Soirée d’inauguration

 5 novembre 2014 : 17h30h-20h30 

EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail, 75006 PARIS

17h30 : Présentation des Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS

  • Mot de bienvenue : M. le Président de l’EHESS, Pierre-Cyrille Hautcoeur
  • Présentation générale : Daniel Cefaï (formation sociologie) et Eloi Ficquet (formation anthropologie)

Ethnographie et production du savoir par l’image. Gregory Bateson et Margaret Mead à Bali

17h45 : Table Ronde avec Howard S. BeckerJean-Paul ColleynCarlo SeveriYves Winkin

  • Organisée par Jonathan Larcher et Noémie Oxley
  • Suivie d’un buffet convivial

Entre 1936 et 1939, Margaret Mead et Gregory Bateson réalisent un important travail de terrain sur l’île de Bali, dans le prolongement de leur étude du système d’organisation du comportement et de l’émotion de l’individu. Au-delà des thèses que les auteurs ont développées par la suite à partir de cette ethnographie, ce travail empirique fait date par l’usage inédit de la photographie et du film comme élément fondateur de l’argumentation. Cet usage intensif et exploratoire de la prise de vue (25.000 photos, une dizaine d’heures de films) aboutira notamment sur un ouvrage (Balinese Character, 1942) et une série de sept films.
L’étude de Mead et Bateson soulève plusieurs questions sur les modes et types de savoir produits par l’image dans une démarche ethnographique, de l’observation jusqu’à l’administration de la preuve. À partir de la projection d’images réalisées par Mead et Bateson, Howard Becker, Jean-Paul Colleyn, Yves Winkin et Carlo Severi développeront les pistes engagées par cette recherche sans égale dans l’histoire des sciences sociales.
Après les tournants littéraire, pictural et enfin numérique de l’ethnographie, les interrogations sur l’usage des photographies, films et iconographies comme modalités d’investigation sur un terrain d’enquête demeurent entières.
Dans quelle mesure la caméra et l’appareil photographique peuvent-être conçus comme des ressources descriptives ? Le savoir produit par la prise de vue se limite-t-il aux dimensions du réel, insaisissables par la seule observation participante ? Et enfin, comment se constitue par l’image une mémoire sociale, et par quels dispositifs l’ethnographe peut-il en rendre compte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *