Résumés / Abstracts – Les enjeux du silence / Silence at stake

«La parole comme un champ de mines». Analyse des stratégies discursives dans le Guatemala post-conflit / « A minefield of the language ». Discursive strategies in post-conflict Guatemala

Par Clara DUTERME (Docteure en Anthropologie, Membre associée au Centre d’Anthropologie Sociale -LISST-, Université de Toulouse 2)

L’expérience du conflit armé qu’a connu la population du Guatemala dans les années 1970-80 a fortement contribué à modeler les façons de dire ou de taire, les « jeux » d’évitement et de pouvoir, les non-dits qui caractérisent aujourd’hui les formes d’interactions discursives. Plutôt que d’aborder les silences comme relevant d’une « mémoire traumatique » du conflit, nous nous chercherons à montrer comment ils s’inscrivent dans des modèles rhétoriques spécifiques, qui témoignent de la prudence avec laquelle les interlocuteurs abordent la parole, et comment ils peuvent nous éclairer sur les enjeux de pouvoir locaux, au sein desquels l’ethnologue doit trouver sa place.

A travers l’analyse de trois exemples tirés d’enquêtes de terrain, menées auprès d’un groupe de victimes du conflit et d’une communauté d’ex-membres de la guérilla, nous illustrerons ce que les silences nous apprennent de ce que l’on dit (sa position et son statut à travers l’accès à la parole), de ce que l’on cache (les dissensions et les luttes de pouvoir) et de ce qu’on laisse entendre (la complexité d’une réalité passée ou présente sur laquelle on cherche à conserver l’illusion d’un consensus ou l’illusion de neutralité).

Le « silence » de certains correspond à un refus de répondre à un moment donné et dans un contexte donné. Il éclaire les enjeux associés au fait de prendre légitimement la parole. Le refus ou l’évitement de parler se situe toujours dans une situation d’interaction. Il reflète souvent des positions antagonistes ou ambigües. L’ethnologue devient alors le confident, mais il est aussi pris à partie et sommé de prendre position, voire de jouer un rôle d’espion. Sa position d’outsider lui permet souvent de recueillir la parole d’individus qui ne se parlent pas entre eux. Enfin, nous nous intéresserons aux silences masqués par la parole volubile. Ceux-ci illustrent la capacité des interlocuteurs à éviter les questions dérangeantes, en détournant le sujet, ou répondant de façon détournée.

En mettant en lumière de façon réflexive la relation d’enquête et la position de l’ethnologue face au(x) silence(s), nous aborderons les enjeux méthodologique et épistémologique, concernant en particulier la confrontation du chercheur à un « langage » allusif et glissant, qu’il doit apprendre à décoder, voire à manier lui-même et qui amène à nuancer sa position de « dominant » dans la situation d’interlocution.

Mots-clé: Guatemala post-conflit, non-dit, relation d’enquête, antagonismes, mémoire

————————————————————————–

“Before, during and after the shooting, the silence”. The meanings of silences in some favelas of Rio de Janeiro (Brazil)

 Par Laura PETRACCHI (Doctorante, Université de Milano Bicocca)

The paper aims to explore the relationship between silence, violence and emotions in the context of some favelas of the city of Rio de Janeiro. It tries to analyse this relationship starting from the conscious or unconscious use and experience of silences during and after my fieldwork.

The speech focuses on the spectacular, sensorial, resonant and physical dimension of violence in the favelas where I lived and worked. How does the silence act in such contexts? Could we consider silence as a language or as a strategy to face with violence? My aim is to reflect upon silence as a place and time in which particular emotions related to everyday violence and insecurity, as fear, sadness, affliction, but also love and affection, are shaped.

Starting from my fieldwork research I investigate the different kinds of silences which marked the relationship between me, Janaina, a 24 years old woman, and her three children. What kind of situation, occasion or event produced these silences? And what kind of practices, social and affective relationships, and experiences the silences are able to produce?

Janaina raised her children alone with a precarious work and she has been, together with her children, one of the most important friends and interlocutors for my ethnographic research. Nevertheless, in a short time, our relationship became conflictual because of her protracted violence over her children. The mother-sons and the mother-sons-me relationships were not isolated, but immersed in the context of endless violence and insecurity typical of the favela where they live. Such relationships unveiled and at the same time influenced and affected the plurality of violent dynamics of the daily life in such context.

In particular I aim to focus on my silences concerning the Janaina’s daily violence, considering not only the non-dit, but also the indifference and the complex process of suppression of different kinds of emotions, as love and affection as well as fear and rage. I would like to read my silence as a relational place and time in which something incommunicable could take shape. At the same time I explore silence not only as an obstacle, but above all as a research instrument, an instable, uncontrollable and changeable tool, that could be used to generate anthropological understanding.

Keywords: Violence; Silence; Emotions; Affection; Favelas.

——————————————————————

Des silences habités. Les temps faibles de l’observation peuvent-ils devenir des temps forts?

Par Isabel BONI-LE GOFF (Chercheuse FNS Senior, Université de Lausanne)

Mon terrain de thèse – portant sur les régimes de genre dans le conseil en management – a articulé l’ethnographie d’un syndicat patronal de consultants et celle de firmes de conseil. Une partie de ces terrains s’est déroulée dans un (relatif) silence, dans des contextes toutefois différents: Le terrain dans l’organisation patronale m’a donné l’occasion d’interagir à de multiples reprises avec un collectif de patrons d’entreprises – le conseil d’administration du syndicat – et ce, dans une position paradoxale pour observer. Entrée sur ce terrain comme chargée de mission, appelée à « rendre des comptes » sur une enquête, j’étais souvent celle qui prenait la parole, m’adressant à ce groupe – exclusivement masculin – cherchant, non sans difficulté parfois, à obtenir le silence. Les terrains dans les firmes m’ont conduite à connaître différentes situations d’observation participantes ou non. Cela a été l’occasion, à de nombreuses reprises, d’attendre –longtemps parfois – dans les halls de certaines firmes, ou dans des «bureaux ouverts» où s’affairaient discrètement des professionnel-le-s.

A partir de ces expériences différenciées du silence dans l’enquête, je voudrais tout d’abord revenir, en les comparant, sur les pistes heuristiques qu’elles ont ouvertes : loin d’être des moments vides, dépourvus d’interactions et d’échanges, ces temps ont au contraire mis au jour des processus importants pour la compréhension de l’espace social observé. En «coupant le son» (Peneff 2009: 150), ils ont permis de repérer les enjeux, notamment dans l’actualisation des rapports de pouvoir, la dialectique, ainsi que les conditions de construction sociale du bruit et du silence au sein de groupes dominants. Ils ont également permis de faire émerger la part corporelle du travail dans une profession réputée intellectuelle. Ils ont enfin permis d’identifier les significations situées du silence, selon les lieux, les actrices et acteurs en coprésence, le type de rencontre sociale. En ce sens, les silences sont apparus particulièrement et différemment « habités ».

Dans un second temps, je souhaiterais aborder les malaises heuristiques que ces «temps faibles» de l’enquête ont suscités pour l’enquêtrice. De fait, les interactions avec le conseil d’administration, en particulier, et les situations «d’observatrice observée» qu’elles ont entraînées, m’ont conduite à saisir in vivo des processus infralangagiers de construction d’un entre soi et de disqualification. Expériences qui ont été l’occasion d’opérer un «itinéraire moral» (Goffmann 1989) et réflexif ou pour le dire comme Peter Berger une «transformation de la conscience» (Berger 2006: 54). Au delà, il s’agira d’éclairer ce que ces expériences ont permis comme avancées dans la construction de l’objet de recherche.

A partir de cet itinéraire ethnographique, je souhaiterais enfin conclure sur des pistes méthodologiques pour saisir les temps faibles et les silences des enquêtes, dans toutes leurs richesses : pistes relatives au recueil et à la description de ce qui résiste souvent à la prise de notes « classique » ; pistes relatives à l’interprétation de la grammaire située de ces observations.

Berger (P.) (2006) Invitation à la Sociologie, Paris, La Découverte

Goffmann (E.) (1989) Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Les Editions de Minuit

Peneff (J.) (2009) Le Goût de l’Observation, Paris, La Découverte

Mots-clés: Itinéraire réflexif – interactions non discursives – corps – dialectique bruit-silence – malaise heuristique

————————————————–

De  «l’éloquence du non-dit»  au  «non-dire»  comme stratégie d’enquête. Une lecture du silence à partir de deux exemples issus d’une recherche sur l’escorting en Italie. 

Par Giuditta BETTINELLI (Doctorante, Centre Marcel Mauss – EHESS)

Dans la recherche ethnographique, le silence échappe souvent au compte-rendu, tant il semble difficile à cerner, relatif, pluriel. Le silence sur le terrain est aussi généralement vécu comme un vide angoissant, comme si, à cause de lui, l’enquête perdait en profondeur, ou, pire encore, comme si l’existence même de la recherche était rendue impossible à cause de lui. En partant de la considération pascalienne du silence comme non-vide (Pascal, Pensée 139), je poserai l’hypothèse inverse, à savoir que le silence est une condition ontologique de la parole. Pour ce faire, j’examinerai deux cas de figure du silence qui se sont présentés à moi lors de ma recherche sur la signification et l’expérience de l’escorting dans les espaces de séduction destinés aux classes moyennes en Italie.

Dans le premier cas, il sera question de sonder la thématique du silence à partir de celui adopté par mes interlocutrices et interlocuteurs à l’égard de certains concepts théoriques qui étaient essentiels au tout début de ma thèse, notamment le fait que les négociations sur les prestations et leurs rémunérations prennent des noms euphémiques faisant référence au lexique du don (« regalo/cadeau » ; « regalino/petit cadeau » ; « aiutino/petite aide »). Ces dernières sont en outre remises sous forme d’argent, d’objets de luxe ou d’autres services différés dans le temps, et se définissent dans un ensemble plus vaste d’interactions. Cela pose d’emblée la question de l’interprétation et de la restitution des catégories allogènes, aussi bien que leurs relations avec les catégories savantes. Comment dire « l’indicible » tout en restant fidèles aux discours et aux dynamiques de terrain ? Par le biais de cet exemple, on verra comment c’est bien à partir des silences que l’on peut être amené à reformuler ses catégories de départ et l’ensemble de la narration.

Dans le deuxième exemple, il sera question, en revanche, de réfléchir à l’usage méthodologique du silence et du non-dit par le chercheur lui-même, pour faciliter son accès au terrain et le déroulement de son enquête. Étant donné que je m’intéresse à un contexte prostitutionnel essentiellement élitiste et difficilement abordable, j’ai utilisé moi-même le silence pour avoir accès au terrain. Cet exemple permettra ainsi d’aborder des questions éthiques et d’interroger le silence à partir de la relation qu’il entretient avec l’âge et le « genre » du chercheur dans un contexte donné. Par les interrogations posées, on verra alors que, loin de renvoyer simplement à une expérience antérieure à la conceptualisation, le silence atteste à quel point l’ethnographie est un savoir qui se construit dans et par des situations humaines et des relations entre individus.

Mots-clé: Ethnographie, positionnement methodologique, “terrain sensible”, pratiques sociales,  usages, transformation des savoirs.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *