Résumés – Ethnographier l’action publique localisée dans un monde «globalisé»

Les gestionnaires forestiers face aux nouvelle exigences de « produire plus, préserver mieux ». Ethnographie d’un métier en mutation.

Par Juliette MOUCHE (Laboratoire Ethnologie et Sociologie Comparative, Université Paris Ouest La Défense)

La question de la gestion durable des forêts a été saisie au niveau international et européen depuis les sommets de Rio en 1992 et d’Helsinki en 1993. En France, l’accord des partenaires du secteur forestier du Grenelle de l’environnement organisé en 2007, a été construit autour du principe de “produire plus tout en préservant mieux la biodiversité “ . Ceci concrétise une volonté de combiner des visions de la forêt et des objectifs associés pouvant a priori paraître antagonistes : la production de bois et la préservation de la biodiversité. Ainsi, le compromis que cela suppose d’appliquer à l’échelle de chaque parcelle forestière pousse à s’interroger sur la manière dont les gestionnaires forestiers se sont appropriés, si tel est le cas, l’objectif de produire plus tout en protégeant mieux.

Au travers de la méthode d’enquête choisie, qui consiste à suivre les gestionnaires de terrain au quotidien, ma formation initiale en sciences forestières me permet d’être partie prenante des activités observées. Les gestionnaires m’acceptent à leurs côtés en me considérant comme une stagiaire initiée, m’attribuant des tâches précises tout en restant dans une démarche de formation. Ce positionnement me permet de lier avec eux une relation propice à l’explicitation des prises de décisions, des gestes ou des interactions, tout en constatant au travers de la différence entre ma pratique et la leur, les habitudes que leur expérience quotidienne leur a permis de mettre en place. Ceci n’est cependant pas sans poser des difficultés pour l’observation et la mise à distance par rapport à l’objet d’étude.

C’est par ailleurs en s’intéressant à certains actes techniques sylvicoles, comme le martelage (marquage des arbres pour qu’ils soient coupés), et la description de peuplements que l’on apporte des éléments de compréhension des décisions quotidiennes du forestier, entre production de l’action publique et élaboration de savoirs expérientiels. D’une part, l’enregistrement vidéo lors de la préparation de ces actes techniques et de leur mise en oeuvre, complétés par des entretiens d’explicitation, permet de construire pour chaque individu, une description détaillée des différents critères permettant la prise de décision. D’autre part, la participation à des formations professionnelles et à la vie d’une école formant des jeunes au bac professionnel “Forêt” permet de mieux comprendre la nature des références partagées au sein de la profession et la manière dont chaque individu les intègrent et se les approprient.

Ces résultats se heurtent cependant à l’évocation quasi systématique d’une part de savoir-faire inné, que ce soit chez les jeunes en apprentissage ou chez les professionnels. Il faut donc s’attarder sur la manière dont les savoirs forestiers s’élaborent au travers des pratiques, des expériences sensorielles et d’autres formes d’apprentissage pour parvenir à la construction d’une vision chez chaque individu de la gestion forestière et de son lien à la nature. Pour cela, il est question de s’intéresser aux histoires de vie d’individus, permettant d’explorer cette construction au-delà de la dimension professionnelle, notamment en explorant la relation sensorielle aux éléments forestiers. La mise en place de parcours en forêt le long desquels les gestionnaires portent une caméra embarquée et sont poussés à exprimer à voix haute leurs pensées est une des méthodes en expérimentation.

Ainsi, ces différentes méthodes permettront de saisir comment des cadres normatifs élaborés aux échelles européennes et nationales peuvent être intégrés et adaptés à la production de l’action publique locale tant à l’échelle de chaque individu gestionnaire qu’à l’échelle de la construction d’une culture professionnelle.

Bibliographie :

Fuhr Marc et Brun Jean-Jacques, 2010. Biodiversité, naturalité, humanité – Pour inspirer la gestion des forêts, Natures Sciences Sociétés, 18 (1), p. 67-69.

Ingold Tim, 2013. Marcher avec les dragons, traduit de l’anglais par Pierre Madelin. Zones Sensibles, 381 p.

Leroy Philippe, Halley des Fontaines Ségolène, Barthod Christian et Moulinier Alain, 2008.

Comité opérationnel n°16 « Forêt », Rapport au Ministre d’Etat, Ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables et au Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, 15 p.

Sciences Eaux & Territoires, 2012. Biodiversité en forêt et activités humaines, un compromis est nécessaire, Numéro II, Cahier spécial, p.

Mots clés : forêts, gestion durable, appropriation, actes techniques, savoirs expérientiels

———————————–

Le dilemme des agents des parcs nationaux au Sénégal : adapter les exigences militaires aux impératifs participatifs. Ethnographie d’une culture professionnelle en reconversion.

Par Mariama DIALLO (Doctorante, Centre Norbert Elias/EHESS )

Les vocables militarisation et participation peuvent être considérés à priori comme antonymes, que tout sépare ; et pour autant leur imbrication semble être un exercice de routine pour les agents des parcs nationaux au Sénégal. Cette communication entend aborder ce dilemme quotidien auquel doit faire face ces fonctionnaires paramilitaires, c’est-à-dire conserver la biodiversité en alliant les impératifs participatifs dictés par le champ politique international et les normes militaires qui définissent ce corps paramilitaire.

Le Sénégal post-indépendant a instauré dans les aires protégées une gestion centriste et dirigiste, orientée dans la lutte anti-braconnage à travers une législation très contraignante et la mise en place de mécanismes coercitifs. Mais depuis les années 90, avec la ratification de la Convention de la Diversité Biologique (Rio 1992) par le Sénégal, la gestion des aires protégées connait un nouveau tournant. Une gestion à travers la sensibilisation et une implication des populations[1] sont plébiscitées. Alors ethnographier les pratiques de conservation des agents conduit inéluctablement à analyser la question l’hybridation des logiques internationales avec le contexte local. Car les normes internationales trouvent souvent un contexte local régit par des normes militaires axées sur la répression et la coercition et celles-ci, malgré la promotion de l’approche participative, restent présentes sur le terrain.

Au-delà des phénomènes de réappropriation des normes internationales par les agents des parcs nationaux, je montrerai dans cette communication, comment cette imbrication du local et du global a conduit à une reconversion de la culture professionnelle des agents des parcs nationaux et une redéfinition de leurs prérogatives. A leur mission de police forestière s’ajoute désormais un travail de délivrance de service (rôle de technicien et d’appui conseil aux populations pour la conservation des aires protégées). L’ethnographie des pratiques de conservation au niveau local permet alors de saisir l’hybridation de la culture professionnelle de ces fonctionnaires de l’Etat qui oscille entre des normes locales et globales; hybridation qui modifie la façon dont les citoyens perçoivent l’Etat.

Le corpus qui sera utilisé dans le cadre de cette communication provient de données issues d’onze mois d’enquête de terrain dans la cadre d’une thèse de doctorat en cours. Ces données ont été recueillies sur la base d’observations directes et participantes et d’entretiens semi-directifs.

Mots clés : parcs nationaux, paramilitaire, conventions, participation, culture professionnelle

[1] Dans l’étude de cas qui sera décrite dans cette communication, l’implication des populations se fait à travers des accords locaux de gestion signés entre les agents des parcs nationaux et les populations riveraines.

——————————-

Le global confisqué? Ethnographie de l’élite plurielle de l’action publique locale en matière environnementale à Bamako et à Dakar.

Par Patrice DIATTA (Doctorant, CERAL – Paris 13)

De par les nombreux textes qui l’entourent, les institutions qui lui sont dédiées, les conférences à son sujet, les mouvements sociaux et politiques défendant sa cause ces dernières décennies à travers le monde, y compris à l’échelle internationale, l’environnement est devenu par excellence ce que M. Abélès (2014) appelle une « scène du global-politique ». En cela, la question environnementale constitue un terrain propice pour une démarche ethnographique qui vise à saisir ensemble les discours globaux de sa protection et ses modes locaux de gestion. Ainsi, au Mali et au Sénégal, deux pays habituellement destinataires de l’aide publique au développement et de ses injonctions universalistes, notre investigation ethnographique a porté sur le secteur de la gestion des déchets municipaux à Dakar et à Bamako. L’enquête dans les deux capitales a connu deux périodes de trois mois chacune. En 2011, il était surtout question en tant que «chercheur étranger » à ces terrains d’arriver à établir la cartographie des principaux acteurs d’un secteur officiellement décentralisé mais caractérisé en réalité, dans les deux pays, par les enchevêtrements et les nomadismes institutionnels. Pour cela, nous avons dû suivre d’un côté les indications des services municipaux compétents et de l’autre nos propres contacts développés sur place. Ce procédé d’échantillonnage « boule de neige » mêlant recommandations de la mairie et intuitions personnelles présente le double avantage heuristique de nous avoir non seulement permis de constater quelques affinités et adversités dans les relations entre différents intervenants, mais aussi de voir par quels discours chaque catégorie de groupes revendiquait la légitimité de sa présence dans le champ des ordures ménagères. La méthode de l’observation participante a été plus systématique lors de notre deuxième terrain de 2012. En effet, les relations de confiance établies aux premières enquêtes ont largement banalisé, sinon simplifié nos possibilités d’immersion dans le quotidien des élus locaux, des agents municipaux ou étatiques, du personnel des ONG, des travailleurs du nettoiement ou des représentants des habitants. En fin de compte, le recours à l’enquête ethnographique dans une perspective comparative cherchant à cerner les incidences différentiées des discours globaux sur deux systèmes locaux de gestion des déchets permet de révéler qu’au-delà des variations, la référence au « global » tend à s’imposer comme une ressource politique. Une élite plurielle du pouvoir local émerge ainsi à partir des appropriations des rhétoriques globales en matière de protection de l’environnement et de gestion participative des déchets.

Bibliographie indicative

ABÉLÈS M., 2014, Penser au-delà de l’État, Paris, Ed. Belin

BIERSCHENK Th. CHAUVEAU J.-P., & DE SARDAN J.-P.O., 2000, Courtiers en développement, les villages africains en quête de projet (Mayence/Paris, APAD-Karthala

DARBON D (dir.), 2009, La politique des modèles en Afrique. Simulation, dépolitisation et appropriation, Paris, Karthala

MULLER P., 2000, « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action  publique », In Revue Française de Science Politique, n°2, 2000, pp. 189-208

Mots-clés: Afrique, décentralisation, aide au développement, déchets, participation, élite plurielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *