Appel (atelier 10)

ATELIER : Ethnographier le genre

7 novembre 2014 : 14h00-17h00

EHESS, Bât. France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 638 (6ème  étage, noyau A)

Responsables

  • Anne-Sophie Vozari
  • Isabelle Zinn

Appel à communication

L’enquête ethnographique donne lieu à des descriptions « réalistes » du monde social et permet de rendre compte des significations que les personnes attribuent à ce qu’elles font[1]. Elle est ainsi d’abord une activité perceptive et descriptive. En cela, associer dos à dos « genre » et « ethnographie » pourrait à première vue apparaître problématique. Qu’est-ce qu’ethnographier le genre peut bien vouloir dire ? Le genre est-il observable et descriptible ? Que regarde concrètement l’ethnographe quand il/elle ethnographie le genre ? Telles sont les questions que nous souhaitons soumettre à la discussion dans cet atelier.

Sans chercher à faire du genre un principe d’explication a priori ou un objet d’enquête en soi, mais le considérant plutôt comme un mode de catégorisation qui ordonne des pratiques interactionnelles[2], cet atelier vise à interroger précisément sous quelles conditions le genre se donne à voir. La démarche ethnographique conduit nécessairement à observer de près les pratiques en train de se faire afin de saisir toute la complexité de l’imbrication de différentes normes, catégories ou croyances, rendues dominantes ou marginales dans des interactions. En considérant le genre avant tout comme un accomplissement pratique[3], il convient de s’interroger sur les manières de déceler comment le genre organise des ordres d’interaction et prend sens dans une situation donnée. À cette fin, l’observation (directe ou participante) semble particulièrement pertinente, si tant est qu’elle soit suffisamment armée. Puissant outil d’investigation des dimensions sexuées et genrées du monde social, les lunettes du genre restent toutefois difficiles à endosser. En partageant les heurs et malheurs de nos recherches empiriques, cet atelier doctoral entend contribuer à les rendre plus opérantes.

Voici les questions qui retiennent particulièrement notre attention :

Qu’est-ce qu’observer le genre in situ ? Comment mener des observations quand on s’intéresse au « genre » ? Dans quelles circonstances (terrains, situations, lieux, types d’interaction, etc.)? Qui et quoi faut-il observer ? Quelles situations choisir ? Selon quels critères les échantillonner pour repérer si le genre y est une « variable » pertinente ? Est-ce que la mise en perspective de différentes situations permet de mieux comprendre si le genre entre en ligne du compte ? Quels éléments faut-il systématiquement intégrer à la description ? Que voit-on réellement lorsqu’on observe les activités en train de se faire ? Enfin, puisque qu’observer et décrire le genre en situation conduit nécessairement à penser aussi les opérations de description, susceptibles d’être elles-mêmes organisées par des catégorisations de genre, enquêter sur le genre, revient de fait également à interroger les dimensions sexuées et genrées de l’enquête. Si les différences de classe et de statut social entre enquêteur/trice et enquêté·e·s ont de longue date été convoquées dans l’analyse de la relation d’enquête, la prise en compte de la dimension sexuée demeure encore trop souvent un angle mort de la démarche ethnographique. Nous invitons donc les communicant·e·s à penser genre et ethnographie en considérant aussi ce que le genre produit in situ dans la conduite même de l’enquête.


[1] Emerson Robert M., Fretz Rachel I., Shaw Linda L., 1995, Writing Ethnographic Fieldnotes, Chicago, University of Chicago Press.

[2] West Candace, Fenstermaker Sarah, 1995, « Doing Difference », Gender & Society, n° 9, p. 8-37; West Candace, Zimmerman Don. H., 1987, « Doing Gender », Gender & Society, n°2, p. 125-151.

[3] Malbois Fabienne, 2011, « Les catégories de sexe en action. Une sociologie praxéologique du genre. » Sociologie, 2 : 73-90. Mondada Lorenza, 2011, « Le genre en action: la catégorisation des locuteurs comme production située des participants dans l’interaction » in A. Duchêne et C. Moïse (éds.), Langage, genre et sexualité. Montréal, Edition Nota Bene, p. 115-143.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search