Corentin Durand

Biographie

Doctorant en sociologie à l’EHESS (CMH/IMM), Corentin Durand s’intéresse, à partir d’une étude des différentes formes de communication entre personnes incarcérées et autorités, aux contraintes et aux possibilités d’action qui façonnent la construction d’espaces d’expression critique par des acteurs affaiblis. Il anime l’Ouscipo de l’EHESS et coordonne le groupe « Traitements et contraintes ». Il a notamment publié « Construire sa légitimité à énoncer le droit. Étude de doléances de prisonniers », Droit et société, 2014, vol. 87, no 2, p. 329‑348, et « Pour une sociologie morale des trajectoires de contrôle. Une lecture de La société punitive », Materiali foucaultiani, 2014, vol. 3, no 5-6, p. 283‑306. Intitulé de thèse: «Production et traitement de doléances en milieu carcéral. Sociologie des communications critiques entre prisonniers et autorités» (direction : Nicolas Dodier et Liora Israël).

Résumé de la proposition

Transversalité transgressive : l’ethnographie comme totalisation

Longtemps décrite comme une « institution totale » (Goffman 1968), la prison se présente comme un terrain à la fois clivé et intégré. L’objectif de cette communication est d’interroger ce caractère total, au prisme de la démarche ethnographique elle-même. En effet, réalise une forme de totalisation de l’institution, qui est étrangère à son fonctionnement normal. Les réactions, parfois hostiles, à une observation multi-située marquent par contraste la forte segmentation des différents espaces de contact entre prisonniers et autorités. En cela, «l’écartèlement» de l’ethnographe en prison (Le Caisne 2000) vient tout autant d’un positionnement entre prisonniers et autorités, que d’une transversalité nécessairement transgressive, parce que totalisante. Ce «malaise ethnographique» (Rémy 2014) informe ainsi sur la nature de l’institution étudiée, et sur les dynamiques des relations entre prisonniers et autorités.

Une réflexion sur « Corentin Durand »

  1. Bonjour, bien des éléments de votre travail de thèse seraient précieux à la réflexion des visiteurs de prison ( ANVP). Si vous acceptiez le principe et trouviez le temps de les adapter à ce public, nous serions très honorés qu’ils fassent l’objet d’une ou plusieurs publications dans la revue de l’Association.
    Rédactrice de cette revue, je suis à votre disposition pour vous rencontrer ou échanger par téléphone et courriel. Bien à vous, frm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search