Résumés – Terrains « clivés ». L’ethnographe entre gouvernants et gouvernés

Conflit ou complicité? Les rapports entre « l’état » et les « peuples autocthones » au Chili

Par Matilde SPOERER (Doctorante, Paris 1 – CESSP)

Cette communication pose un regard critique sur la manière par laquelle les collectifs « État » et « peuples autochtones » ont été présentés comme antagonistes et ayant une relation uniquement structurée sur la base du « conflit ». À partir de l’étude de la politique quotidienne et locale -l’application de la Convention nº169 de l’OIT sur les droits des peuples autochtones au Chili-, la communication met l’accent sur les différents types d’interactions que ces acteurs entretiennent et sur les mécanismes de réappropriation par des indigènes des instruments qui les protègent.

Mots ClésPeuples autochtones; participation politique; liens personnels; multiculturalisme 

—————————————–

« Prendre le rôle de l’autre »: une clef d’investigation de l’ethnographe en terrain clivés

Par Jessica POTHET (Docteure, LLSETI – Univ. de Savoie)

La communication s’appuie sur l’étude d’un dispositif local de « responsabilisation parentale ».

Après avoir succinctement décrit les pratiques observées, les contextes de sens du terrain d’enquête, et les questions de recherche qui sous tendent ce dispositif, le propos portera sur les logiques de circulation, sur les postures et sur les pratiques de terrain de l’ethnographe qui poursuit une dimension impliquée et expérientielle du questionnement.

Bibliographie indicative

BASZANGER Isabelle, DODIER Nicolas (1997). « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique ». In Revue française de sociologie. pp. 37-66.

PIETTE Albert (1996). Ethnographie de l’action. Paris, Métailié.

QUÉRÉ Louis (1987). « L’argument sociologique de Garfinkel ». Réseaux, n°27, p.99-136.

SARDAN (de) Jean-Pierre Olivier (2008). La rigueur du qualitatif : Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Editions Academia.

SOULET Marc-Henry (2005). « Reconsidérer la vulnérabilité ». Empan 2005/4, no°60. ERES, pp. 24-29.

—————————

Transversalité transgressive: l’ethnographie comme totalisation

Par Corentin DURAND (Doctorant, IMM-LIER/CMH-PRO-EHESS)

Longtemps décrite comme une « institution totale » (Goffman 1968), la prison se présente comme un terrain à la fois clivé et intégré. L’objectif de cette communication est d’interroger ce caractère total, au prisme de la démarche ethnographique elle-même. En effet, réalise une forme de totalisation de l’institution, qui est étrangère à son fonctionnement normal. Les réactions, parfois hostiles, à une observation multi-située marquent par contraste la forte segmentation des différents espaces de contact entre prisonniers et autorités. En cela, «l’écartèlement» de l’ethnographe en prison (Le Caisne 2000) vient tout autant d’un positionnement entre prisonniers et autorités, que d’une transversalité nécessairement transgressive, parce que totalisante. Ce «malaise ethnographique» (Rémy 2014) informe ainsi sur la nature de l’institution étudiée, et sur les dynamiques des relations entre prisonniers et autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *