2012) et à l’intérieur desquels les personnes ordinaires discutent et se disputent sur la signification d’odeurs, de bruits, de fumées, de poussières ou de symptômes divers et variés. Le but est de saisir le travail d’enquête constitutif de ces espaces d’expression qui est effectué par les participants pour décrire, analyser, comprendre l’hypersensibilité chimique multiple et «dompter» ces troubles récalcitrants.

Pour cela, je m’appuierai sur l’analyse des échanges entre les membres d’un forum dédié à ce syndrome. Internet constitue en effet un des rares «lieux» où les «hypersensibles chimiques» ne craignent pas d’être exposés aux produits chimiques. Afin de me rapprocher au maximum de l’enquête ethnographique et éviter de tomber dans une analyse de textes classique, je prendrai en compte uniquement les messages ayant suscité des réactions. Enfin, une attention particulière sera accordée aux formes des éventuels conflits entre les utilisateurs, afin de saisir les éléments qui résistent à la définition d’une expérience partagée du syndrome MCS.

Mots-clés: Espace d’expression, enquête, hypersensibilité, problématisation, forum

————————————–

Un public «en quête de lui-même» ? L’exemple du Problème de la rue de la République à Marseille

Par J. S. BORJA (Chercheur postdoc, LAMES/AMU-CNRS, UMR 7305)

Pour qui s’engage dans l’étude de problèmes publics, il semble difficile de faire l’impasse sur les manières dont se « saisit » une expérience troublante pour parfois dénouer un problème au sujet duquel il apparaît nécessaire de faire « quelque chose ». Pour autant, une telle investigation ne va pas toujours de soi. Il arrive en effet que « ce qui trouble » peine à être défini, que ce processus, concomitant à la formation d’un public, soit aussi bien traversé que tenu de composer avec certaines lignes de fragilité, à même de dissiper comme pousser à retravailler ce qui peut faire « problème ».
Tel semble alors avoir été le cas pour le «problème de la rue de la République». Si, ici, ce processus a bien fini par cristalliser en 2004 une situation problématique retentissante (autour de la menace d’expulsion massive des habitants, sur fond d’une gentrification du centre-ville marseillais), celle-ci n’en demeura pas moins malmenée, peu assurée et, même, érodée jusqu’à son évaporation à partir de 2008, par de multiples dynamiques de détermination et épreuves ébranlant une expérience « publique » de celle-ci, la rendre précaire et peu régulante…
Afin d’affiner cette difficile « calcification » de conditions problématiques, nous opérerons alors un focus sur leur dissipation, qu’entraînait notamment la «disparition » de locataires relogés (dans la même rue), dissolvant dans son sillage les «pressions exercées par les propriétaires» («fragilisant les locataires et les poussant au départ»), se dérobant de l’objectif fixé de créer des précédents juridiques, des jurisprudences, et se redoublant en retour d’une franche incitation (de militants, habitants, voisins, proches, ou autres) à «résister», à «tenir bon» et à «ne pas céder» pour faire exister – « persister » – et résoudre les problèmes.1
En revenant alors pas-à-pas sur la situation et la trajectoire pour le moins « mouvementée » d’une dame âgée au coeur du problème, nous verrons que la disparition constitue bien une ligne de 2 fragilité susceptible de dissoudre « ce qui fait problème », d’altérer son (ses) expérience(s) comme ses horizons de régulation. Mais nous montrerons aussi que, ne passant pas inaperçue et faisant précédent, une disparition peut également conduire à les retravailler, à déplacer certains repères (« délogement »/« relogement », « résistance »/« désistement », etc.), et plus loin, à réactualiser « ce qui fait problème ».
Nous ferons ainsi valoir qu’un surcroît d’enquête, portée par un public « en quête de lui-même », est susceptible de contrevenir à toute détermination définitive ou durable de ce qui trouble, de ce qui fait ou non problème, de ce qui relève du privé ou du public et de ce qui fait ou non régulation.
Voire encore d’une «nécessité de soutenir les plus fragiles» (personnes âgées ou isolées dans leur immeuble, à la 1santé précaire et particulièrement sensibles aux «pressions» – «stress», «dépression», «jambes noires», «perte de poids alarmante», crises cardiaques, hospitalisations), ou d’efforts pour «récupérer la situation» de ceux qui se sont «précipités» vers un relogement, ont fait un «mauvais choix», une «bêtise» ou ont été «abusés» par leur propriétaire….
Confrontée à d’innombrables difficultés en quelques mois : augmentation indue de charges, non-entretien et 2dégradation des parties communes, coupures d’eau et d’électricité à répétition (arrachage de compteurs électriques, etc.), dernière locataire du premier immeuble à entrer en chantier, «violences de chantier», «menaces» de délogement forcé et d’«accidents vite arrivés», cambriolage, contestation par le propriétaire de la validité du bail locatif régi sous la loi de 1948, rupture de bail suite à la destruction de la mansarde, coups de téléphone quasi quotidiens pour la reloger contre un important dédommagement financier, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *