Résumés – Ethnographier le politique dans la ville

De la légitimité du passé, ou les inscriptions de la mémoire comme ressource politique dans un quartier ouvrier en voie de patrimonialisation (Uruguay).

Par Ariela EPSTEIN (Post Doctorante, LISST)

Mon intervention porte sur l’ancien quartier ouvrier Anglo, de la ville de Fray Bentos en Uruguay. Ayant été pendant plus d’un siècle à l’avant-garde du développement industriel national, ce territoire devient obsolète avec la fermeture de l’usine en 1979. Après deux décennies d’abandon, la zone est réinvestie par les pouvoirs publics pour ses atouts patrimoniaux et touristiques et entre, en 2014, dans la liste des postulants au patrimoine mondial de l’humanité auprès de l’Unesco.

Le processus institutionnel à l’œuvre –incarné par le comité de gestion du Système Industriel et Patrimonial Anglo- a posé des balises dans le temps : la mémoire mise en avant est celle de l’usine en marche et celle de la vie ouvrière, jusqu’à la fermeture de l’établissement. L’ethnographie de ce quartier oblige pourtant à interroger un autre moment historique, celui de la dictature militaire, qui correspond, juste après la fermeture, à l’expulsion de presque tous les habitants du quartier Anglo.

Aujourd’hui, le quartier se donne à voir comme un espace en tension, tiraillé entre un paysage patrimonial en devenir et des stratégies d’appropriation et d’occupation des habitants toujours aux frontières de la loi. Mon travail interroge alors différents régimes d’historicité et la construction de communautés d’expériences fonctionnant au présent : celle des anciens habitants ayant résisté aux expulsions, celle des familles venues occuper les maisons vides suite à la menace de démolition inaboutie et enfin celle des familles relogées dans des cités d’immeubles insalubres. Posant un regard pragmatique sur le processus de labélisation en cours, il s’agit d’interroger le conflit toujours présent, bien que latent, autours de la légitimité des habitants à vivre chez eux, ou autrement dit, du droit à la ville. Ce qui entre ou n’entre pas dans l’ordre du patrimoine étant la ligne qui sépare les discours audibles et légitimes des autres, le passé cristallise un ensemble de problématiques politiques qui peinent à se faire entendre comme telles.

Le travail ethnographique, mené conjointement avec une photographe, vise alors à mettre au jour le contrechamp du processus de patrimonialisation, à saisir l’inscription du politique dans les discours sur le quartier mais aussi dans le paysage urbain lui-même. Ce travail à quatre mains soulève une série de questions autour de ce que serait une ethnographie de la mémoire, celle de ses richesses et de ses limites et enfin, celle de notre engagement sur ce terrain, face aux enquêtés et à leurs différents horizons d’attentes.

——————————————-

Ethnographier l’ancrage urbain d’une organisation officielle comme retour vers le politique en Chine. Le cas des comités de résidents à Pékin (2007-2015).

Par Judith AUDIN (Post doctorante, EHESS)

Cette communication se propose de rendre compte de l’intérêt politique de réaliser l’ethnographie d’une instance officielle au statut « intermédiaire » chargée de gérer les quartiers des villes chinoises : le comité de résidents (jumin weiyuanhui), qui existe depuis les années 1950. L’enquête ethnographique urbaine contribue au renouvellement des études politiques en Chine et en particulier à la question de l’exercice du pouvoir en contexte autoritaire. Dans le champ des études chinoises, les enquêtes ethnographiques ou anthropologiques portent plus nettement sur la Chine rurale, notamment sur la politique au village. Notre choix d’ethnographier le politique au niveau d’une organisation officielle dans des quartiers contrastés de Pékin vient combler un manque dans la littérature scientifique. Cette organisation a été surtout étudiée pour son rôle de contrôle sur les habitants, les chercheurs y voyant principalement une « biopolitique » (Bray, 2005 ; Zhang, 2010). D’autres recherches ethnographiques ont privilégié le politique « par le bas », sans s’intéresser à cette organisation, considérée comme trop peu indépendante de l’État. En outre, le cadre «institutionnel» de cette organisation suscite certainement une appréhension sur les capacités d’un enquêteur étranger d’accéder à ce terrain, d’autant plus qu’il est situé au sein de la capitale politique, plus strictement surveillée qu’ailleurs. Ainsi de nombreuses enquêtes urbaines à Pékin ont privilégié l’ethnographie des comités de propriétaires (yezhu weiyuanhui) et les mobilisations dans les quartiers résidentiels « marchands » (shangpinfang xiaoqu) ou ont porté sur d’autres villes de Chine. Quant au champ de la recherche chinoise sur le sujet, les publications sur les comités de résidents sont principalement réalisées dans le domaine de l’administration publique. Les comptes- rendus d’enquête de terrain se caractérisent par un ton prescriptif, en vue d’améliorer le système de gouvernement et la « gouvernance à la base » (jiceng zhili). De façon générale, le comité de résidents est surtout étudié du haut vers le bas, comme le « dernier échelon administratif » en Chine.

Or une approche ethnographique permet de revisiter cette conception. Cette organisation est toujours définie par un statut ambigu d’organisation «autonome de base des masses», et ce statut « intermédiaire » influence la manière dont les agents interagissent quotidiennement dans leur travail avec deux types de publics : les habitants, qu’ils sont censés « représenter », et les administrateurs officiels locaux, au niveau du bureau de rue, qui exercent une autorité non négligeable sur les agents du comité. La perspective ethnographie fait apparaître dans quelle mesure les politiques du contact dans les quartiers ne s’appliquent pas du haut vers le bas mais produisent des rapports de pouvoir spécifiques au niveau « intermédiaire » de cette instance-relais.

Ainsi, cette communication montre comment le choix d’une organisation politique locale dans la capitale du pays peut être opérationnel pour poser un nouveau regard sur le travail politique et social local en comparant l’ancrage de cette organisation dans trois contextes urbains contrastés : les quartiers du centre ancien, les quartiers anciennement industriels datant des années 1950 à 1990 et les résidences de logements « marchands », construites à la fin des années 1990. Enfin, la méthodologie de la recherche sera précisée, notamment la temporalité longue (entre 2007 et 2015) de cette enquête pour tisser des liens de confiance avec les enquêtés et pour suivre les carrières de certains agents.

———————————————————-

Ethnographier la « petite politiqueé au long cours: l’endurance d’un collectif d’habitants et la justesse descriptive de l’ethnographie (La Duchère, Lyon).

Par Laëtitia OVERNEY (Lyon 2, Centre Max Weber)

Ma proposition de communication s’inscrit principalement dans l’axe 2 de l’appel à communication. Je souhaiterais décrire les pratiques d’un collectif d’habitants d’un Grand Ensemble. Je développe une approche spatiale de la participation politique en montrant comment celle-ci se forge et s’exprime à travers les pratiques ordinaires des habitants (observations quotidiennes dans le quartier, cheminements, discussions entre voisins) – ce que j’ai appelé une petite politique[1]. Ma communication reviendra sur deux enjeux de le l’enquête ethnographique : 1) Comment prêter attention à des signaux faibles de la participation – souvent peu pris en compte dans les analyses de la participation –, afin d’appréhender toute l’épaisseur de l’engagement des habitants ? L’échelle spatiale et l’échelle temporelle de l’enquête seront ici questionnées. 2) Comment rendre compte avec justesse et justice[2] de ces formes peu visibles de participation ?

Depuis 30 ans, ce collectif organise dans le quartier de la Duchère à Lyon une réunions mensuelle où tout habitant peut venir soulever un problème tel que des pannes d’ascenseur, des violences policières ou l’obligation faite à certains ménages dans le cadre de la rénovation urbaine de quitter le quartier. Les participants demandent des réponses soit directement aux responsables institutionnels invités aux réunions soit via des courriers. L’action du collectif peut s’adosser à une histoire particulière – une vie associative très riche dès la construction de ce Grand Ensemble dans les années 60 (sous une forme proche du « syndicalisme du cadre de vie », un mouvement historiquement déjà positionné sur les problèmes urbains et de la vie quotidienne).

Ainsi, mon enquête ethnographique a consisté à suivre au long cours pendant 8 ans les membres de ce collectif dans ses activités quotidiennes ou lors de temps fort (réunions publiques, fêtes). Cette participation ne se traduit pas par des mobilisations de masse, elle ne se solde pas par de grandes victoires – les démolitions d’immeuble contre lesquelles se mobilise le collectif auront bien lieu – il faut donc pouvoir la suivre de près. Et au long cours : les ressources de la petite politique n’apparaissent à l’ethnographe qu’au fil du « temps accidenté ». Être là, au plus près, au long cours, mais aussi prendre en compte l’analyse historique : comment s’est constituée une résistance là, dans ce quartier où la mémoire des luttes est entretenue  par les militants des premières années encore présents ? L’ethnographie retrace les leçons que les habitants tirent de leurs expérience, près de 50 ans d’urbanisme planificateur, 30 ans de politique de la ville, ils ont vu leur milieu de vie se transformer.

Résister au long cours pour le collectif, c’est tenir la place auprès des habitants et face aux opérateurs de la rénovation urbaine : assister à de nombreuses réunions publiques, visiter les voisins, recueillir et transmettre sans relâche les plaintes des habitants, notamment ceux qui auront du mal à se faire entendre et qui ont été frappés de plein fouet par les démolitions : les personnes âgées délogées de leur immeuble voué à la démolition. Une résistance se loge dans ses attentions resserrées aux co-cohabitants.

La communication sera ainsi l’occasion de revenir sur les propositions de Daniel CEFAÏ relatives au «problème de la justesse et de la justice descriptives» de l’ethnographie formulées dans l’ouvrage L’engagement ethnographique. Comment ce souci de la justesse et de la justice descriptive a t-il été au cœur de mon engagement ethnographique auprès de ce collectif d’habitants ?

[1] OVERNEY. « Par-delà « la participation des habitants » : pour une ethnographie de la petite politique. » in CARREL, NEVEU. Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Khartala, 2014.

[2]  CEFAÏ. « L’expérience ethnographique, l’enquête et ses publics », in CEFAÏ (dir.) L’engagement ethnographique, EHESS, 2010, p. 591.

Mots-Clés: participation politique; vie quotidienne; Rénovation urbaine; engagement ethnographique; mémoire.

————————————————————

Le parti des « vrais habitants ». Ruses et usages de l’autochtonie chez des militants de droite en banlieue (Seine-Sant Denis).

Par Raphaël CHALLIER (doctorant Paris 8- CRESPPA)

Je souhaiterais ici discuter le concept de « capital d’autochtonie » – entendu comme les ressources liées à l’appartenance qui favorisent l’accès de certains subalternes à la scène politique locale en interrogeant les tactiques d’enracinement des militants de droite dans les quartiers populaires.

En me basant sur l’ethnographie de la campagne d’une liste d’union de la droite dans une ville de Seine-Saint-Denis lors des élections municipales de 2014, j’analyserai comment les dits militants de droite se présentent comme les « vrais habitants » de la ville et revendiquent un style de vie « populaire respectable » face aux nouveaux arrivants des classes moyennes-supérieures et aux franges dominées des classes populaires dans un processus de « conscience sociale triangulaire ».

Mobiliser le concept d’autochtonie dans un contexte socio-urbain différent des terrains ruraux où il a émergé conduit le chercheur à réinterroger cette notion. Je montrerai comment le « capital social populaire » basé sur l’ enracinement s’entrecroise sur le terrain avec d’autres logiques comme la mise en scène de solidarités confessionnelles ou la concurrence entre identité autochtone et identités racisées. Le va-et-vient ethnographique entre la scène (distributions, meetings, …) et les coulisses (réunions, échanges informels) de la campagne me permettra aussi d’exposer des usages plus calculés de l’appartenance locale que ceux décrits par J.N. Retière ou N. Renahy.

Enfin, le capital d’autochtonie est un rapport social basé notamment sur des processus de hiérarchisation-exclusion au sein des classes populaires. Je montrerai comment ces processus se manifestent chez les enquêtés dans leurs façons d’investir la ville. En effet, à l’occasion des distributions de tracts, les militants de la liste de droite se partagent trois quartiers associés à différentes populations, le quartier des « cas sociaux », celui des « gens respectables » et celui des « bobos ». Dès lors, la répartition des militants entre les différents quartiers révèle les rapports sociaux qui traversent l’espace local et comment ces rapports se reflètent au sein d’un collectif militant socialement hétérogène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *