Anne Monier

Biographie

Doctorante en sciences sociales au Centre Maurice Halbwachs (EHESS / ENS / CNRS), Anne Monier travaille sur une thèse intitulée « La philanthropie culturelle transnationale, une forme d’action culturelle ? L’exemple des American Friends des institutions culturelles françaises ». Elle est en outre bénéficiaire d’un Contrat Doctoral du Ministère de la Recherche.

Résumé de l’intervention

Cette communication vise à montrer l’importance de ne pas simplement traduire linguistiquement les mots mais de veiller également à les traduire culturellement. Travaillant sur les Etats-Unis, et donc en anglais, trois éléments nous ont semblé centraux dans le travail de traduction. Le premier est d’essayer à la fois de garder les termes en langue originale, tout en les traduisant en français avec la plus grande rigueur possible. Le deuxième élément est l’importance de composer une sorte de lexique du jargon indigène et de décrire le plus précisément possible l’univers de référence auquel il se rapporte. Enfin, troisièmement, il nous a semblé essentiel de recontextualiser les termes, afin de voir de quoi ils pourraient se rapprocher dans le contexte français.

Notre analyse se fonde sur une recherche qualitative menée depuis trois ans et demi, dans le cadre de notre travail de thèse qui porte sur « La philanthropie américaine à l’égard des institutions culturelles françaises, à travers l’exemple des associations d’American Friends ». Les associations d’American Friends sont des organisations américaines à but non lucratif, qui permettent aux Américains de faire des dons défiscalisés à des institutions étrangères. L’enquête, qui s’est déroulée en France et aux Etats-Unis, s’appuie sur des entretiens approfondis, des observations, un dépouillage systématique de la presse écrite et web, ainsi que l’analyse d’archives et de documents.

Notre communication tentera de s’intéresser à la manière dont nous allons traduire linguistiquement et culturellement la notion de « philanthropy » (en anglais). Elle se centrera ainsi sur trois points :

  • Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la traduction linguistique du mot anglais « philanthropy »
  • Dans un second temps, nous nous intéresserons au langage indigène qui entoure la philanthropie et qui permet de comprendre la réalité concrète de ce qu’est la philanthropie (ses pratiques et ses représentations)
  • Dans un troisième temps, nous nous intéresserons en détail à l’importance de recontextualiser la philanthropie, car si celle-ci est un élément constituant de la société américaine, elle est assez récente sous sa forme actuelle en France.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search