Résumés – Ethnographier les restructurations économiques en-clair-obscur approcher le travail par ses à cotés

A La parada. Concurrence et entre-aide parmi les travailleurs journaliers aux Etats-Unis

Par Ana PORTILLA (Doctorante, CSU-CMH)

Cette communication abordera « par le bas » les restructurations du marché du travail. En effet, les restructurations ne se limitent pas à des bouleversements macro-économiques et politiques, il s’agit tout autant d’une transformation de la condition ouvrière (cf. Beaud et Pialoux, 1999). A partir du cas des travailleurs journaliers aux Etats-Unis – exemple, parmi d’autres, de la dérégulation et de la flexibilisation du marché du travail dans ce pays – je présenterai des matériaux d’enquête portant sur les rapports qu’entretiennent entre eux les ouvriers enquêtés ainsi que leurs pratiques d’obtention d’un travail.

L’enquête ethnographique que je mène dans un quartier populaire de la ville d’Oakland m’a conduit à observer les nombreux lieux d’embauche de travailleurs journaliers dans le quartier. Appelés las paradas – « les arrêts » en espagnol – par ceux qui les fréquentent, ces marchés informels de main d’œuvre regroupent des hommes immigrés d’origines latino-américaines majoritairement sans-papiers. Dans ces lieux d’embauche en plein air, l’offre de main d’œuvre dépasse largement la demande et les journaliers doivent quasiment se battre pour être sélectionnés par un employeur. Mais vulnérables aux rackets, aux vols de salaire et aux conditions dangereuses de travail, ces hommes doivent aussi se soutenir et s’entre-aider pour se protéger et obtenir un travail. Entre concurrence, entre-aide et précarité, comment faire pour décrocher un boulot ?

Dans cette communication, j’expliquerai comment tout en étant placés dans une situation de concurrence objective, les journaliers apprennent des savoir-faire de la parada et développent des stratégies d’entre-aide. Dans ce contexte la concurrence et la solidarité ne peuvent pas être perçues comme des rapports sociaux opposés. A la parada, les hommes acquièrent un sens pratique du marché du travail informel. Il s’agit donc de se pencher sur les rapports de forces qui sous-tendent l’ambiguïté des relations dans lesquelles sont pris ces travailleurs.

—————————————————–

Aux confins du travail industrialisation, les free parties. De l’ethnographie d’une contre-culture à une réflexion sociologique sur le travail

Par Alexandra TILMAN (Docteure, Chercheuse associée à l’Univ. d’Evry-CPN)

J’aimerais revenir dans cet atelier sur un processus de recherche de thèse qui a pour point de départ un travail de terrain ethnographique immersif au sein du mouvement festif clandestin appelé « free party », et pour point d’arriver une réflexion sociologique sur les transformations du travail industriel et de la classe ouvrière.

Je montrerai comment cette immersion au cœur de ce phénomène a porté à traiter des transformations structurelles du travail industriel en déclin dans la ville du Havre, un des berceaux des free parties françaises. L’étude du rapport au travail, entre absence et rejet, de jeunes issus de la classe ouvrière havraise investis dans un mode de vie en marge est devenue centrale, faisant apparaître in fine l’histoire de leurs parents, l’histoire des délocalisations, des restructurations et des transformations profondes qui ont marqué le travail industriel depuis les années 1970[1].

L’opposition au travail de la part de cette partie de la jeunesse contemporaine est fortement liée au déplacement du travail ouvrier vers des métiers de service et en particulier les postes de manutentionnaires des services d’exploitation des transports et d’ouvriers du tri, de l’emballage et de l’expédition, qui sont les seuls à être en progression au Havre, comme ailleurs en France. Le travail dans les entrepôts du Havre qui consiste à charger et décharger des camions est extrêmement répétitif et standardisé. Un aspect du travail ouvrier « accentué par l’introduction de nouvelles technologies » (Parodi, 2004 : 185-202). La rupture engagée avec la société, et plus particulièrement avec le travail, se joue également dans une rupture, voire une opposition au modèle parental. Il faut comprendre cette rupture dans la tension entre un modèle prescrit et son effritement à la fois dans le paysage social et économique dans lequel ils évoluent. La vision négative du travail par ceux qui ont des diplômes de filière technique ou pas de diplôme du tout montrent deux choses : d’une part, que les seuls emplois s’inscrivant dans « le champ du possible » (Elias, 1991) correspondraient à un travail disqualifié et sous-payé qui ne leur permettrait pas de répondre à ce qu’ils considèrent comme une vie épanouie ; d’autre part, que l’idée de « stabilité » n’est pas un objectif de vie attrayant. Ce rejet d’un modèle, encore érigé comme tel mais difficile à reproduire étant donné la conjoncture économique et sociale peut se comprendre comme une façon d’échapper à ce que Pierre Bourdieu, dans La Distinction, appelle « le vieillissement social » c’est-à-dire « le désinvestissement qui porte les agents à ajuster leurs aspirations à leurs chances objectives, les conduisant ainsi à épouser leur condition, à devenir ce qu’ils sont, à se contenter de ce qu’ils ont (…) à faire le deuil de tous les possibles latéraux, peu à peu abandonnés sur le chemin[2] » (Bourdieu, 1979). L’apparition des formes de collectifs liés aux free parties va alors permettre à certains de ces jeunes zonards de se construire de façon plus « positive  » tout en maintenant leur position de rejet, de se sentir véritablement actifs et acteurs d’un mouvement alors qu’ils ne font pas partie des « actifs ».

[1] Cette étude est le fruit d’une enquête qualitative menée auprès de participants investis dans le mouvement des free parties entre 2002 et 2012. À partir d’un vaste recueil de données l’enquête s’est resserrée sur une trentaine de participants investis dans l’organisation de ces fêtes mettant l’accent sur le passage entre errance zonarde, contexte de désindustrialisation et free party. Précisons d’emblée que les formes de déviances analysées au cours de cette recherche ne sont pas représentatives du « destin » de la jeunesse issue des milieux ouvriers des zones péri-urbaines et rurales. Les trajectoires étudiées n’illustrent pas une généralité statistique. Néanmoins, cette réalité se doit d’être soulignée en tant que phénomène significatif d’un malaise social contemporain inscrit dans un processus dialogique entre « marginalité choisie » et « marginalité subie ».

[2] BOURDIEU Pierre (1979), La Distinction, critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, Paris, p.123

—————————————————

Une centralité du travail déplacée. Jeux et enjeux de la reconversion des ouvriers de la sidérurgie liégeoise

Par Cécile PIRET (Doctorante, ULB-LAMC)

Dans cette communication, je présenterai d’abord la méthode ethnographique de l’étude de cas élargie (« The extended case method ») telle qu’elle a été développée par Michael Burawoy après l’école de Manchester. J’expliquerai ses postulats et ses quatre formes « d’extension » du terrain : 1. l’extension de l’observateur dans la vie de la population étudiée ; 2. l’extension des observations dans le temps et dans l’espace ; 3. l’extension des micro-processus aux forces macro-sociales ; 4. l’extension de la théorie. Ces formes d’extensions permettront d’aborder une série de réflexion sur mon ethnographie de la cellule de reconversion des ouvriers d’une entreprise sidérurgique. Je présenterai le contexte de mon cas d’étude et la spécificité d’une cellule reconversion prise entre des logiques de sécurisation du parcours professionnel et d’activation du comportement de recherche de formation et d’emploi. Ces logiques créent des tensions dans l’expérience du licenciement chez les travailleurs, en produisant un traitement individualisant de la recherche d’emploi tout en étant un lieu appropriable par les travailleurs pour (re)produire des formes de solidarité et un sens d’appartenance commun. Mon propos visera surtout à interroger comment se déplace l’expérience du fait salarial dans ce contexte de « reconversion » pour la population active et les pré-pensionnés.

—————————————————

Ethnographier l’expertise en suppression d’emplois. Saisir l’invisibilisation des rapports de domination

Par Vincent MOENECLAEY (Doctorant, UVSQ-EP)

Cette communication présente le déroulement et les résultats d’une recherche portant sur des acteurs qui depuis quelques décennies se donnent pour mission de « réussir les licenciements », pour le compte des entreprises ainsi que de l’Etat. L’enquête a consisté notamment en l’ethnographie des pratiques et façons d’être et de penser des agents de trois segments professionnels découverts au fur et à mesure de son avancée, qui concourent à ce qui est apparu comme une véritable division du travail de licenciement : les « consultants en conduite de plans sociaux », les « consultants en reclassement collectif » des victimes de ces derniers, et les « consultants en outplacement individuel de cadres » licenciés individuellement. L’ethnographie a été réalisée dans l’un de ces cabinets de conseil en gestion de licenciement, durant un peu plus d’une année répartie entre quelques mois au siège de l’entreprise à Paris et neuf mois sur une antenne de reclassement des ouvriers d’une usine fermée en Picardie. Dans le même temps, soixante-dix entretiens ont été réalisés avec des personnes rencontrées sur le terrain d’observation ainsi qu’avec d’autres – dans un souci de dessiner l’espace des pratiques et des positions en question – et de nombreux documents ont été rassemblés puis analysés, qui ont été écrits par des consultants soit à leur attention soit à celle de leurs clients, des acteurs institutionnels ou des licenciés.

La construction de l’objet et le choix de l’ethnographie visaient à comprendre aussi précisément que possible ce qui se joue dans une telle répartition des rôles entre des entreprises et des acteurs qui s’érigent en spécialistes des restructurations. Au cours de l’enquête, il est apparu que cette division du travail provient de, et contribue à renforcer, une différenciation et une routinisation de « techniques » de licenciement, dans ce qui devient alors de plus en plus banale « opération de gestion ». Cette répartition des rôles tend également à favoriser une dilution des sentiments de « responsabilité » des acteurs des licenciements ou des suppressions massives d’emplois. Chacun est en effet à même de se concentrer sur un ensemble restreint de tâches, pour lesquelles en outre il se considère particulièrement compétent et qu’il appréhende comme relevant de la meilleure chose à faire dans la situation et au moment donnés. Limiter le nombre de licenciements impliqués par la restructuration qui a été décidée, informer clairement les salariés une fois « l’annonce » du licenciement minutieusement préparée, accueillir les licenciés sur une antenne ou dans un cabinet d’outplacement pour les aider à « se projeter », etc., sont autant de pratiques qui peuvent chacune paraître très légitimes à nombre d’agents sociaux, et surtout à chacun des types de consultants pris pour objet, mais dont il apparaît, lorsque l’on adopte un point de vue plus objectiviste, qu’elles répondent très essentiellement aux enjeux du champ économique. Notamment, ces techniques et ces pratiques visent à permettre de faire face à un certain nombre de « risques » considérés comme associés au fait de licencier, et leur l’ensemble concourt à ce que les salariés évincés acceptent davantage leur sort ou ne puissent exprimer efficacement d’opposition.

Ces rôles conscients et inconscients des consultants en gestion de licenciement ont été constatés aussi bien dans l’observation de leurs pratiques, que dans le relevé systématique des interdictions qui m’ont été formulées d’observer telle ou telle partie de leur activité ; les reports de ma présence à un temps ultérieur donnant matière à identifier ce qui était important voire primordial pour les enquêtés. Par ailleurs, la différenciation des missions du pilotage, du reclassement et de l’outplacement contribue d’autant plus à une mise en invisibilité des moments forts des rapports de domination au travail et dans le champ économique que sont les licenciements ainsi effectués, que les espaces professionnels en question sont construits autour d’une différenciation du traitement des types de licenciements et des types de licenciés ; différenciation qui ajuste les pratiques des enquêtés aux façons d’être et de penser des salariés, depuis les hauts cadres jusqu’aux ouvriers, ainsi qu’à leurs champs des possibles et aux manières dont ils vivent le plus couramment les licenciements. Enfin, le niveau relativement faible des difficultés morales – ou « psychologiques » – que j’ai éprouvées à observer en situation des licenciements témoigne de ce que j’ai été comme relativement « pris » par les pratiques indigènes qui justement visent à séquencer, à diluer, à euphémiser, à faire accepter, à taire. Ce qui m’a été donné à voir et à penser l’étant, en effet, du point de vue des pratiques d’insensibilisation auxquelles les enquêtés participent et dans lesquelles eux-mêmes sont pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *