Atelier 2 – Bavardage et potins : l’ethnographie comme pratique du commérage

4 octobre de 9h30 à 12h30. Salle 7

Co-organisateurs.trices de l’atelier : Paco Rapin (EHESS-IRIS) – p.rapin@ehess.fr ; Quentin Schnapper (INRA-CESAER) – quentin.schnapper@ens.fr

Discutant.e : Benoît Coquard (CESAER, INRA).

Intervenant.e.s :

  • Thibaut Besozzi (2L2S, Université de Lorraine) : Fonctions, usages et non-usages des commérages dans le monde de la rue à Nancy.
  • Laura Guerin (CRH LAVUE, Université Paris 8) : Grèves de loyers et enjeux territoriaux. La place de l’ethnologue témoin ou outil de la lutte
  • Daphné Le Jehan (LESC, Université Paris Nanterre) : Entre rumeurs, ragots et conflits. Enquêter sur les préventions de la radicalisation.

Argumentaire : 

Peut-on s’intégrer à un groupe d’interconnaissance sans participer à son commérage ? Bavardage indiscret, parfois malveillant ou jugé « futile », le « commérage » (gossip) constitue un thème classique de l’ethnographie tant en anthropologie (Gluckman, 1963 ; Scott, 1985) qu’en sociologie (Elias, 1985).

Or, dans la plupart de ces travaux, tout se passe comme si l’ethnographe occupait une position d’extériorité vis-à-vis du groupe enquêté, comme s’il pouvait demeurer un observateur non engagé tout au long de son terrain. S’il est d’ordinaire déconseillé aux apprenti.e.schercheur.se.s de faire circuler de l’information entre différents enquêté.e.s, ces situations semblent pourtant relativement courantes au cours de l’ethnographie. De la simple demande de nouvelles à l’intérêt pour les propos d’un tiers, les occasions de commérage sont d’autant plus probables que l’ethnographe peut circuler entre différents groupes (parfois en conflit) et finit par être le dépositaire d’une somme considérable de données biographiques et intimes sur l’ensemble de ses enquêté.e.s. Autant d’informations que le contrat implicite de recherche enjoint pourtant de ne pas diffuser (« Ça reste entre nous ») et de protéger par le biais de l’anonymisation lorsqu’elles sortent de l’espace d’interconnaissance de l’enquête.

Comment dès lors concilier la discrétion ou le secret de la relation d’enquête avec la dynamique de l’ethnographie et du terrain ? Cet atelier vise à initier un espace de réflexion collective autour des enjeux méthodologiques et déontologiques de la mise en circulation des données de l’enquête sur le terrain.

Nous proposons de saisir ce commérage comme la mise en circulation d’informations personnelles – avec ou sans intention de nuire – dans un espace d’interconnaissance. Il est dès lors susceptible de concerner l’ensemble des enquêtes par immersion longue dans un groupe d’interconnaissance et non plus uniquement les espaces « villageois » dans lesquels il a été traditionnellement étudié. Cet atelier invite les chercheur.se.s à relire leurs matériaux d’enquête au prisme de ce commérage ethnographique, à l’étudier dans d’autres espaces (travail, famille, école, partis politiques, etc.) tout en prêtant attention à ses définitions indigènes (nouvelles, potins, rumeurs, ragots, etc.) ainsi qu’aux luttes symboliques qualifiant et disqualifiant ces informations et les personnes qui les véhiculent.

Les deux axes qui suivent sont avant tout des pistes de réflexion, le premier pose quelques questions plus générales qui sont ensuite déclinées à travers une situation possible et non limitative.

1)   Parler ou se taire ?

Cet axe vise à interroger les circonstances dans lesquelles l’ethnographe est amené.e à commérer. Quelles informations livre-t-il ou elle selon l’avancement de son terrain et sur quel.le.s enquêté.e.s ? On pourra par exemple se pencher sur le moment sensible de l’entrée sur le terrain et sur la relation –en principe informée – que l’ethnographe entretient avec les allié.e.s dont il se recommande. Quel rôle joue ce commérage au cours de l’enquête ? Contre quoi ces informations sont-elles échangées ?

Il s’agit également d’analyser de manière réflexive les situations d’enquête qui favorisent ou inhibent le commérage entre enquêteur.rice et enquêté.e.s. Avec qui commère l’ethnographe et pour quelles raisons ? Qu’exige-t-on de lui ou d’elle ? Les allié.e.s et les informateur.rice.s privilégié.e.s ont-ils ou elles à ce titre un rôle particulier au cours de l’enquête ? Que lui dissimule-t-on par crainte d’un colportage ultérieur ?

À la manière du « vol de l’ethnologue », le commérage de l’ethnographe implique sans doute moins de raisonner selon un principe binaire et absolu qu’en termes de limites et de mesure (Schwartz 1990 : 51 et 504). Il s’agit alors d’explorer la casuistique de l’ethnographe : que peut-on dire, que faut-il taire ? Qu’est- ce qu’une information « sensible », qu’est-ce qu’une information jugée « anodine » ? Nous invitons les communicant.e.s à partager leurs gaffes et autres bévues ainsi que leurs conséquences sur le déroulement de l’enquête, du simple incident à la fermeture du terrain.

On peut enfin envisager une forme plus indirecte de commérage lorsque le résultat de l’enquête ethnographique revient dans l’espace d’interconnaissance dans lequel il a été produit. Que faut-il laisser ou censurer au cours de ces restitutions ? Quelles en sont les réceptions et les conséquences locales ?

2)   Commérer en terrain « conflictuel »

Il est certains terrains où il n’y a pas de « position neutre de la parole » (Favret-Saada, 1977 : 27), où l’appartenance au groupe implique nécessairement de se montrer loyal et de participer à son commérage à l’image des « clans » de jeunes ruraux à travers lesquels Benoît Coquard (2016) est parvenu à circuler non sans quelques rappels à l’ordre (« Le Butch par contre il dit jamais ce qu’il pense »). Comment dans ces conditions gagner la confiance de ses enquêté.e.s tout en « trahissant » celle des autres ? Avec quelles censures et précautions peut-on atteindre une position « d’atopie » (Naepels, 1998) tout en participant au commérage de différent.e.s enquêté.e.s en conflit ?

L’enquête de terrain n’étant jamais synonyme de neutralité ou de non-participation, peut-on envisager des formes d’implication de l’ethnographe dans un conflit par le biais du commérage, c’estàdire en mettant – discrètement – en circulation des informations entre les deux camps (pour réduire une asymétrie, rétablir une « vérité », prévenir des enquêté.e.s, etc.) ?

Références

Coquard B. (2016), « Sauver l’honneur ». Appartenances et respectabilités populaires en milieu rural, Thèse de doctorat en sociologie, Université de Poitiers.

Elias N. (1985), « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.60, pp.23- 29.

Favret-Saada J. (1977), Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard.

Gluckman M. (1963), « Gossip and Scandal », Current Anthropology, vol.4, n°3, pp.307-316.

Naepels M. (1998), « Une étrange étrangeté. Remarques sur la situation ethnographique », L’Homme, n°148, pp.185-199.

Schwartz O. (1990), Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF.

Scott J-C. (1985), Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, London,Yale University Press.