Appel (atelier 12)

ATELIER : La relation documentaire : une ethnographie par l’image

7 novembre 2014 : 14h00-17h00

EHESS, Bât. France, 190 avenue de France, 75013 Paris, Auditorium (premier sous-sol)

Responsables

  • Jonathan Larcher
  • Noémie Oxley

Appel à communication

Dans de nombreuses pratiques d’enquête, les chercheurs emploient la caméra et l’appareil photographique. Ces outils sont fréquemment utilisés comme ressources descriptives face à des phénomènes insaisissables uniquement par l’observation et l’écriture. Dans le cadre de cet appel, nous ne nous attarderons pas sur ce premier usage pour interroger plus spécifiquement l’expérience de l’anthropologue ou du sociologue qui recourt à ces outils sur le terrain.

Le dispositif de prise de vue est très souvent l’enjeu d’un certain nombre de relations sociales : le chercheur peut restituer les images réalisées aux sujets filmés ou photographiés ; ils peuvent de leur côté contribuer à l’organisation du récit en cours. Pour accéder à certaines situations, le chercheur obéit par exemple à des commandes : Il peut filmer des cérémonies, des rituels, des fêtes familiales, ou photographier des portraits. Il suit parfois une figure d’autorité dont il constitue presque irrémédiablement un apparat symbolique. Inversement, il peut enregistrer certaines situations en dépit des réticences des personnes filmées.

Contrairement à l’ethnographe, l’activité du preneur d’images est immédiatement compréhensible pour les personnes qu’il rencontre. Elle provoque ainsi chez ses interlocuteurs des attentes normatives avec lesquelles il doit composer. C’est l’ensemble de ces transactions, au quotidien, lors de la prise de vue ou de la restitution des images, qui constitue la relation documentaire. Celle-ci fera l’objet de notre atelier.

Cet appel est donc destiné aux vidéastes-ethnographes et photographes-ethnographes qui ont choisi de faire de la réalisation d’un film ou d’un travail photographique le champ d’une enquête ethnographique. Les communications porteront plus précisément sur les relations engagées entre le filmeur ou le photographe et les personnes filmées ou photographiées. Elles s’inscriront dans l’un des trois axes présentés ci-dessous :

1. La réalisation simultanée d’une enquête ethnographique et de vidéos / photographies fait peser des contraintes sur les deux dispositifs. Si la visibilité du dispositif de prise de vue est un atout pour l’intégration de l’ethnographe parmi ses interlocuteurs, en quel sens est-il contraint de décevoir les attentes normatives suscitées par sa présence ? Inversement, quelles sont les contraintes de l’enquête sur le temps du tournage ? Par exemple, de quelle façon l’inscription dans la communauté d’accueil – avec les contraintes de l’hospitalité – influe-telle sur le choix des personnages principaux d’un film ou de photographies ?

2. Les relations ethnographiques qui prennent forme au jour le jour se prolongent-elles dans l’instant de la prise de vue entre des personnes « filmantes » et des personnes

« filmées[1] » ? Les relations nouées entre ces deux parties lors des situations filmées ne sont pas moins “naturelles” que celles engagées entre l’ethnographe et ses amis ou informateurs. Comment la situation filmée éclaire-t-elle – on pourrait même dire exacerbe – les enjeux et les rapports de pouvoir induits par la situation ethnographique elle-même? Quelles sont les actions déployées par les personnes filmées pour réagir à ce rapport asymétrique, « de la présence pleine » à « l’absence éloquente[2] » ?

3. L’enregistrement automatique du réel et la production d’une image analogique ne doivent pas être conçues comme le décalque transparent et immédiatement signifiant de la culture des sujets représentés. Comment les différentes modalités d’accord, de négociation ou de confrontation qui émergent lors de cette relation entre le filmeur/photographe et les sujets filmés ou photographiés produisent-elles un savoir sur l’espace social et la culture représentés ? En constituant des relations sociales, les deux parties mobilisent des ressources qu’elles engagent dans la situation filmée/photographiée. En quel sens leur relation est-t-elle révélatrice d’identités personnelles ou de statuts sociaux, d’une mémoire collective, et de savoirs sur l’image des personnes filmées ? Peut-elle à l’inverse éclairer la pudeur ou le voyeurisme ethnocentriques du filmeur ou du photographe-ethnographe ?


[1] Lallier Christian, 2009, Pour une anthropologie filmée des interactions sociales, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

[2] Daney Serge, 1991, Devant la recrudescence des vols de sac à main. Cinéma, télévision, information, Lyon, Aléas Éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search