Ariane Mak

Biographie

Doctorante en histoire à l’EHESS (CEMS et CRH), Ariane Mak travaille sur une thèse intitulée « Militer pour une juste rémunération en temps de guerre. Mineurs et dockers britanniques aux prises avec les exigences du patriotisme (1939-1945) » sous la codirection d’Alain Cottereau et de Laura Lee Downs. Elle est en outre ATER d’Histoire britannique et américaine à l’Université de Cergy-Pontoise.  Pour en savoir plus, cliquer ici.

Résumé de l’intervention

La communication entend explorer la traduction non pas comme simple recherche d’équivalence cantonnée au temps de l’écriture, mais comme espace clé de l’analyse qui agit en toile de fond de toute l’enquête du chercheur en sciences sociales. La question qui file la communication est la suivante : comment faire de la private joke une plaisanterie partagée ?

L’humour – plaisanteries, boutades et jeux de mots – apparaît en effet comme un excellent révélateur de la puissance épistémique de la traduction. D’abord parce que la plaisanterie est un marqueur de l’entre soi par excellence. En rendre compte, pour l’enquêteur, implique de saisir les catégories indigènes, et permet de mettre au jour des réseaux de références partagées et de compréhensions situées. Ensuite, parce que la question de la traduction d’une langue vers une autre se pose de façon particulièrement aigue dans le cas des jeux de mots : comment traduire, en effet, un exercice d’auto-référenciation du langage ? C’est donc sur ces deux niveaux que la question de la traduction sera posée : outre la traduction interlinguale, celle qui saisit le jargon propre à un groupe au sein d’une langue commune.

La communication s’appuiera principalement sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans les années 1940 par le Mass Observation. Cette singulière organisation britannique de recherche en sciences sociales est créée en 1937 dans le but de transférer les méthodes de l’anthropologie britannique et de l’Ecole de Chicago à la société anglaise de son époque. Des activités multiples y sont menées : la collecte de réponses libres d’un panel national de 3000 volontaires à des questionnaires mensuels ; l’archivage de très nombreux journaux intimes qui constituent l’un des fonds les plus étendus de l’écrit de soi à l’échelle mondiale ; de nombreuses enquêtes ethnographiques. Alors que le Mass Observation est redécouvert aujourd’hui, ces dernières sont encore largement négligées. La communication s’attachera à montrer comment les documents du Mass Observation, lus comme des carnets de terrain, permettent au chercheur d’accéder à ce qui est souvent absent des sources historiques plus classiques – plaisanteries, argot, rumeurs – et les questions très particulières qui en découlent en terme de traduction.

Il s’agira donc d’interroger la compréhension – ou l’incompréhension – des plaisanteries par les enquêteurs des années 1940 sur le terrain ; aussi bien que la traduction de ces plaisanteries de l’anglais vers le français par l’historien d’aujourd’hui.

La communication reviendra en outre sur des découvertes de l’enquête émanant de trouvailles faites dans des lexiques de termes miniers et d’argot local réalisés ou collectés dans les années 1970 par l’historien Raphael Samuel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search