Clara Duterme

Biographie

Clara Duterme est docteure en anthropologie et chargée de cours au département sociologie-anthropologie de l’université de Toulouse 2. Soutenue en décembre 2013, sa thèse portait sur les reconfigurations de l’identité locale et les productions mémorielles dans deux communautés indigènes au Guatemala, au regard de l’insertion des acteurs locaux dans des réseaux internationaux qui s’appuient sur des circuits de tourisme solidaire. Elle a co-dirigé l’ouvrage Mauvais sujets dans les Amériques (à paraître en 2015). Elle est membre associée au Centre d’Anthropologie Sociale (LISST) et membre de l’association de jeunes chercheurs américanistes ATRIA.

Résumé de la proposition

« La parole comme un champ de mines ». Analyse des stratégies discursives dans le Guatemala post-conflit. / « A minefield of the language ». Discursive strategies in post-conflict Guatemala

L’expérience du conflit armé qu’a connu la population du Guatemala dans les années 1970-80 a fortement contribué à modeler les façons de dire ou de taire, les « jeux » d’évitement et de pouvoir, les non-dits qui caractérisent aujourd’hui les formes d’interactions discursives. Plutôt que d’aborder les silences comme relevant d’une « mémoire traumatique » du conflit, nous nous chercherons à montrer comment ils s’inscrivent dans des modèles rhétoriques spécifiques, qui témoignent de la prudence avec laquelle les interlocuteurs abordent la parole, et comment ils peuvent nous éclairer sur les enjeux de pouvoir locaux, au sein desquels l’ethnologue doit trouver sa place.

A travers l’analyse de trois exemples tirés d’enquêtes de terrain, menées auprès d’un groupe de victimes du conflit et d’une communauté d’ex-membres de la guérilla, nous illustrerons ce que les silences nous apprennent de ce que l’on dit (sa position et son statut à travers l’accès à la parole), de ce que l’on cache (les dissensions et les luttes de pouvoir) et de ce qu’on laisse entendre (la complexité d’une réalité passée ou présente sur laquelle on cherche à conserver l’illusion d’un consensus ou l’illusion de neutralité).

Le « silence » de certains correspond à un refus de répondre à un moment donné et dans un contexte donné. Il éclaire les enjeux associés au fait de prendre légitimement la parole. Le refus ou l’évitement de parler se situe toujours dans une situation d’interaction. Il reflète souvent des positions antagonistes ou ambigües. L’ethnologue devient alors le confident, mais il est aussi pris à partie et sommé de prendre position, voire de jouer un rôle d’espion. Sa position d’outsider lui permet souvent de recueillir la parole d’individus qui ne se parlent pas entre eux. Enfin, nous nous intéresserons aux silences masqués par la parole volubile. Ceux-ci illustrent la capacité des interlocuteurs à éviter les questions dérangeantes, en détournant le sujet, ou répondant de façon détournée.

En mettant en lumière de façon réflexive la relation d’enquête et la position de l’ethnologue face au(x) silence(s), nous aborderons les enjeux méthodologique et épistémologique, concernant en particulier la confrontation du chercheur à un « langage » allusif et glissant, qu’il doit apprendre à décoder, voire à manier lui-même et qui amène à nuancer sa position de « dominant » dans la situation d’interlocution.

Mot-clé :

Guatemala post-conflit, non-dit, relation d’enquête, antagonismes, mémoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search