Ariela Epstein

Biographie

Ariela Epstein est post-doctorante au LISST-Centre d’Anthropologie Sociale de l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Après des recherches sur les cultures politiques uruguayennes, s’appuyant sur l’étude des inscriptions et des fresques murales de Montevideo, ses travaux actuels portent sur la construction des paysages urbains, notamment sur les enjeux politiques et mémoriels de leurs transformations lors de processus de mise en patrimoine.

Résumé de la proposition

De la légitimité du passé, ou les inscriptions de la mémoire comme ressource politique dans un quartier ouvrier en voie de patrimonialisation.

Mon intervention porte sur l’ancien quartier ouvrier Anglo, de la ville de Fray Bentos en Uruguay. Ayant été pendant plus d’un siècle à l’avant-garde du développement industriel national, ce territoire devient obsolète avec la fermeture de l’usine en 1979. Après deux décennies d’abandon, la zone est réinvestie par les pouvoirs publics pour ses atouts patrimoniaux et touristiques et entre, en 2014, dans la liste des postulants au patrimoine mondial de l’humanité auprès de l’Unesco.

Le processus institutionnel à l’œuvre –incarné par le comité de gestion du Système Industriel et Patrimonial Anglo- a posé des balises dans le temps : la mémoire mise en avant est celle de l’usine en marche et celle de la vie ouvrière, jusqu’à la fermeture de l’établissement. L’ethnographie de ce quartier oblige pourtant à interroger un autre moment historique, celui de la dictature militaire, qui correspond, juste après la fermeture, à l’expulsion de presque tous les habitants du quartier Anglo.

Aujourd’hui, le quartier se donne à voir comme un espace en tension, tiraillé entre un paysage patrimonial en devenir et des stratégies d’appropriation et d’occupation des habitants toujours aux frontières de la loi. Mon travail interroge alors différents régimes d’historicité et la construction de communautés d’expériences fonctionnant au présent : celle des anciens habitants ayant résisté aux expulsions, celle des familles venues occuper les maisons vides suite à la menace de démolition inaboutie et enfin celle des familles relogées dans des cités d’immeubles insalubres. Posant un regard pragmatique sur le processus de labélisation en cours, il s’agit d’interroger le conflit toujours présent, bien que latent, autours de la légitimité des habitants à vivre chez eux, ou autrement dit, du droit à la ville. Ce qui entre ou n’entre pas dans l’ordre du patrimoine étant la ligne qui sépare les discours audibles et légitimes des autres, le passé cristallise un ensemble de problématiques politiques qui peinent à se faire entendre comme telles.

Le travail ethnographique, mené conjointement avec une photographe, vise alors à mettre au jour le contrechamp du processus de patrimonialisation, à saisir l’inscription du politique dans les discours sur le quartier mais aussi dans le paysage urbain lui-même. Ce travail à quatre mains soulève une série de questions autour de ce que serait une ethnographie de la mémoire, celle de ses richesses et de ses limites et enfin, celle de notre engagement sur ce terrain, face aux enquêtés et à leurs différents horizons d’attentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search