Adrien Jouan

Biographie

Adrien Jouan est actuellement doctorant en sociologie à l’Université de Montréal. Il travaille sur les mobilisations de soutien aux immigrants sans-papiers à Montréal et a mené dans le cadre de sa thèse une enquête ethnographique de près de trois ans au sein d’un collectif militant pour la reconnaissance du droit des enfants (de) sans-papiers d’accéder à l’école au Québec.

Résumé de la proposition

S’impliquer pour enquêter. Retour sur une experience d’ethnographie en terrain militant

Cette communication propose une réflexion sur la participation de l’ethnographe en terrain militant. À partir d’une enquête réalisée à Montréal au sein d’un groupe militant pour la reconnaissance du droit à l’éducation pour les enfants sans-papiers, on souhaite ouvrir la discussion sur la question de la place de l’enquêteur en terrain militant et tout particulièrement sur les problèmes, classiques en ethnographie mais dont on pense qu’ils prennent un degré supplémentaire dans l’étude des mobilisations, qui se nouent autour de son double statut de participant et d’observateur. Le propos sera organisé en trois temps. Dans un premier temps, il s’agira de revenir sur certaines contraintes qui ont pesé sur l’enquête et l’ont configurée comme une participation-observante à découvert. On se concentrera en particulier sur deux de ces contraintes : la politique de l’enquête de l’université d’une part et la politique de l’enquête des enquêtés d’autre part. Tandis que la première pose la connaissance du statut d’enquêteur par les enquêtés comme une condition éthique pour autoriser l’enquête (fermant à l’avance et par principe toute possibilité d’investigation masquée), la seconde renvoie l’enquêteur à son extériorité et le confronte à un impératif participatif. Dans un second temps, prenant acte de cet impératif participatif, on défendra l’idée selon laquelle la participation ou plus exactement l’implication, au sens d’une hausse du degré de participation de l’enquêteur comme membre du groupe militant, ouvre des voies intéressantes pour l’enquête – pourvu qu’on ne s’oublie pas trop comme enquêteur. Plus impliqué, l’enquêteur devient un partenaire potentiel dans l’action et accède ainsi à un univers de sens, à des scènes et à des coulisses qui lui échappaient largement auparavant. En même temps, la question qui se pose à l’enquêteur qui accepte de jouer le jeu de l’engagement (et qui s’éloigne ainsi de ce qu’on pourrait appeler une « épistémologie de la non-perturbation ») est celle des limites de sa participation (limites qui viennent (r)assurer l’objectif de scientificité). Comment définir et respecter ces limites ? Enfin, dans un troisième et dernier temps de la présentation, on discutera de deux dilemmes rencontrés au fil de cette enquête in situ dans un milieu partisan : le respect des règles des comités d’éthique d’une part et le problème de l’enclicage de l’enquêteur d’autre part. On terminera en formulant des propositions de solutions, imparfaites, à ces deux problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search