Alexandra Tilman

Biographie

Alexandra Tilman est docteur en sociologie chercheuse associée à l’Université d’Évry Val d’Essonne, spécialisée dans la réalisation filmique. Sa thèse soutenue le 3 juin 2014, intitulée « Aux confins du travail industriel, les free parties. Réflexion socio-filmique sur une déviance temporaire. » est également composée d’un film (Cadences, 38mn, France). Elle enseigne le cinéma et la sociologie à l’université depuis six ans et continue de réaliser des recherches filmiques autour des liens entre le temps de travail et le temps libre.

Résumé de la proposition

Aux confins du travail industriel, les free parties. De l’ethnographie d’une contre-culture à une réflexion sociologique sur le travail

J’aimerais revenir dans cet atelier sur un processus de recherche de thèse qui a pour point de départ un travail de terrain ethnographique immersif au sein du mouvement festif clandestin appelé « free party », et pour point d’arriver une réflexion sociologique sur les transformations du travail industriel et de la classe ouvrière.

Je montrerai comment cette immersion au cœur de ce phénomène a porté à traiter des transformations structurelles du travail industriel en déclin dans la ville du Havre, un des berceaux des free parties françaises. L’étude du rapport au travail, entre absence et rejet, de jeunes issus de la classe ouvrière havraise investis dans un mode de vie en marge est devenue centrale, faisant apparaître in fine l’histoire de leurs parents, l’histoire des délocalisations, des restructurations et des transformations profondes qui ont marqué le travail industriel depuis les années 1970[1].

L’opposition au travail de la part de cette partie de la jeunesse contemporaine est fortement liée au déplacement du travail ouvrier vers des métiers de service et en particulier les postes de manutentionnaires des services d’exploitation des transports et d’ouvriers du tri, de l’emballage et de l’expédition, qui sont les seuls à être en progression au Havre, comme ailleurs en France. Le travail dans les entrepôts du Havre qui consiste à charger et décharger des camions est extrêmement répétitif et standardisé. Un aspect du travail ouvrier « accentué par l’introduction de nouvelles technologies » (Parodi, 2004 : 185-202). La rupture engagée avec la société, et plus particulièrement avec le travail, se joue également dans une rupture, voire une opposition au modèle parental. Il faut comprendre cette rupture dans la tension entre un modèle prescrit et son effritement à la fois dans le paysage social et économique dans lequel ils évoluent. La vision négative du travail par ceux qui ont des diplômes de filière technique ou pas de diplôme du tout montrent deux choses : d’une part, que les seuls emplois s’inscrivant dans « le champ du possible » (Elias, 1991) correspondraient à un travail disqualifié et sous-payé qui ne leur permettrait pas de répondre à ce qu’ils considèrent comme une vie épanouie ; d’autre part, que l’idée de « stabilité » n’est pas un objectif de vie attrayant. Ce rejet d’un modèle, encore érigé comme tel mais difficile à reproduire étant donné la conjoncture économique et sociale peut se comprendre comme une façon d’échapper à ce que Pierre Bourdieu, dans La Distinction, appelle « le vieillissement social » c’est-à-dire « le désinvestissement qui porte les agents à ajuster leurs aspirations à leurs chances objectives, les conduisant ainsi à épouser leur condition, à devenir ce qu’ils sont, à se contenter de ce qu’ils ont (…) à faire le deuil de tous les possibles latéraux, peu à peu abandonnés sur le chemin[2] » (Bourdieu, 1979). L’apparition des formes de collectifs liés aux free parties va alors permettre à certains de ces jeunes zonards de se construire de façon plus « positive  » tout en maintenant leur position de rejet, de se sentir véritablement actifs et acteurs d’un mouvement alors qu’ils ne font pas partie des « actifs ».

[1] Cette étude est le fruit d’une enquête qualitative menée auprès de participants investis dans le mouvement des free parties entre 2002 et 2012. À partir d’un vaste recueil de données l’enquête s’est resserrée sur une trentaine de participants investis dans l’organisation de ces fêtes mettant l’accent sur le passage entre errance zonarde, contexte de désindustrialisation et free party. Précisons d’emblée que les formes de déviances analysées au cours de cette recherche ne sont pas représentatives du « destin » de la jeunesse issue des milieux ouvriers des zones péri-urbaines et rurales. Les trajectoires étudiées n’illustrent pas une généralité statistique. Néanmoins, cette réalité se doit d’être soulignée en tant que phénomène significatif d’un malaise social contemporain inscrit dans un processus dialogique entre « marginalité choisie » et « marginalité subie ».

[2] BOURDIEU Pierre (1979), La Distinction, critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, Paris, p.123

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search