Appel (atelier 9)

ATELIER : Ethnographies de l’État

7 novembre 2014 : 9h00-12h00

EHESS, Bât. France, 190 av de France, 75013 Paris, Auditorium (premier sous-sol)

Responsables

  • Veronica Gomez-Temesio
  • Marko Tocilovac

Appel à communication

Comment appréhender l’État en sciences sociales ? Dès 1977, Abrams interpelle les chercheurs en proposant l’abandon de l’État en tant qu’objet d’étude matériel[1]. À sa place, il substitue deux niveaux d’analyses : l’« idée de l’État», un artefact idéologique qui attribue cohérence et unité à des pratiques diffuses et non coordonnées d’une part, et d’autre part le « state-system » c’est à dire les agences de l’État au travers desquelles cette idée est produite et se réalise quotidiennement. En ouvrant la porte à des recherches de type ethnographique, cette approche a permis de se départir d’une lecture à la fois essentialisante et exotisante de l’État, notamment en Afrique de l’Ouest[2]. Elle a de plus engendré un renouveau dans la conception même de l’État en sciences sociales à l’« âge de la globalisation »[3].

Autrefois chasse gardée des politistes et des juristes, l’État est devenu aujourd’hui un terrain d’investigation à part entière pour l’ethnographie. La richesse actuelle des enquêtes « au coeur » de l’État – qui prolongent les travaux plus anciens sur la street-level bureaucracy[4] – témoigne ainsi de l’évolution récente de l’anthropologie et de la sociologie politique. Basées sur l’observation des actions et des services des administrations étatiques, des pratiques professionnelles et des représentations de leurs agents, ainsi que des modes de délivrance des biens et des services, ces ethnographies permettent de comprendre comment fonctionne réellement et quotidiennement l’État[5]. A travers des études de cas qui prennent comme terrain d’enquête des corporations bureaucratiques, des services publics particuliers ou encore des phénomènes comme la corruption, l’État apparaît comme un espace d’interaction absolument indissociable des usages qui en sont faits[6].

Objet multiforme, l’État concentre également des enjeux importants, notamment pour les acteurs qui le constituent. Appréhender l’État requiert non seulement une approche ethnographique particulière, mais implique aussi de faire face à de nombreux obstacles. Ce sont ces dimensions relatives à la mise en place et à l’exercice de l’enquête, et aux difficultés rencontrées dans sa réalisation, qui, nous le pensons, contribuent à la compréhension de l’État et de son fonctionnement, autant qu’elles permettent d’enrichir le débat scientifique sur les manières de l’ethnographier. Ainsi, les communications attendues devront rendre compte d’expériences de terrain et pourront soulever les questions suivantes : à quel type de difficultés pratiques l’enquêteur s’expose-t-il ? Comment doit-il gagner son droit d’entrée et de maintien sur le terrain ? Par quels détours se départit-il des catégories officielles de la politique ? Quel type d’interactions engage-t-il avec ses enquêtés, aux différents échelons de pouvoir ? Que peut-il restituer dans son compte-rendu public de l’enquête et comment doit-il exercer des formes de réserve et de prudence ? Enfin, qu’est-ce que l’ethnographie lui permet de montrer des contextes, des dynamiques et des activités de l’État, qui ne pourrait l’être par d’autres méthodes d’enquête ?


[1] Abrams Philip, 1988 [1977], « Notes on the Difficulty of Studying the State », Journal of Historical Sociology, 1(1), p. 58-89.

[2] Blundo Giorgio, Olivier de Sardan Jean-Pierre (dir.), 2007, État et corruption en Afrique une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Marseille et Paris, APAD ; Karthala.

[3] Gupta Akhil, Sharma Aradhana, 2006, « Rethinking Theories of the State in an Age of Globalization », The Anthropology of the State: A Reader, Oxford, Blackwell.

[4] Lipsky Michael, 1980, Street Level Bureaucracy: Dilemmas and the Individual in Public Services, New York, Russell Sage Foundation.

[5] Blundo Giorgio, Le Meur Pierre-Yves, 2009, The Governance of Daily Life in Africa: Ethnographic Explorations of Public and Collective Services, Leiden, Brill.

[6] Bayart Jean-François 2006 [1989], L’État en Afrique: la politique du ventre, Paris, Fayard. Blundo Giorgio, 2003. « Décrire le caché : autour du cas de la corruption ». Pratiques de la description. Blundo Giorgio, Olivier de Sardan Jean-Pierre, Paris, Éditions de l’EHESS. Dubois Vincent 2010 [1999], La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search