Camille Martin

Biographie

Camille Martin est doctorante contractuelle au Centre Maurice Halbwachs (ENS EHSS CNRS), et au Laboratoire de Sociologie Quantitative (CREST). Elle étudie le football féminin, et s’intéresse aux joueuses, salariées et bénévoles de cette pratique, ainsi qu’à l’organisation du plan de féminisation de la Fédération Française de Football.

Résumé de l’intervention

Les Conseillères d’Animation Techniques Régionales Féminines (CATRF) de la Fédération Française de Football sont depuis le milieu des années 2000 les responsables régionales du football féminin. Ces postes ont été créés dans le cadre d’une politique fédérale volontariste visant à favoriser la pratique du football féminin et ils sont depuis uniquement et explicitement occupés par des femmes. Les CATRF se distinguent notamment des autres salariés – masculins – de la FFF de par leur recrutement : elles ont été choisies sur la base de leur engagement dans le football féminin local (comme joueuse de haut niveau, éducatrice et/ou bénévole au sein des instances), plus qu’en raison d’éventuels diplômes. Leurs missions, explicitement tournées vers la pratique féminine, les éloignent également de leurs collègues masculins.

Ainsi, cherchant à rendre compte de l’effet du genre sur la souffrance au travail exprimée – parfois avec violence – par les CATRF rencontrées, la spécificité de ces postes m’a forcée à renoncer à toute tentative de comparaison avec d’éventuels homologues masculins.

C’est en réalité dans la diversité des statuts et des missions qui sont attribués aux CATRF par leurs différents interlocuteurs (collègues, supérieurs directs ou instances fédérales) qu’apparaît l’effet des rapports de genre sur leur quotidien professionnel. Une forme de comparaison interne au poste peut alors être réalisée : il s’agit alors de mettre en regard les missions et statuts qui sont attribués aux CATRF par les instances nationales volontaristes avec les tâches qui leur incombent effectivement. Cette comparaison, d’apparence triviale, implique néanmoins l’accès à différentes sphères, différentes situations, dans lesquelles s’expriment des conceptions différenciées du rôle et de la place des CATRF. Ainsi, l’organigramme formel – lequel exprime le statut officiel des CATRF –  se donne par exemple à voir lors de réunions décisionnelles à l’échelon national, tandis que sa version informelle s’observe au contraire dans les interactions professionnelles des CATRF avec leurs supérieurs, collègues et partenaires. Par ailleurs, une version espérée de cet organigramme est également exprimée par les CATRF elles-mêmes, dans des situations d’entre-soi ou d’entretien.

Il ressort de ces comparaisons que les femmes salariées du football (féminin) sont moins reconnues comme des expertes que comme des militantes. Il apparait que cette faible reconnaissance de leurs compétences, laquelle semble partiellement intériorisée, participe à a fois d’une moindre valorisation de leurs activités et d’un investissement professionnel intense, et ainsi, de leur malaise professionnel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search