Benjamin Pabion

Biographie

Benjamin Pabion est actuellement doctorant en Science Politique au laboratoire Triangle au sein duquel il participe à l’animation du groupe de recherche sur le syndicalisme SYMETT (SYndicalisme : MEthodes, Théories, Terrains). Il travaille dans le cadre de sa thèse sur le rôle et la place du syndicalisme dans la police nationale, interrogeant les logiques d’engagement dans un cadre professionnel largement contraint légalement.

Résumé de la proposition

Comment étudier les mobilisations de policiers ? Le syndicat comme porte d’entrée sur un milieu professionnel fermé

Les moments de « performativité militante » sont rares pour les policiers, en particulier du fait des nombreuses contraintes légales auxquelles ils sont soumis : interdiction de la grève, interdiction des manifestations en tenue, strict devoir de réserve, « rappels en service » qui limitent les possibilités de participer à des manifestations, etc. Le militantisme policier est pourtant une réalité, largement incarnée par un important recours au syndicalisme : entre 50 et 70% des fonctionnaires de police sont adhérents à une organisation syndicale, et la participation aux élections professionnelles oscille entre 70 et 80% lors des 4 derniers scrutins. Le fort encadrement, la « discrétion » et la puissance numérique du syndicalisme policier questionnent les méthodes traditionnelles d’enquête sur les mobilisations collectives et imposent une adaptation du chercheur : les observations ethnographiques sur le long terme sont à ce titre indispensables pour saisir les enjeux du syndicalisme policier.

Ainsi, face à un regard généralement tourné vers les moments les plus spectaculaires, extraordinaires des mobilisations, je me propose au contraire d’étudier la routine, le quotidien d’une organisation syndicale dans son rôle de mobilisation des travailleurs. Cette communication propose un regard réflexif sur la démarche ethnographique, largement basée sur des observations sur le long terme de l’activité d’un bureau départemental de l’un des principaux syndicats de policiers, sur laquelle j’ai fait reposer mes recherches. Du fait de la méconnaissance presque totale du monde policier par les chercheurs, comme par l’ensemble de la société, il a fallu dépasser des préjugés particulièrement nombreux et bien ancrés. J’ai également du faire face à la « méfiance » des policiers à l’égard de l’ « intrus » que représente le chercheur : il est difficile de passer inaperçu en milieu policier, de se fondre dans la masse, et le chercheur fait face à l’impossibilité concrète d’accéder à de nombreux lieux de mobilisation (services de police en particulier). Les principales réponses à ces obstacles ont été l’inscription sur le long terme, et le recours à l’entrée syndicale : bénéficiant d’un contrat de recherche avec Force Ouvrière, j’ai souvent été présenté comme « travaillant pour FO », levant partiellement les suspicions à mon égard.

Les difficultés d’accès au terrain sont également liées aux jeux de concurrence entre organisations : j’ai été plus ou moins contraint de « choisir un camp », ce qui m’a certes ouvert des portes, mais en a fermé d’autres, parfois brutalement. Dans un contexte organisationnel difficile, marqué par plusieurs scissions locales ou nationales, les syndicalistes policiers sont particulièrement méfiants, affirmant explicitement une crainte de ce qui pourrait être fait des données recueillies au fil de la recherche, soupçonnant facilement toute personne extérieure à leur organisation d’être l’œil du concurrent. Le positionnement du chercheur est donc délicat, entre l’affirmation de la neutralité, pas toujours suffisante, et l’adaptation du discours en fonction de ses interlocuteurs.

Mots clés : police, observations, syndicat, routine, conflits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search